cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Compter et évoluer

Compter et évoluer

Avancer progressivement vers Chavouot

par Rabbin Dr. Daniel P. Aldrich
Plus...

Un changement réel – modifier nos mauvais traits de caractère, s’écarter de conduites autodestructrices et développer de bonnes habitudes spirituelles – prend du temps. Forts de cette reconnaissance, nous n’effectuons pas de bond depuis Pessa’h – quittant l’Égypte, jusqu’à Chavouot – la réception de la Torah. Au lieu de cela, nous avançons pas à pas, jour par jour, en direction de notre but.

À partir du deuxième soir de Pessa’h, les Juifs commencent à compter les 49 jours du Omer. Contrairement à la plupart des « comptes », comme le compte à rebours du Cape Canaveral ou le compte à rebours du Top 50, nous comptons du plus petit au plus grand nombre. En effet, nous ne sommes pas uniquement intéressés par l’événement de la fin du compte – la célébration de notre réception de la Torah au Mont Sinaï – mais aussi par le comptage lui-même.

Les 49 jours du Omer sont comparables aux 49 barreaux d’une échelle – des petits pas progressifs en direction d’un objectif suprême. Ce mouvement par étapes a écarté nos ancêtres de la mentalité d’esclave qui leur avait été imposée par les 200 ans d’esclavage en Égypte. Nos ancêtres ont intériorisé les voix de leurs oppresseurs et dans de nombreux domaines ont oublié ce que signifiait de vivre une vie faite de choix et empreinte d’espoir. En sa qualité d’esclave, le libre-arbitre - l’attribut propre à l’homme - lui a été refusé.

Après notre départ d’Égypte, marqué par un respect mêlé de crainte, le Créateur nous a fait passer 49 jours, nous éloignant chaque jour un peu plus d’une vie « téléguidée » pour parvenir à celle d’individus autonomes et accomplis aptes à opérer leurs propres choix. Chaque jour compté nous a rapprochés de notre liberté, non seulement sur le plan matériel (comme nous l’étions au moment où l’armée égyptienne fut engloutie sous les vagues), mais aux niveaux spirituels et intellectuels. Lorsque le peuple juif entreprit de compter sept semaines après l’Exode du pays d’Égypte, connu en hébreu sous le terme de Mitsrayim ou « étroitesse », nous fûmes à même de nous séparer de nos anciens modes de vie et d’embrasser notre choix de vie, la Torah.

Un changement réel nécessite du temps et de la détermination

Ni nous ni nos ancêtres ne sommes semblables à Superman, capable de bondir d’un immeuble élevé en un seul bond. Il ne nous était pas possible de laisser derrière nous le mode de vie et la conscience d’une société hédoniste comme l’Égypte du jour au lendemain. Un véritable changement nécessite du temps et de la détermination.

Aujourd’hui, tout est à notre portée immédiatement. La plupart d’entre nous ont un accès immédiat à notre e-mail par les Blackberries, un accès instantané à nos comptes en banque par le biais des guichets automatiques et un assouvissement immédiat par l’intermédiaire des micro-ondes et des snacks emballées en paquets individuels. Nous attendons des résultats instantanés lorsque nous commençons un régime. Mais un changement durable nécessite de gravir l’échelle lentement, de modifier nos comportements de manière progressive, de franchir une étape à la fois. Même la plus haute des montagnes est escaladée pas à pas.

Que pouvons-nous entreprendre en pratique pour changer nos habitudes et nous préparer, pas uniquement à Chavouot, mais à la vie en général ? Premièrement, nous pouvons prendre la résolution de tenter – même pour cinq minutes par jour – de nous améliorer d’une quelconque façon. Peut-être pouvons-nous dépasser notre niveau élémentaire d’hébreu ; nous pouvons passer cinq minutes par jour avec un enseignant ou un ami à apprendre l’alphabet hébraïque. Peut-être aspirons-nous à devenir plus serviables; nous pourrions aussi passer quelques minutes à apporter de la nourriture à un prisonnier, ou à rendre visite à un malade à l’hôpital, ou à aider quelqu’un à porter ses courses. Peut-être envisageons-nous de mieux appréhender la sagesse éternelle de la Torah. Dans ce cas, consacrez cinq minutes de votre pause-déjeuner à lire la section hebdomadaire de la Torah online.

Lorsque nous nous attaquons à nos grands objectifs – mieux maîtriser notre colère ou éviter de se plaindre – divisons ces tâches imposantes en petits morceaux. Déplacez-vous en direction de ces objectifs spirituels par étapes et non en effectuant d’énormes bonds.

Puissions-nous atteindre le sommet de nos montagnes personnelles et nationales à Chavouot par le biais de petits pas stables en direction de la Torah.

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub