cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Ces Petites Choses Qui Nous Enervent

Ces Petites Choses Qui Nous Enervent

Le but n'est pas d'amener l'autre à faire ce qu'on voudrait qu'il fasse, mais d'agir en partenaires.

par

Cher Dr Tobin,

Ma femme fait toutes sortes de petites choses énervantes, comme oublier de reboucher le tube de dentifrice, de refermer la porte de la vitrine ce qui noircit l’argenterie, ou encore laisser l’eau dans la bouilloire ce qui forme un dépôt de calcaire, ou même oublier d’éteindre la lumière quand elle sort. Chaque fois que je lui demande de ne pas recommencer, elle me jette un regard inexpressif ou répond par un bref ‘ok’ et cela se reproduit invariablement.

Pouvez-vous me conseiller comment lui parler pour qu’elle m’écoute.

Profondément contrarié, 

Jérôme

 
Cher Jérôme,

Je suis certain que lorsque vous avez rencontré votre femme vous ne l’avez jamais questionné sur sa manière de refermer le dentifrice, sur ses sentiments en ce qui concerne les dépôts de calcaire, ni si elle est le genre de personne à laisser la lumière allumée. Je ne pense pas que ce qui vous a séduit chez votre femme - sa gentillesse, sa spontanéité, ses valeurs, son apparence, son intérêt pour vous, les sentiments que vous ressentiez en sa présence - avait un rapport avec ce qui vous cause aujourd’hui de l’ennui et de la frustration.

Vous voulez, Jérôme, que je vous conseille sur la manière de communiquer avec votre femme de telle sorte qu’elle vous écoute. D’après ce que vous écrivez, écouter signifie qu’elle fera ces choses qui pour vous sont importantes - éteindre la lumière, fermer la porte de la vitrine et vider la bouilloire. En ce qui la concerne, votre femme refuse passivement d’accéder à vos requêtes. Un regard inexpressif et un acquiescement occasionnel sont sa manière de vous dire : " Ca ne m’intéresse pas ; je ne veux pas, arrête de m’embêter. "

Maintenant venons-en au fait : il n’existe aucun moyen d’obtenir d’elle qu’elle fasse ce que vous voulez. (Toutefois, si vous êtes patient, je vous aiderai à penser et à agir différemment au sein de votre mariage, mais pour l’instant concentrons-nous sur ce qui ne marche pas). Elle n’est pas votre employée, mais votre femme, et une femme tout comme un mari peut se révéler très obstinée.

Vous et votre femme êtes engagés dans un rapport de force qui ne peut avoir de vainqueur. Vous êtes l’agresseur - vos armes sont la colère et les critiques. Elle est la victime apparente, bien qu’en réalité elle soit autant agresseur que vous. Ses armes sont la passivité, la fuite et l’oubli.

Comment en êtes-vous arrivés là ? Où est passé l’amour, le respect et la camaraderie qui existaient, je l’espère, entre vous ? Pourquoi êtes-vous retranchés chacun dans votre coin, incapables de résoudre ce qui semble être un problème élémentaire ?

Bien que je ne connaisse pas les détails exacts concernant votre mariage, j’ai conseillé de nombreux couples piégés dans le même genre d’échanges précaires dans lequel vous et votre femme êtes engagés, tu le feras/je ne le ferai pas, j’en ai besoin/pas toi, je veux/tu ne peux pas. Vous devez comprendre que la solution ne consiste pas à trouver la meilleure méthode de vous faire comprendre de votre femme pour qu’elle fasse ce que vous voulez, mais à créer une relation au sein de laquelle vous agirez tous les deux en partenaires, oeuvrant à réaliser un but et des aspirations partagés.

Tout d’abord, essayons de comprendre ce qui se produit dans la plupart des couples :

1. La relation commence dans l’extase. Dans les stades précoces du mariage, la plupart des couples ressentent un attachement profond l’un pour l’autre - rien ne vous rend plus heureux que de voir l’amour et l’appréciation se refléter sur le visage de votre femme. Elle aime faire des choses pour vous et ses petites manies vous enchantent. L’amour et l’acceptation que votre épouse vous manifeste, désarment toute critique potentielle que vous pourriez formuler à son encontre. Qu’est-ce que ça peut faire si ma femme n’est pas aussi soignée et organisée que moi ; je ne suis de toute façon pas aussi spontané ni expressif qu’elle. Chacun a ses forces et ses limites. Nos différences ne peuvent qu’enrichir notre relation. Nous pouvons apprendre l’un de l’autre et progresser ensemble.

L’extase est l’absence de critique, le sentiment d’être spécial, l’expérience d’une unité et la certitude que vous serez toujours là l’un pour l’autre. Mais un jour, tout cela disparaît. Pourquoi ?

2. L’extase commence à s’estomper et le rapport de force commence. Le sentiment d’unité est remplacé lentement et presque imperceptiblement par un sentiment très tangible de dualité.

Ils trouvent toutes sortes de raisons pour justifier comment l’autre détruit leur relation.

Cela peut commencer par un petit désaccord insignifiant, un commentaire inattendu ou un besoin d’espace et de liberté soudain. Invariablement, l’un ou l’autre des conjoints se sentira menacé. L’expérience d’unité parfaite s’est fissurée. Aucun de vous ne veut rompre le lien qui vous unit, mais aucun ne parvient non plus à remonter la pente. Chacun continue à se languir de l’autre et aucun ne parvient à comprendre la raison de cette distance. Lui l’accuse d’avoir changé, elle répond en disant : « Ce n’est pas moi qui ai changé mais toi. » Ils se blâment l’un l’autre et trouvent toutes sortes de raisons pour justifier comment l’autre détruit leur relation.

 

Jérôme, vous et votre femme êtes dans un rapport de force. Vous ne pouvez restaurer votre mariage en obtenant de votre femme qu’elle accomplisse votre volonté. Pour transformer votre relation, vous devez créer une atmosphère d’amour, de collaboration et de respect.

Ce qui nous amène à  l’étape suivante :

3. Une véritable relation démarre justement au point où l’ancienne s’apprête à disparaître. Quand on est en état d’extase, on reçoit l’amour, on ne le créée pas.

Quand on est en état d’extase, on reçoit l’amour, on ne le créée pas.

Il est le produit de l’alchimie, de la biologie, du conditionnement familial, du sentiment d’étrange familiarité (de deux âmes se découvrant l’une l’autre), de la psychologie, de valeurs et de buts communs, d’un amour à l’état embryonnaire et d’une quantité d’autres facteurs qu’il serait fastidieux d’énumérer ici. En état d’extase, on ne construit pas une relation, on ne fait que se glisser à l’intérieur.

 

Ce qu’il y a de positif dans votre combat de force, c’est votre tentative de vous différencier, même si vous le faites de manière maladroite et contre-productive. La différenciation signifie se libérer d’une dépendance malsaine à l’autre, tout en acceptant l’unicité et les qualités de l’autre.

Jérôme, vous êtes maintenant devant un défi ; soit vous créez une véritable relation, soit vous restez avec les mêmes querelles et frustrations. Je suppose que vous préférez dépasser ce stade, je vais donc vous offrir quelques suggestions quant à la manière d’y parvenir. Sachez en tous cas que si vous y parvenez, il existe de très grandes chances pour que votre femme soit bien plus encline à coopérer. Mais avant tout, quelques mots de prudence, mes suggestions ne sont pas des techniques pour obtenir ce que vous voulez de votre femme. Ce sont les fondations qui vous permettront de créer une relation d’amour. Vous ne devez pas toutes les mettre en pratique - seules quelques unes suffiront à induire un changement dans votre couple.

Voici donc :

A. Enumérez tout ce qui vous dérange chez votre femme et brûlez cette liste. Vos frustrations sont légitimes, mais se focaliser sur elles ne vous aidera pas à changer les choses. Au contraire, plus vous vous focaliserez sur ce qui ne va pas avec votre femme, plus cela prendra de l’importance et vous fera oublier ses qualités.

B. Faites une liste de tout ce que vous aimez chez votre femme et partagez-la au fur et à  mesure avec elle. C’est une règle d’or du mariage de ne jamais prendre les qualités de l’autre comme des acquis.

C. Réfléchissez à ce que vous pouvez faire pour montrer à votre femme que vous l’aimez. Ecrivez vos idées et essayez de les mettre en pratique.

D. Ecrivez une lettre à  votre femme pour lui dire que vous l’aimez et que vous souhaitez que cela marche entre vous. Sans l’accuser, expliquez-lui que vous souffrez de l’état de votre relation et que vous êtes déterminé à améliorer les choses. Demandez-lui de se joindre à vous pour réparer votre couple.

E. Si vous avez besoin d’une aide supplémentaire, vous pouvez envisager de consulter un conseiller matrimonial. Le regard et les conseils objectifs d’un troisième parti peuvent contribuer à vous libérer des schémas malsains et des comportements blessants dans lesquels vous et votre femme êtes engagés.

Mes suggestions ne sont pas particulièrement simples, puisqu’elles nécessitent que vous fassiez une chose assez difficile - mettre de côtés vos griefs et vous concentrer sur la construction de votre couple. La colère est une émotion très puissante, elle exige satisfaction et réparation sur-le-champ. La seule façon de réussir est de se concentrer sur le but véritable - construire une relation fondée sur l’amour et le respect.

Publié: 3/5/2011


Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub