cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Insolubles

Insolubles

Que recherchons nous ? Un héritage, ou notre héritage ?

par

L’huile est probablement le plus incorrect de tous les liquides. Elle refuse carrément de compromettre son unicité. 
 
Si l’huile était une personne elle aurait presque certainement été condamnée pour son refus obstiné à se fondre dans la masse. Elle choisit de rester à l'écart, séparée et distincte. Mélangez-la avec de l'eau, elle reste à part et maintient son identité propre. 
 
Essayez autant de fois que vous le voudrez, l’huile restera toujours fidèle à elle-même et ne se laissera tout simplement pas assimiler. 
 
C'est peut-être pourquoi elle a mérité de devenir le symbole suprême du miracle de Hanoucca. 
 
Quand nous célébrons la victoire des Maccabées sur les Grecs syriens, nous devons nous rappeler ce qui était réelement en jeu dans cette immense confrontation. Ce ne fut une guerre pas comme les autres. Elle n'a pas été livrée pour conquérir plus de territoires, ni pour capturer plus de butin ou d’esclaves. Cette guerre fut essentiellement un conflit entre deux manières totalement différentes de voir le monde. 
 
L'histoire de Hanoucca est avant tout un choc des cultures. Les Grecs ne cherchaient pas à tuer les Juifs. Leur intention n'était pas le génocide d'un peuple. C'était plutôt une bataille contre ceux qui menaçaient leur engagement envers l'hédonisme, leur engouement pour le corps, leur obsession pour les compétitions sportives pour prouver qu'ils valaient plus. C’est en cela qu’ils voyaient la beauté - et le sens même de la vie. 
 
Keats a bien résumé l'idéal grec dans son magnifique Ode sur une urne grecque: 
 
Car la beauté est la vérité et la vérité est la beauté, c'est tout ce que vous savez, et c’est tout ce que vous avez besoin de savoir.  

Les Grecs adoraient la sainteté de la beauté. Les Juifs voulaient enseigner au monde la beauté de la sainteté.

C’est le conflit entre ces deux idées qui a défini la guerre des Maccabées. C'est triste, mais des Juifs avaient été séduits par les ruses et la séduction de la laïcité, et avaient abandonné leur patrimoine spirituel. Ils avaient vendu leur bénédiction pour un plat de lentilles. Ils avaient renoncé au message des prophètes pour la gloire des jeux. Ils ont choisi les récompenses mondaines du corps plutôt que la bénédiction éternelle de l'esprit. Ce sont les hellénistes. Ils ont été assimilés - et on n’a plus jamais entendu parler d’eux depuis. 
 
La victoire des Maccabées représente le triomphe de ceux qui incarnaient la caractéristique unique de cette huile qui refuse de s’assimiler, de ceux qui choisirent de rester fidèles à leur mission d'apporter au monde la vision morale du judaïsme. 
 
C'est ce qui rend l'histoire des Maccabées tellement actuelle. 
 
Ces dernières semaines nous avons été témoins d'un débat plutôt houleux au sujet d'une campagne publicitaire parrainé par un ministère israélien. Il semblerait que le ministère de l'Intégration ait pensé que ce serait une bonne idée de convaincre les expatriés israéliens vivant aux Etats-Unis de revenir au pays, par le biais d’une dramatisation du risque d'assimilation de leurs enfants et petits-enfants en diaspora. Le thème de cette publicité véhiculait l'idée que vivre en dehors de la patrie juive menace leur lien avec leur passé juif, avec la tradition et la culture juives.  

Cela a débouché sur un énorme scandale. Un porte-parole éminent de la communauté juive a déclaré: «Je ne pense pas avoir jamais vu une telle démonstration de mépris de la part des israéliens pour les Juifs américains que ces annonces." Les détracteurs ont attaqué cette campagne comme étant une attaque vicieuse sur «la judaïté» de tous ceux qui vivent en dehors d'Israël. 
 
Si fort fut le tollé d'indignation que les publicités ont été rapidement retirées. La campagne avait manifestement touché un nerf sensible. Ce qui aurait très bien pu être considéré comme une calomnie de plus sur la possibilité d’une vie juive en dehors d'Israël, a néanmoins révélé la forte crainte générée par l’idée de l'assimilation. 

après plus de 2000 ans, l'esprit des Maccabées semble perdre la bataille pour empêcher les Juifs de s'assimiler

Et même si les annonces étaient malvenues dans leur manière de faire une différence entre la vie en Amérique et la vie en Israël, leur message devrait cependant être reconnu comme un réveil pour les Juifs, où qu'ils vivent. Parce que en fin de compte, après plus de 2000 ans, l'esprit des Maccabées semble perdre la bataille pour empêcher les Juifs de s'assimiler par leur ardente étreinte de la culture laïque et de son idéologie. 
 
Les Grecs nous ont donné les Jeux Olympiques. Ironiquement, le nom des Maccabées, qui avaient lutté pour la suprématie du Temple sur l'arène, a été choisi pour désigner un événement international d'athlétisme semblable aux Jeux Olympiques et qui se tient en Israël tous les quatre ans : la Maccabia. 
 
Les concours d’athlétisme sont de merveilleuses occasions pour pratiquer le sport. Ils cessent d'être admirables, quand ils prennent le pas sur nos vies, comme ils le font parfois, non seulement dans les milieux professionnels, mais même dans des milieux universitaires. 
 
N’allez pas déformer ce que je dis. Les manifestations sportives sont parfaites si elles sont comprises comme le complément d’une vie spirituelle. Mais quand elles deviennent une fin en soi, c’est comme s’assimiler à des valeurs étrangères. 
 
Aujourd'hui l’assimilation prend de nombreuses formes. 
 
Nous devenons assimilés quand nous ne cherchons qu'à faire la fête et ne jamais prier. 
 
Nous devenons assimilés quand nous nous soucions de notre aspect extérieur, et pas ce que nous nous ressentons à l'intérieur. 
 
Nous devenons assimilés quand notre principal objectif est la gloire et la fortune plutôt que de l'amour et l’étude. 
 
Nous devenons assimilés quand nous voulons plus que tout être envié par notre entourage au lieu d'être cher aux yeux de Dieu. 
 
Nous devenons assimilés quand notre principal objectif est d'accumuler sans cesse plus de biens plutôt que de simplement être bon. 
 
Nous devenons assimilés quand nous sommes plus intéressés par un héritage que par notre héritage, par ce que nous tirons du passé plutôt que ce que nous pouvons donner à l'avenir. 
 
Nous devenons assimilés lorsque nous regardons nos enfants comme un fardeau plutôt qu’une bénédiction, et quand nous croyons que la meilleure des choses que nous puissions leur donner sont des objets de valeur plutôt que des valeurs. 
 
Notre tradition nous enseigne à vénérer la beauté de la sainteté. C'est pour cela que les Macchabées se sont battus en affrontant une culture étrangère qui faisait passer le corps avant l'âme, et le matériel avant le spirituel. Cela reste aujourd’hui encore notre défi. 
 
Comme l'huile de l'histoire de Hanoucca, nous refusons de nous assimiler. 
 
En allumant chaque soir une nouvelle flamme dans nos maisons, nous affirmons notre conviction que nous réussirons. Nous allons maintenir notre spécificité qui nous a permis non seulement de survivre, mais aussi d’être les porteurs du flambeau de la morale et de la civilisation pour l'humanité toute entière.

 

Publié: 21/12/2011


Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Vos réactions : 1

(1) Aurelie, December 10, 2012 10:50 AM

J 'adore vos articles.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub