cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Être parent se conjugue à l’imparfait

Être parent se conjugue à l’imparfait

Tordre le cou au mythe du « parent parfait » est le premier pas pour protéger son enfant des dangers ravageurs du perfectionnisme.

par
Plus...

Il n’existe qu’une seule chose au monde qui soit invariablement parfaite : ce sont les flocons de neige ! Ils sont magnifiques, uniques en leur genre, et dotés d'une forme parfaite. Le seul hic, c’est qu’ils fondent. Et rapidement…

L'imperfection est l’apanage de ce bas monde. Et le rôle de parent n’échappe pas à cette règle.

Prendre conscience qu'il n'existe pas de parents parfaits, c'est déjà accomplir un pas important en vue de devenir un bon parent.

Prendre conscience qu'il n'existe pas de parents parfaits, c'est déjà accomplir un pas important en vue de devenir un bon parent.

Un bon parent aide son enfant à comprendre et à accepter l'imperfection, chez lui-même ainsi que dans le monde qui l’entoure. Mais dans la réalité, nombreux sont les parents qui, pourtant bien intentionnés, inculquent insidieusement à leur enfant un idéal de perfectionniste.

Le perfectionnisme, c'est quoi ?

Les perfectionnistes sont incapables de faire la distinction entre leur être et leur performance.

Chaque fois qu'un perfectionniste se trouve devant une tâche à accomplir, ou doit subir des tests, il sent comme une menace peser sur sa vie. Cet individu pense qu'il n’a de valeur que s’il réussit, que s’il parvient à relever les défis auxquels il est confronté. Dans le cas contraire, il remet totalement en question sa propre valeur.

Il va sans dire qu’une telle attitude constitue une recette infaillible de désastre.

Condamnés à d'innombrables petits échecs (puisque, ne l’oublions pas, le perfectionniste vit dans un monde imparfait), les enfants perfectionnistes ont une mauvaise impression d'eux-mêmes et manquent de confiance en leur capacité à agir; en effet, agir signifie pour eux agir de manière parfaite, et ceci n'arrive presque jamais.

Si vous ne souhaitez pas que votre enfant soit perfectionniste, commencez par ne pas l’être vous-même.

Si vous êtes vous-même perfectionniste, votre enfant apprendra à percevoir le monde à travers cette vision erronée. Pour éduquer l'enfant à une acceptation du principe de l'imperfection, le plus important, c'est que vous en offriez le modèle dans votre propre comportement.

Lorsque votre enfant revient de l'école, en vous disant qu'il a eu un 17/20 à son contrôle, ne lui dites pas: "Et comment se fait-il que tu n’aies pas réussi à répondre à telle ou telle question ?" Car ce serait là une réaction assassine.

Forger la personnalité de votre enfant à partir de ses points forts

Il faut saisir ce qui est positif dans le comportement des enfants. La véritable éducation de vos enfants – dans les matières scolaires comme dans la vie – se construit sur leurs réussites. Considérons, par exemple, l’apprentissage de la parole chez l’enfant.

Il ne vous viendra jamais à l’idée de vous asseoir avec votre enfant de seize mois pour le familiariser avec les sons des vingt six lettres de l'alphabet, et leurs combinaisons, en l'exerçant à placer sa langue comme il faut pour chacun d'eux.

Et pour cause, cet apprentissage se fait naturellement.

En Espagne, mère et père sont appelés "madre" et "padre". En Israël, ils sont appelés "Ima" et Abba".

Le "mah mah mah" d'un bébé de seize mois, assis sur sa chaise haute, n'est que babil enfantin. Pourtant, en Espagne, cela suffirait pour que la maman téléphone à la grand-mère, pour lui annoncer victorieusement que son bébé commence à parler: il a essayé de dire "madre". Et en Israël, si le bébé avait babillé "im im im", sa grand-mère aurait tout de suite appris au téléphone par la maman suprêmement heureuse, qu'il avait essayé de dire "ima". Et le bébé s'exerce à répéter ce qui enchante si merveilleusement sa maman.

L’imperfection est ce qui nous permet de nous rapprocher de la perfection.

Pourquoi la maman ne s'attache-t-elle pas à obtenir la prononciation correcte par le bébé dès le début ? C'est parce qu'il lui est bien évident qu'avec le temps "lolo" deviendra "de l'eau". Nous acceptons le principe d'une imperfection, qui conduit par la suite à la perfection.

Éviter les projections parentales

Il y a quelques dizaines d'années, les medias commencèrent à parler d'un écart entre les générations, dans la mesure où les enfants avaient l'impression que leurs parents ne les comprenaient point. Dans le monde juif, mon maître Rav Simha Wasserman, de mémoire bénie, attribuait ce phénomène au syndrome appelé "mon fils le médecin".

Les parents recherchaient chez leurs enfants ce qui ferait leur fierté et leur plaisir. C'est bien naturel. Et ils définissaient leur fierté et leur plaisir par le fait que leur enfant serait un jour médecin.

Le problème est que les parents projetaient leurs propres rêves et désirs sur ceux de leurs enfants. Or, en vérité, ce n'est pas correct. Cette attitude parentale génère en l'enfant l'impression que les décisions prises pour lui par ses parents ne sont pas les bonnes pour lui.

Il faut définir la notion de succès au niveau de votre enfant d'une manière plus large, afin qu'elle fasse la place pour une carrière non universitaire, en considérant l'enfant dans sa réalité propre. Il faut trouver dans quel domaine l'enfant peut réussir. Pour cela, il importe que vous connaissiez véritablement votre enfant.

Chaque réussite est grande

Sentez-vous heureux de vous-même et des succès de votre enfant. C'est là l'antidote du perfectionnisme. Jouissez pleinement du bonheur de chaque réussite; ne dédaignez pas l'importance des petits succès.

Ils ne sont pas trop petits et pour deux bonnes raisons: D'abord, dites-moi un peu, de quoi croyez-vous que sont faits les grands succès ???

Ensuite, jamais une action bonne ne disparaît. Les physiciens disent que dans le domaine de la matière, rien ne se perd, et rien ne se crée. Ainsi en va-t-il dans le domaine du spirituel, tout bien est appelé à avoir son éternité. Aucune bonne parole proférée ne se perd. Aucun sourire offert ne se perd pour toujours. Alors prenez-en plaisir.

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub