cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Hand-spinners : pourquoi ils nous font tourner la tête

Hand-spinners : pourquoi ils nous font tourner la tête

Une petite réflexion personnelle sur la toute dernière coqueluche des cours de récréation…

par le rabbin Chlomo Landau
Plus...

Ils sont partout : à l’école, au bureau, dans les salles d’attente et même dans les synagogues. Je parle bien sûr de ces petits gadgets triangulaires vendus entre 2 et 35 euros et qui sont récemment devenus une extension inséparable de millions de mains. Détail intéressant, les gens avouent qu’au premier abord, l’idée de faire tournoyer cette drôle de toupie aplatie ne les attire pas du tout. Mais il leur suffit de l’essayer pour en devenir rapidement accro…

Ce que beaucoup de gens ignorent, c’est que les hand-spinners ont été inventés par Catherine Hettinger. Après une visite en Israël il y a plusieurs années, cette inventrice et innovatrice bourrée de créativité a constaté de ses propres yeux que les jeunes enfants arabes passaient leur temps à jeter des pierres sur les Israéliens. Hettinger a donc décidé de trouver un remplacement à ces pierres, et c’est ainsi que le hand-spinner a vu le jour.

Malheureusement, le hand-spinner ne s’est pas substitué aux jets de pierre, mais Hettinger a tout de même réussi à découvrir un petit joujou qui est désormais devenu un véritable phénomène de mode. Hélas, la mère du hand-spinner ne gagne pas le moindre centime sur ce gadget vendu par millions aux quatre coins du globe. Et pour cause, elle a abandonné son brevet en 2005 car elle n’avait pas de quoi payer les frais de renouvellement qui s’élevaient à 400 dollars. Mais la créatrice ne s’en mord pas pour autant les doigts. Contactée par le quotidien britannique Guardian, elle a expliqué : « Plusieurs personnes m’ont dit : “tu dois être terriblement en colère !” Personnellement, je suis contente que quelque chose que j’ai inventé fonctionne vraiment pour les gens. »

Comment expliquer cet engouement pour les hand-spinners ?

Je ne suis pas un expert en tendances de cours de récréation ni en traitement de l’hyperactivité, mais j’aimerais suggérer une petite interprétation d'ordre spirituel à ce phénomène. Après tout, selon la perspective du judaïsme, le monde physique reflète l’univers spirituel. Il est donc fort possible que le succès rencontré par ce joujou soit liée à une réalité spirituelle sous-jacente.

Le judaïsme croit que les êtres humains ont été crées avec une quête de perfection. Nous venons sur terre tels des diamants bruts. Élevés et éduqués par nos parents et éducateurs, nous forgeons ensuite notre propre voie pour poursuivre la quête qui est aussi la quintessence de notre existence. Pour la tradition juive, vivre c’est grandir ; un jour qui n’a accueilli aucun progrès est un jour qui n’a pas été pleinement vécu. C’est la raison pour laquelle les sources traditionnelles juives désignent l’être humain comme un méhale’h, un voyageur, terme qui fait allusion au mouvement perpétuel qui caractérise notre existence. Une odyssée dont la destination finale n’est autre que la perfection. La vie est faite pour grandir, pour progresser, pour aller constamment de l’avant. Stagner c’est déjà reculer.

Qui sait ? Notre attirance pour les hand-spinners reflète peut-être une affinité que nous ressentons avec sa rotation constante, et avec la facilité avec laquelle ce mouvement giratoire est entretenu. Imaginez une vie en perpétuel mouvement ! Imaginez une existence faite de progrès constants ! Bien entendu, le tournoiement du hand-spinner n’est qu’une pale imitation du mouvement authentique auquel aspire si passionnément notre subconscient spirituel. Mais il réveille peut-être notre désir profond de progresser et d’aller de l’avant.

Alors, que vous soyez accro du hand-spinner, ou au contraire si vous comptez parmi ceux qui tiennent en horreur ce gadget, ne perdez pas de vue l’essentiel : votre âme a terriblement soif de mouvement et de changement pour nourrir sa quête de perfection spirituelle. Vous pouvez soit essayer de la calmer avec un sentiment artificiel de progrès, soit étancher sa soif en œuvrant chaque jour à votre épanouissement spirituel. C’est à vous de décider dans quelle direction vous voulez "faire tourner" votre vie ! 

18/5/2017

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub