cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Dieu s’est-il vraiment révélé au Mont Sinaï ?

Dieu s’est-il vraiment révélé au Mont Sinaï ?

Peut-on prouver la révélation historique de Dieu au mont Sinaï?

par
Plus...

A la question "A qui D.ieu a-t-Il donné la Torah au Mont Sinaï ?", la plupart des gens répondent : "D.ieu a donné la Torah à Moïse".

Et que faisait le Peuple juif pendant que Moïse recevait la Torah ? Il adorait le Veau d'or.

Ce sont des réponses correctes, certes – mais PAS selon la Bible.

Les réponses ci-dessus sont issues du grand classique cinématographique de Cecil B. DeMille : "Les Dix Commandements". Il est stupéfiant de voir quel impact un film peut avoir sur l'éducation juive de plusieurs générations. C'est un très beau film, mais DeMille aurait dû lire l'original, avant de l’adapter au grand écran.

La version que présente la Torah est légèrement différente. Selon la Torah, le Peuple juif tout entier a entendu D.ieu parler au Mont Sinaï, expérimentant ainsi une révélation nationale. D.ieu n'est pas seulement apparu à Moïse, au cours d'un rendez-vous privé, mais Il est apparu à chacun, à environ 3 millions de personnes. Cette assertion est mentionnée plusieurs fois dans la Torah.

[Moïse dit aux hébreux :] "Seulement prends garde à toi et prends soin de ton âme, de peur que tu n'oublies les choses que tes yeux ont contemplées et de peur qu'elles ne s'écartent de ton cœur tous les jours de ta vie. Et tu les feras connaître à tes enfants et aux enfants de tes enfants. Le jour où tu t'es tenu devant l'Eternel ton D.ieu à 'Horev (Mont Sinaï)…

D.ieu vous parla du milieu du feu, c'est le son de Ses paroles que vous entendiez, mais une image vous ne voyiez pas, seulement un son. Il vous a parlé de Son alliance, vous instruisant d'observer les dix commandements et Il les a inscrits sur deux tables de pierre." (Deutéronome 4 : 9-13)

"Il t'a été donné de voir cela pour reconnaître que l'Eternel est l'Etre suprême. Rien n'existe en dehors de Lui. Depuis le ciel Il t'a fais entendre Sa voix afin de te corriger, et sur la terre Il t'a montré Son grand feu, et tu as entendu Ses paroles du milieu du feu." (Deutéronome 4 : 35-36)

Moïse appela tout Israël et leur dit : "Ecoute Israël, les décrets et les lois que je prononce à vos oreilles aujourd'hui - apprenez-les et soyez attentifs de les appliquer. L'Eternel notre D.ieu a scellé avec nous une alliance à 'Horev (Mont Sinaï). Ce n'est pas avec nos ancêtres que l'Eternel a scellé cette alliance, mais avec nous - qui sommes tous ici, vivants aujourd'hui. Face à face, l'Eternel a parlé avec vous sur la montagne du milieu du feu." (Deutéronome 5 : 1-4)

La Torah prétend que le Peuple juif tout entier a entendu D.ieu parler au Sinaï, une assertion qui a été acceptée comme faisant partie de l'histoire nationale depuis plus de 3.000 ans. L'erreur de DeMille est surtout grave parce que la prétention juive à une révélation nationale, par opposition à une révélation individuelle, est l'événement de définition central qui fait du judaïsme une religion différente de toute autre au monde.

Comment donc ? 

HISTOIRE ET LÉGENDES

Il existe deux sortes d'histoires faisant partie de l'héritage d'une nation.

La première est la légende. Inclus dans cette catégorie, se trouve l'aveu de George Washington d'avoir abattu un cerisier, accompagné par cette phrase : "Je ne sais pas dire un mensonge". Johnny Appleseed qui planta des pommiers à travers tout le continent américain avec ses trognons de pommes, en est une autre.

Et puis, il y a l'histoire. Par exemple, George Washington fut le premier président des Etats-Unis. Guillaume Le Conquérant mena la bataille de Hastings en 1066, au cours de laquelle Harold, le roi d'Angleterre, fut tué. Les juifs d'Espagne furent expulsés de leur pays en 1492, l'année où Christophe Colomb prit la mer.

Quelle est la différence entre légende et histoire ?

Une légende est une histoire non vérifiée. Par leur nature même, les légendes sont impossibles à vérifier, parce qu'elles comportent très peu de témoins. Peut-être que le petit George a effectivement abattu le cerisier. Nous ne le saurons jamais. Ce qui ne veut pas dire que la légende soit nécessairement fausse, mais seulement qu'elle est invérifiable. Personne n'ose prétendre que les légendes soient des faits, c'est pourquoi elles ne sont pas inclues dans l'histoire.

L'histoire par contre est constituée d'évènements qui se sont réellement produits. Elle est fiable parce que nous pouvons déterminer de plusieurs manières, si un événement donné est vrai ou faux. Une manière de le vérifier est lorsqu'un grand nombre de témoins a observé l'événement en question.

Pourquoi le nombre de témoins est-il un facteur déterminant de la fiabilité d'un récit historique? Ceci peut être compris en observant la nature des assertions qui vont suivre et en évaluant leur niveau de crédibilité. La nature de l'assertion elle-même peut souvent déterminer son degré de crédibilité.

LE JEU DE LA CRÉDIBILITÉ

Jaugez le niveau de crédibilité des scénarios suivants.

Certaines assertions sont par nature invérifiables. Par exemple, me croiriez-vous si je vous racontais la chose suivante ?

Scénario #1 :

"La semaine dernière, après le dîner, je suis sorti me promener dans la forêt près de chez moi. Tout à coup, une lumière extraordinaire a inondé les sous-bois et D.ieu m'est apparu, me désignant comme son prophète. Il m'a demandé de vous annoncer cette révélation à cet instant précis."

Crédible ?

En théorie, cela aurait pu se produire. Cela semble peu probable, mais vous ne savez pas que je mens.

Est-ce que vous choisirez de me croire ? Sans aucune preuve substantielle, pourquoi le feriez-vous ? Ce serait en effet stupide.

Scénario #2 :

Me croiriez-vous si je vous racontais la chose suivante ?

"La nuit dernière, alors que je dînais avec ma famille, la pièce s'est mise soudainement à trembler et la voix tonitruante de D.ieu a retenti tout autour de nous. Il m'a désigné comme son prophète et m'a ordonné de publier Sa révélation."

Est-ce crédible ? Cela aurait aussi pu se produire. Si j'amenais ma famille pour confirmer cette histoire, elle serait plus crédible que la première. Vous ne savez toujours pas si je mens. Me croiriez-vous ? Me donneriez-vous 10.000 euros si je vous disais que D.ieu l'a ordonné ?

Certainement pas. Il n'y a pas suffisamment de preuves pour confirmer mon assertion - parce qu'il est très possible que ma famille mente aussi.

Scénario #3 :

Il existe un autre type d'assertion dont vous pouvez facilement détecter la fausseté. Par exemple, me croiriez-vous si je vous disais ceci :

"Vous rappelez-vous ce qui s'est passé il y a dix minutes quand vous avez commencé à lire cet article ? La pièce s'est mise à trembler, puis le plafond s'est fendu jusqu'au ciel et vous et moi avons entendu ensemble la voix tonitruante de D.ieu s'élever et dire : ' Tu écouteras la voix de Nechemia Coopersmith car il est mon prophète !' Et puis, dans la pièce, tout est revenu à la normale et vous avez continué à lire. Vous vous en souvenez n'est-ce pas?"

Est-ce crédible ?

Ce genre d'assertion est tout à fait différent. Les deux scénarios précédents étaient au moins plausibles. Vous avez choisi de ne pas les croire, ne pouvant les vérifier. Par contre, ce troisième scénario est parfaitement impossible. Je prétends que quelque chose vous est arrivé, alors que vous savez pertinemment que rien de tout cela ne s'est produit. Il est donc clair pour vous que je mens. Je ne peux vous convaincre de quelque chose, si vous savez qu'elle ne s'est pas produite.

Je ne peux vous convaincre de la véracité d’un évènement dont vous savez pertinemment qu’il ne s’est pas produit.

Le premier type d'assertion - que quelque chose serait arrivé à quelqu'un d'autre - est invérifiable, parce que vous n'êtes pas certain que ce soit un mensonge. Il est donc possible qu'une personne décide d'accepter l'assertion comme vraie, si elle le désire vraiment, et qu'elle engage sa foi.

Par contre, le second type d'assertion - que quelque chose vous serait arrivé - est intrinsèquement faux. Personne n'est en mesure d'accepter une assertion manifestement fausse, surtout si elle implique de sérieuses conséquences.

LE SINAÏ: UNE SUPERCHERIE IMPOSSIBLE

Jusqu'à présent, nous avons examiné deux types d'assertions - l'une est invérifiable et l'autre est intrinsèquement fausse.

La révélation au Sinaï a-t-elle pu être une brillante supercherie, dupant des millions de personnes en les faisant croire que D.ieu leur a parlé ?

Imaginons la scène. Moïse descend de la montagne et s'exclame : "Aujourd'hui, nous avons tous entendus D.ieu parler, chacun de nous a entendu la voix de D.ieu du cœur des flammes… "En assumant que Moïse ait échafaudé tout cela, comment le peuple aurait-il réagit à sa fable ?

"Moïse ! De quoi parles-tu ?! Dis donc, tu nous as bien fait marcher. Nous t'aurions même cru, si tu nous avais dit que D.ieu t'est apparu personnellement. Mais maintenant tu as vendu la mèche ! Nous savons que tu mens, parce que tu prétends que ceci nous est arrivé également, alors que nous savons très bien que ce n'est pas vrai ! Nous n'avons jamais entendu D.ieu nous parler depuis les flammes!"

Si la révélation au Sinaï n'a pas eu lieu, alors Moïse en prétendant qu'un événement connu de tous se serait produit, mentirait ouvertement, puisqu'ils savaient très bien qu'ils n'ont jamais entendu D.ieu parler. Il est présomptueux de penser que Moïse ait pu s'en sortir en déclarant quelque chose que tout le monde reconnaîtrait comme étant un mensonge.

UNE RÉVÉLATION PRESUMÉE

Une supercherie telle que celle-là a peut-être été tentée à une période plus tardive de notre histoire. L'assertion d'une révélation nationale ne trouve peut-être pas son origine au Mont Sinaï, mais aurait pu débuter 1.000 ans après que l'événement se soit produit. Peut-être que le dirigeant Ezra, par exemple, en apparaissant sur la scène, aurait introduit un livre prétendument écrit par D.ieu et donné à notre peuple lorsqu'il se tenait au Mont Sinaï, il y a bien longtemps. Quelqu'un pourrait-il s'en tirer avec ce genre de supercherie ?

Croiriez-vous donc la chose suivante :

"J'aimerais te mettre au courant d'un fait très peu connu, mais tout à fait authentique. En 1794, il y a 200 ans, entre les mois de mai et août, le continent Nord américain a mystérieusement sombré sous la mer. Pendant ces quatre mois, le continent tout entier a été submergé et on ne sait comment, toutes les plantes, les animaux et les êtres humains, ont réussi à s'adapter à ces conditions étranges. Puis, le 31 août, le continent tout entier est réapparu mystérieusement à la surface et la vie a repris son cours."

Est-il possible que je dise la vérité ? Êtes-vous certain que ce soit un mensonge ? Après tout, c'est arrivé il y a si longtemps, comment savez-vous que cela ne s'est pas réellement produit ? Peut-être l'avez-vous appris à l'école et ensuite oublié.

Un événement très significatif qui implique un grand nombre de témoins ne peut donc être transformé en supercherie.

Vous savez que l'Amérique du Nord n'a pas été engloutie il y a des centaines d'années, pour la simple et bonne raison que si c'était vrai, vous en auriez entendu parler. Un événement aussi unique et exceptionnel, dont une multitude de personnes aurait été témoins, a sûrement été entendu, discuté et transmis, comme tout le reste de l'histoire. Le fait que personne n'en ait entendu parler jusqu'à maintenant, vous montre bien que ce n'est pas vrai, et rend ce fait inacceptable.

Un événement très significatif qui implique un grand nombre de témoins ne peut donc être transformé en supercherie. Car s'il ne s'est pas produit, chacun réalisera que c'est un mensonge, puisque personne n'en a entendu parler auparavant. Donc, si un tel événement est effectivement accepté comme faisant partie de l'histoire, la seule façon de comprendre cette acceptation est que l'événement se soit réellement produit.

INTRODUIT ULTERIEUREMENT DANS L'HISTOIRE

Supposons pour l'instant que la révélation au Mont Sinaï est vraiment une supercherie, D.ieu n'a pas écrit la Torah. Comment la révélation au Sinaï a-t-elle été acceptée, pendant des milliers d'années, comme faisant partie de notre histoire nationale ?

Imaginez que quelqu'un essaie d'échafauder une telle supercherie. Un personnage dénommé Ezra arriverait un jour, porteur d'un parchemin.

"Hé, Ezra, que portes-tu donc là ?

– C'est la Torah.

– La Torah ? Qu'est-ce que c'est ?

– C'est un livre fascinant bourré de lois, d'histoire et d'anecdotes. Tiens, regarde un peu.

– Très intéressant. Ezra, où l'as-tu donc trouvé ?

– Ouvre-le donc et vois ce qui y est écrit. Ce livre fut donné il y a des milliers d'années, à nos ancêtres. Ils étaient 3 millions et se tenaient au pied du Mont Sinaï, quand D.ieu leur a parlé ! D.ieu est apparu à chacun d'eux pour leur donner Sa loi et Ses commandements. "

Comment réagiriez-vous à une telle affirmation ? Les gens jetteraient sûrement à Ezra un regard interrogateur et diraient :

– Attends un peu, Ezra. Quelque chose ne tourne pas rond. Pourquoi n'en avons-nous jamais entendu parler? Tu es en train de décrire un évènement monumental, en prétendant qu'il serait arrivé à nos ancêtres - et nous n'en aurions jamais rien su?

– Bien sûr, cela s'est passé il y a trop longtemps. C'est normal que vous n'en ayez jamais entendu parler.

– Allons, Ezra ! C'est impossible que nos grands-parents et nos arrières grands-parents ne nous aient pas transmis l'événement le plus significatif de l'histoire de notre peuple ! Comment est-ce possible que personne n'en ait jamais entendu parler jusqu'à maintenant ?! Tu prétends que tous mes ancêtres, une nation toute entière de 3 millions de personnes, auraient entendu D.ieu leur parler et reçu un ensemble de commandements, appelé la Torah, et qu'aucun d'entre nous n'en aurait jamais rien su ?! Tu mens forcément."

Si on ne peut échafauder de supercherie à l'égard d'un continent englouti, on ne peut non plus convaincre un peuple tout entier que ses ancêtres auraient expérimenté l'événement le plus sensationnel de toute l'histoire humaine.

Chacun saurait que c'est un mensonge.

Pendant des milliers d'années, le Sinaï fut accepté comme un pilier de l'histoire juive. Comment pourrions-nous l'expliquer autrement ?

Si les gens ne peuvent se laisser duper par une supercherie qu'ils savent être un mensonge, comment une révélation nationale aurait-elle pu, non seulement être acceptée, mais suivie fidèlement avec un grand sacrifice par la vaste majorité des juifs ?

La seule façon pour qu'un peuple accepte une telle affirmation serait qu'elle se soit réellement produite. Si le Don de la Torah n'avait pas eu lieu, chacun saurait que c'est un mensonge et cela n'aurait jamais été accepté. La seule manière de prétendre qu'une nation ait expérimenté une révélation et l'ait accepté, est qu'elle soit vraie.

LE SINAÏ : LA SEULE PRÉTENTION D'UNE RÉVÉLATION NATIONALE

A travers l'histoire, des dizaines de milliers de cultes ont été inventés par des individus qui tentaient de convaincre le monde que D.ieu leur avait parlé. Toutes les religions qui s'appuient sur une certaine forme de révélation, commencent essentiellement de la même manière: une personne sainte se recueille dans la solitude, revient vers son peuple et annonce qu'elle a expérimenté une révélation personnelle, au cours de laquelle D.ieu l'a désigné comme Son prophète.

Croiriez-vous quelqu'un qui prétendrait avoir eu une communication spéciale avec D.ieu, le désignant comme Son nouveau prophète? Peut-être l'a-t-Il fait ? Mais peut-être aussi ne l'a-t-Il pas fait ? Personne n'en sait rien. Cette assertion est par nature impossible à vérifier.

Une révélation personnelle est une base extrêmement faible pour fonder une religion, puisqu'on ne peut jamais savoir si elle est vraie. Même si l'individu, se réclamant d'une révélation personnelle, accomplit des miracles, il n'y a toujours aucune preuve qu'il soit un vrai prophète. Les miracles ne prouvent rien. Tout ce qu'ils montrent - en assumant qu'ils soient bien réels - est qu'il possède certains pouvoirs. Ce qui n'a rien à voir avec sa prétention à la prophétie.

Maïmonide écrit :

"Israël n'a pas cru en Moïse, notre maître, suite aux miracles qu'il a accomplis. Parce que, quand notre foi repose sur des miracles, des doutes demeurent dans notre esprit que ces miracles aient pu être accomplis au moyen de forces occultes ou de sorcellerie…

Sur quelles bases l'avons-nous donc cru ? Sur celle de la révélation au Sinaï que nous avons vu de nos propres yeux, et que nous avons entendu de nos propres oreilles, sans avoir à dépendre du témoignage de tiers …"

(Mishné Torah - Fondements de la Torah 8 : 1)

UNE PRÉDICTION AUDACIEUSE

Il existe 15.000 religions répertoriées dans toute l'histoire. Si on considère cette faiblesse intrinsèque, pourquoi ces religions basent-elles toutes leur assertion sur une révélation personnelle ? Si quelqu'un voulait que sa religion soit acceptée, pourquoi ne présenterait-il pas l'assertion la plus solide et la plus crédible possible - c'est à dire la révélation nationale ? C'est bien plus acceptable. Personne ne prend le risque de croire aveuglément et de faire confiance aux paroles d'une seule personne. Il est préférable d'un point de vue qualitatif de prétendre que D.ieu est apparu à tous, pour annoncer au groupe entier qu'untel est Son prophète.

Pourquoi D.ieu fonderait-Il Sa relation avec Son peuple uniquement sur un seul homme, sans offrir de possibilités de vérification, et en pensant que cette nation suivra avec obéissance tout un ensemble de lois, basé uniquement sur une foi aveugle ?

Le judaïsme est pourtant la seule religion, dans les annales de l'histoire, à s'appuyer sur la meilleure des assertions - celle que chacun a entendu D.ieu lui parler. Aucune autre religion ne prétend avoir fait l'expérience d'une révélation nationale. Pourquoi?

De plus, l'auteur de la Torah prédit qu'il n'y aura plus d'autre révélation nationale dans l'histoire !

"Enquière-toi des premiers jours qui t'ont précédé, depuis le jour où D.ieu a créé l'homme sur terre, et d'une extrémité du ciel à l'autre : Y a-t-il jamais eu comme cette grande chose, a-t-on jamais entendu quelque chose comme celle-là ? Un peuple a-t-il jamais entendu la voix de D.ieu, parlant du milieu du feu, comme tu as entendu et survécu ?" (Deutéronome 4 : 32-33)

Considérons la possibilité que D.ieu n'ait pas écrit la Torah, et que son auteur ait réussi à convaincre un groupe de personnes d'accepter la supercherie d'une révélation nationale. Dans son livre, l'auteur prédit que personne n'avancera plus jamais de prétention similaire. Ce qui signifie que si une telle assertion est un jour faite dans le futur, sa prédiction sera automatiquement contredite et sa religion se verra réduite à néant.

Comment l'auteur a-t-il pu inscrire, dans le livre de base de sa supercherie, que personne ne tentera de faire le même genre d'assertion, alors que lui même vient de la faire ? S'il peut la faire, d'autres la feront sûrement, surtout si cette assertion est la plus vraisemblable. Si vous mettez sur pied une nouvelle religion, vous n'écrirez jamais quelque chose que vous ne pouvez prédire et dont l'issue peut s'avérer contraire.

Pourtant, mise à part la prétention d'une révélation au Mont Sinaï, c'est un fait qu'aucun autre peuple n'ait jamais tenté de prétendre à une révélation nationale du même ordre.

Résumons ces deux questions majeures :

1. Sur 15.000 religions connues, répertoriées dans l'histoire, pourquoi le judaïsme est-elle la seule à prétendre à une révélation nationale, qui est la meilleure assertion possible ? Pourquoi toutes les autres religions se basent-elles sur une assertion de faible nature - à savoir la révélation personnelle ?

2. Si l'assertion du judaïsme est en effet un exemple de supercherie réussie qui prétend faussement à une révélation nationale, l'auteur est donc parvenu à faire accepter la meilleure assertion possible et d'autres l'imiteront certainement. Pourquoi donc prend-il le risque de prédire que personne ne fera jamais d'assertion similaire, prédiction qu'il ne peut garantir et dont l'issue risque d'être infirmée ?

Il existe une réponse très simple à ces deux questions. Une révélation nationale - contrairement à une révélation personnelle - est un mensonge qui ne prend pas. C'est un événement bien trop énorme pour être fabriqué. La seule manière d'affirmer une telle chose est qu'elle se soit produite.

Si l'assertion est vraie, les gens la croiront, parce qu'ils adhèrent à quelque chose qu'ils connaissent déjà. Soit qu'ils l'aient personnellement vécu, soit que leurs ancêtres leur aient transmis ce récit, comme faisant partie de l'histoire de leur peuple.

Si l'assertion est fausse, cela reviendrait à essayer de vous convaincre que D.ieu vous aurait parlé, à vous ou à vos parents, et que d'une façon ou d'une autre, vous n'en ayez jamais rien su. Personne n'accepterait jamais une telle affirmation.

C'est pourquoi aucune autre religion n'a jamais prétendu une telle assertion, car cela ne peut se faire que si elle est vraie. Une révélation nationale ne peut servir de supercherie.

En instaurant sa religion, un initiateur n'a donc d'autre choix que de recourir à la révélation personnelle, en dépit de la faiblesse inhérente que celle-ci possède, du fait de son caractère invérifiable. L'initiateur doit espérer qu'il trouvera des adhérents prêts à accepter sa religion aveuglément. Après tout, on ne saura jamais si c'est un mensonge. (Bien sûr, personne ne saura jamais si c'est vrai non plus.)

Ce stratagème ne peut fonctionner pour une révélation nationale, puisque chacun reconnaîtra que son affirmation est un mensonge.

Rien d’étonnant à ce que toutes les autres religions soient basées sur une "révélation personnelle".

Seul le judaïsme peut prétendre à une révélation nationale, puisque le peuple juif est le seul peuple dans l'histoire de l'humanité à l’avoir jamais expérimentée.

De plus, il est intéressant de noter que les autres religions majeures acceptent toutes deux la révélation juive au Mont Sinaï, comme étant la clef de voûte de leur propre religion.

En introduisant leur religion, pourquoi se sont-ils appuyés sur l'assertion juive ? Pourquoi n'ont-ils pas simplement nié que la révélation se soit jamais produite ? Parce qu'ils savaient que si une révélation nationale ne peut pas être fabriquée, elle ne peut pas non plus être niée.

Nous comprenons maintenant pourquoi l'auteur de la Torah peut tranquillement prédire qu'il n'y aura jamais d'autre prétention de révélation nationale au cours de l'histoire.

Parce que D.ieu Seul pouvait savoir que cela ne se produirait qu'une seule fois, au Mont Sinaï il y a plus de 3.000 ans.

D'après un extrait de conférence du séminaire de Découverte d'Aish HaTorah.

8/5/2013

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 2

(2) katto serge pacome ayery, August 25, 2015 11:40 AM

est ce que DIEU a t'il donne le torah a moise

je cherche les bonne reponsse

(1) Anonyme, June 2, 2014 7:21 PM

dans la voie de D-ieu tout Puissant

Les religions monothéistes sont légitimes et semblables et les 10 commandements qui représentent pour moi les produits de l'arbre de vie et qui malheureusement ne sont pas respectés à la lettre par tout le monde à cause de manque de foi dans les envoyés du Ciel, nos précieux prophètes, ces lois vitales finiront par s'appliquer à la lettre. Reste à le souhaiter pour bientôt. Gardons au chaud notre amour pour notre Créateur ! Mes sincères salutations.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub