cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Ma belle-mère d’enfer

Ma belle-mère d’enfer

Dois-je dire à mon mari : «C’est elle ou moi ?»

par et

Question:

Mon mari et moi sommes mariés depuis huit ans. Nous avons trois enfants et vivons généralement heureux. Lorsque nous nous disputons, c’est toujours à cause de sa mère. Elle est veuve et vit juste en bas de la rue. Elle vient nous voir plus de quatre à cinq fois par jour, et ce, depuis le tout début de notre mariage. Cinq minutes après que mon mari arrive à la maison, elle est déjà à la porte. Il y a plusieurs années, j'ai même découvert qu'elle avait fait son propre double à notre insu à partir d’un trousseau qui avait été oublié chez elle. Elle n'a aucun problème à l'utiliser et à rentrer chez nous à l’improviste à chaque fois que l'envie lui en prend. Elle colporte des mensonges sur moi dans toute la ville et lorsque je lui en fais le reproche, elle nie tout en bloc. Il m'est déjà arrivé de la prendre en flagrant délit.

Mon mari refuse de croire à l'incident en disant qu'il a été pris hors contexte. Elle a son mot à dire sur tout, depuis nos programmes télévisées jusqu’à l’éducation de nos enfants. Je sens que je suis l’étrangère dans « leur » mariage et je suis au bout du rouleau. J'envisage un divorce, mais je voudrais sauver mon mariage. Je ne peux pas le faire toute seule. J'ai besoin d’aide.

Rabbin Yaacov Haber

La réponse du Rabbin Yaacov Haber:

Je résume votre question : vous avez trois enfants, vous êtes «généralement heureux» et vous envisagez un divorce. Pourquoi ? Parce que vous avez épousé votre mari et non sa mère, votre capacité d'épouse et de mère est remise en question et examinée, et votre vie privée est envahie. Je suppose que la réponse la plus évidente à cette situation pénible, c'est de faire ce qu'il faut pour obtenir que votre belle-mère sorte de votre maison et de votre vie. Etant donné que la seule personne qui peut vraiment y parvenir est votre mari, vous pouvez simplement lui dire: «C'est ta mère ou moi ! » En d'autres termes, il doit apprendre à être un homme et tenir tête à sa mère.

Mauvais conseil. Je me demande si cela ne ferait pas qu’empirer la situation.

Selon toute vraisemblance, vous serez considérée comme une femme  remplie d’insécurités, paranoïaque, égoïste et faisant preuve d’un manque de respect pour ses aînés. Cela ne va certainement pas faire taire votre belle-mère – en réalité, cela va probablement provoquer le contraire - et il est tout à fait possible que votre mariage «habituellement heureux" tourne au vinaigre avec une rupture irréparable entre votre mari et vous-même.

Lorsque vous avez épousé votre mari, vous avez également épousé une famille avec tous ses aspects positifs et négatifs.

Quelle est l'autre option? La plus difficile. Comprenez que lorsque vous avez épousé votre mari vous avez épousé sa mère, parce que vous avez épousé une famille avec tous ses points positifs et négatifs. Votre belle-mère est un défi, mais en même temps elle est une réalité dans votre vie. Elle est aussi réelle que l'un de vos enfants, que votre situation financière ou que n’importe quel problème de santé qui pourrait survenir.

Dieu provoque parfois des défis dans nos vies d'une manière inconfortable parce qu'Il veut que nous atteignions notre plein potentiel dans la vie. Nous pouvons repousser l'inconfort et rechercher le soulagement, ou nous pouvons regarder les problèmes de la vie en face et les affronter en les considérant comme des occasions de nous confronter à nous-mêmes et à notre véritable identité. Il ne fait aucun doute que vous êtes dans une situation difficile. Mais si vous ne pouvez pas changer les apparences de la situation, vous pouvez changer la façon dont elle vous affecte à l'intérieur.

Réfléchissez : Pourquoi êtes-vous tellement dérangée par ce que votre belle-mère pense de vous? Pourquoi pensez-vous au divorce si vous êtes «généralement heureuse» et avez trois enfants? Je suis désolé d'être dur mais compte-tenu de la gravité de la situation et de l'absence d'autres options, peut-être est-il temps de répondre à vos propres insécurités et d’apprendre à les dépasser.

Tout d'abord, assurez-vous que les critiques de votre belle-mère ne soient pas véridiques. L’introspection est la première et la  principale étape à la croissance. Engagez un dialogue avec votre mari et expliquez-lui que vous voulez grandir ensemble, et en tant qu'individus dans votre partenariat. Dites-lui que vous aspirez à former une équipe.

Lorsque vous serez sûre que votre propre foyer est en ordre et que votre partenariat est solide et confirmé, tous les deux vous devriez discuter avec sa mère et lui expliquer, d'une seule voix, la façon dont vous la respectez et l’appréciez et la façon dont vous voulez qu’elle fasse partie de la famille. Avoir une conversation à propos de la façon dont vous voulez que votre foyer fonctionne; comment les décisions sont prises dans la famille et la façon dont la vie privée est respectée. L'inviter à faire partie de la famille, selon les principes de la famille.

Soyez sûre de vous et de votre mari et prenez votre vie en main. C'est là tout le secret du bonheur.

Dr. Michael Tobin

La réponse du Dr. Michael Tobin:

J'ai lu votre lettre à plusieurs reprises et après chaque lecture, je me suis dit: Comment est-il possible que dans le même paragraphe où elle parle de l’enfer que lui fait vivre sa belle-mère, elle décrit son mariage comme généralement heureux ? Il y a quelque chose qui cloche. La description que vous faites de votre belle-mère donne un nouveau sens au terme «envahissant». Ce qui est encore plus problématique c’est le fait que votre mari ne semble pas du tout le comprendre. Comme vous le constatez, votre mari semble plus intéressé par le bien-être de sa mère qu'il ne l'est par le vôtre. La situation que vous décrivez est un poison absolu pour un mariage.

Ainsi, lorsque vous décrivez votre mariage comme «généralement heureux », je me demande comment votre mari et vous parvenez à mettre de côté vos crises de belle-mère chroniques - d'autant plus qu'elle empiète sur votre espace vital cinq fois par jour - et d’arriver à rester unis en tant que mari et femme.

La Torah dit: «C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme" (Genèse 1:24). En d'autres termes, le premier principe du mariage, c'est que le mari doit fonder une nouvelle famille et que cette dernière doit l'emporter sur sa famille d'origine. La qualité d'un mariage est grandement liée aux limites que le couple établit pour protéger et préserver ce mariage. Tout comme vous n'invitez pas vos enfants au cœur de votre mariage, vous ne pouvez également pas y inviter vos familles respectives.

Un homme qui est encore attaché à sa mère dans une liaison malsaine est incapable de créer une relation mature avec son épouse. Sans même entrer dans une explication psychologique détaillée pour prouver l'efficacité de cette déclaration, il suffit de dire qu'il n'y a aucune exception. Pour dire les choses clairement, il est logique que vous souffriez. La situation est intenable et si cela continue, cela  conduira à un divorce ou à une vie conjugale misérable.

Vous et votre mari devez faire équipe.

Pour que la situation évolue, vous et votre mari devez faire équipe. Quel est son point de vue dans tout cela? Soit, il n’admet pas que sa mère profère des mensonges à votre sujet, mais comment ressent-il le sentiment d’invasion que vous éprouvez de la part de sa mère? Quelle a été sa réponse au fait qu’elle se permette de rentrer chez vous  à tout moment et de jouer un rôle parental vis-à-vis de vos enfants? S'il y avait un accord entre vous à propos de l'inadéquation de son comportement, vous pourriez alors être en mesure de travailler ensemble pour définir certaines limites.

Peut-être que votre belle-mère serait sensible au fait que son fils veuille l’aider à « mener sa propre vie ». Si votre mari ne comprend pas votre détresse et le rôle qu’il y joue, vous devrez peut-être le forcer à choisir entre vous et sa mère. Vous ne pouvez pas soigner un cancer avec un pansement et vous ne pouvez pas traiter un problème de cette envergure sans être prête à prendre le taureau par les cornes. Je vous suggère de le mettre au pied du mur quant à la nécessité d’entamer une thérapie.

Votre mari a besoin d'aide pour analyser les liens qui l'unissent à sa mère et la façon de se sortir de cette relation. Sans aucun doute, il devra aborder sa colère et / ou sa dépression en réaction à toute tentative de sa part de créer des limites saines. Il aura besoin de votre soutien et de votre compréhension tout au long de ce processus et vous aurez tous deux besoin d’être guidés par un spécialiste.

Je vous encourage à prendre des mesures immédiates afin de sauver un mariage qui, je ne peux que le supposer, a un grand potentiel de réussite.

Publié: 30/12/2012


Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Vos réactions : 1

(1) Monique, December 31, 2012 5:28 PM

Ma belle-mere d'enfer....

Il doit être difficile à votre mari d'imposer des distances à sa mère. Par contre, il est toujours possible de changer de quartier et de mettre du moins entre vous des distances "kilométriques" nécessitant métro et bus par exemple. Je suppose que votre belle-mère y trouvera son mot a dire, mais si vous parvenez à faire vraiment equipe avec votre mari, celui-ci saura trouver de bonne raisons à un déménagement (appartement trop petit, immeuble trop bruyant, ou pourquoi pas,- avec beaucoup de diplomatie-, l'urgente nécessité de vous passer de "son aide" journalière . Car je suis certaine que votre belle-mere pense vous rendre de menus services sans lesquels vous seriez perdue... ! ) Ce premier pas qui va paraître difficile à votre mari, sera vraiment moins grave qu'un ultimatum laissant présager un divorce. ( 3 enfants !). Outre cela, une thérapie de couple aiderait votre mari à prendre conscience d'une situaton anormale, et à accepter un compromis. Vous ne parlez pas de votre beau-père ? Votre belle-mère serait-elle déjà veuve ou divorcée ? Dans le cas où ce beau-père serait vivant et en bonne santé, ce que je souhaite pour la famille, je pense qu'il a un rôle à jouer lui-aussi dans cette situation entre votre mari et sa maman . Si votre belle-mère est très âgée et seule, on peut lui trouver des circonstances atténuantes, car la vieillesse et la solitude conduisent à des comportements excessifs chez certaines personnes dépressives qui ont besoin de reconnaissance. Bonne chance.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub