cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Lettre à cœur ouvert d'une maman israélienne endeuillée

Lettre à cœur ouvert d'une maman israélienne endeuillée

Il est facile et légitime de s'indigner. Mais il est beaucoup plus difficile de refermer cet immense trou noir qui s'est engouffré dans nos foyers.

par
Plus...

Chaque enfant est une promesse. Chaque enfant est un projet. Un espoir. Nous les avons mis au monde, leur avons donné un prénom. Mais désormais ils ne peuvent plus nous répondre quand nous les appelons.

Ils ne sont plus. Et avec eux nos espoirs et nos projets. Éteints.

La mort les a fauchés un jour de guerre. Cible aléatoire d'un ennemi terrible qui n'hésite pas à utiliser des civils comme boucliers humains et à en rejeter la faute sur Israël.

Il est facile et légitime de s'indigner. Mais il est beaucoup plus difficile de refermer cet immense trou noir qui s'est engouffré dans nos foyers. Parce que lorsqu'un de ses enfants meurt, c'est tout Israël qui porte le deuil.

Voilà les pensées qui viennent brutalement à l'esprit d'un parent endeuillé. Son enfant pourrait être le vôtre ou le mien. Combien de fois avons-nous partagé cette douleur ! La blessure est toujours là, ardente, au fond de nous.

Août 2006

L'appel tant redouté, la porte qui s'ouvre sur le messager venu malgré lui porter la terrible nouvelle. La vie et la mort sont à leur apogée.

Tes surnoms d'amour, les berceuses que je te chantais pour t'endormir, nos rires et nos querelles, le personnage que j'avais imaginé pour te raconter les histoires que tu aimais tant. Le chaleureux sourire maternel que je t'adressais avec un dernier baiser et mon traditionnel « Appelle-nous quand tu peux ! ». Les larmes que j'ai versées avant même de savoir, qui semblaient jaillir d'un abîme d'angoisse, qui va les sécher ? Qui va pouvoir apaiser mon cœur ?

Nos amis nous appellent en permanence. Nous sommes heureux de pouvoir les rassurer, mais nos cœurs saignent, et ils le savent. Je leur suis reconnaissante de leur présence, mais je voudrais tellement rester seule avec toi, revoir ton sourire et tes espiègleries.

Notre cher rabbin a fait de son mieux pour trouver des paroles de réconfort ; je suis tellement désolée de n'avoir fait que pleurer en l'écoutant. Malgré tout, je dois, comme beaucoup de mères israéliennes, reprendre le cours normal de la vie avec mon cœur si lourd, en feignant d'ignorer ta dernière lettre, écrite avant que ton char ne soit touché. Cette lettre logée dans cet endroit précis de mon tiroir, et que je ne veux plus lire car je sais que je m'effondrerai sous le regard malheureux de ton jeune frère qui tentera de faire face courageusement.

Je n'ai pas la force de faire miens les mots de Camus ("Nous pouvons pardonner, mais pas oublier"). Je ne peux ni pardonner à tes assassins, ni oublier leurs desseins criminels.

Je n'en suis pas encore capable.

Il me faut être forte. Je dois faire face au challenge ultime de continuer à vivre, avec toi mon chéri, invisible, à mes côtés, dans mon cœur, dans un coin indestructible de mon âme. Si je ne survis pas, alors nos ennemis auront gagné. Je ne leur laisserai pas remporter cette victoire, mon enfant ne l'aurait jamais permis. Or je sais qu'il me voit, qu'il me donne le courage d'affirmer que je ressortirai de cette vallée de larmes pour crier au monde mon humanité et la brandir devant ceux qui en sont dépourvus.

Aujourd'hui, ta place à table est vide, mais nous nous reverrons bientôt, et nous verrons ensemble le soleil dissiper les ténèbres…

Une maman israélienne endeuillée.

4/5/2014

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 3

(3) Marie, September 11, 2016 12:00 PM

Le cœur des mères.

En union de cœur & de pensée avec toutes les mamans endeuillées par des faits de guerre en particulier les Mamans d'Israël.Paix & Amour.

(2) Feigele, April 22, 2015 1:37 PM

Il ne faut jamais oublier.

Le temps nous fait pardonner parceque nous ne pouvons pas vivre avec ce feu de haine dans le Coeur, si nous voulons reprendre des forces et faire face a l’ennemi. Notre courage vient du fait que nous n’oublions pas et nous devenons encore plus fort. Il serait tres facile de faire la paix si nous n’etions pas menaces a chaque moment, et meme par des enfants dont les coeurs sont remplis de haine contre l’humanite par leurs propre familles. Notre seul choix est de defendre cette minuscule terre d’Israel que D… nous a donne, comme ces jeunes parmi tant d’autres qui donnent leur vie afin que d’autres humains puisse survivre. Nous n’attaquons pas, nous nous defendons. Nous sommes un people pacifique qui aimons la liberte et la joie de vivre et ne demandons pas mieux que de faire des amis dans tous les ronds points de la terre.

(1) Mozziconacci josé, April 21, 2015 10:21 PM

espoir de paix

oui chaque enfant est une promesse pour ses parents, israéliens, palestiniens, Français, américains, afghan....
Ne serait il pas bon que le peuple juif demande au gouvernement israélien de négocier une paix véritable et durable avec la Palestine qui pleure ses enfant elle aussi?? ne serait il pas bon de trouver un accord qui satisfasse ces 2 peuples? je pense que la communauté juive possède énormément de sagesse, peut être serait il possible de la mettre au service de la paix...

chacun peut changer le monde, il n'y a pas plus fort qu'un peuple qui se lève ensemble dans un objectif commun, unit pour la paix.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub