cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Redoutables Ingérences

Redoutables Ingérences

Quand ils empiètent sur nos vies, mieux vaut connaitre les règles à suivre pour les empêcher de détruire notre couple.

par

Avoir des beaux-parents peut être une opportunité. Surtout quand les relations avec nos propres parents n’ont pas été ce qu’elles auraient dû être. Mais quand ceux-ci viennent empiéter sur nos vies, mieux vaut connaitre les cinq règles à suivre pour les empêcher de détruire notre couple.

1. Définissez des limites adéquates : Dès la création du premier couple, Adam et Eve, la Torah nous a enseigné à quel point il est important de réduire l’influence qu’ont nos parents sur notre vie : « C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. »(Genèse 2 :24). Ce qui signifie que le partenaire essentiel de l’homme est sa femme, même si cela ne veut pas dire qu’il faille couper toute relation avec ses parents. Des parents bien intentionnés voudront toujours donner des conseils et même se mêler des affaires du couple. Il est bien compréhensible qu’ils souhaitent tout le bien du monde à leur enfant, et que de le voir tracassé leur fasse de la peine. Mais leur intervention n’améliore pas toujours les choses.

Faites rapidement savoir à  vos parents que vous appréciez leur avis, mais que vous et votre conjoint êtes grands et aptes à décider ce qui touche à votre famille. Si vous pouvez exprimer vos sentiments avec assurance, mais aussi avec amour et respect, il est probable que vos parents comprendront. Nous connaissons tous malheureusement des parents qui peinent à respecter les limites qui leur sont présentées. Auquel cas un peu de fermeté sera éventuellement nécessaire jusqu’à ce que le message passe.

2. Soyez sur la même longueur d’onde que votre conjoint : Je n’insisterai jamais assez sur l’importance d’une bonne communication avec le conjoint. Quand je conseille des couples, l’un des sujets qui revient immanquablement est celui des beaux-parents. Surtout à la veille d’une réunion de famille. J’encourage toujours mes visiteurs à avoir une discussion franche entre eux sur leurs craintes et leurs attentes avant ces rencontres. Cela leur permet de discuter d’une stratégie pour gérer un éventuel conflit. Ils pourront ainsi accorder leurs violons et repérer un éventuel malaise chez l’autre. De manière générale, ils gèreront beaucoup mieux la rencontre avec les beaux-parents s’ils y arrivent préparés et unis. Au lieu d’être source de tensions et de discorde, ces événements seront traversés dans la quiétude parce qu’ils auront été abordés d’un front commun.

3. Réfléchissez à deux fois avant de demander conseil à vos parents : Demander conseil à ses parents, surtout dans des domaines qui affectent directement la famille, peut causer grand tort au conjoint. En plus de donner à vos parents un droit de parole dans vos affaires intimes, votre conjoint peut s’en ressentir agressé(e), surtout si il/elle n’est pas d’accord avec le point de vue que vous partagez avec vos parents. Faites le/la partager votre discussion. J’ai des couples qui ont grandement amélioré leur relation en faisant en sorte que le conjoint participe systématiquement aux conversations téléphoniques avec les parents. Non seulement cela a-t-il dissuadé les beaux parents de parler de leur beau-fils/belle fille avec leur enfant, mais la suspicion même d’être l’objet de commentaires peu flatteurs s’est également évanouie.

4. Ne vous plaignez pas de votre conjoint auprès de vos parents : La vie de couple est parfois difficile et vous pouvez parfois etre tente de faire part de vos griefs sur votre conjoint à vos parents.  Ce n’est jamais une bonne idée, dans la mesure où vos parents sont toujours moins inclinés à pardonner votre conjoint que vous-même. Le mauvais sentiment qu’ils en tireraient pourrait les amener à vous dresser contre votre conjoint.

5. N’en faites pas trop pour tenter d’impressionner les beaux-parents : Il est tout à fait louable d’honorer ses beaux-parents et de faire en sorte qu’ils se sentent les bienvenus chez vous, mais cela ne doit pas devenir une source d’angoisse. Si au lieu d’être plaisante, leur visite donne lieu à une atmosphère de cris et de stress, qu’avons-nous gagné ? Ils seraient beaucoup plus impressionnés par une maison calme et joyeuse que par un intérieur impeccable où l’on serait reçu comme à la cour d’Angleterre. Trop d’enfants en viennent à craindre la visite de leurs grands-parents uniquement à cause des tensions qu’elle occasionne.

Il est tout à fait possible d’entretenir une relation saine et agréable avec ses beaux-parents. Cela requiert un effort conscient de la part des deux conjoints. Si vous êtes disposés à arrondir quelques angles et à penser constructivement et positivement, vos beaux-parents deviendront un atout pour votre mariage, au lieu d’un handicap.

Publié: 2/5/2011


Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub