cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




L’empreinte du sceau du roi Ézéchias découverte à Jérusalem

L’empreinte du sceau du roi Ézéchias découverte à Jérusalem

Une découverte archéologique prodigieuse qui confirme – si besoin était – la véracité historique des événements cités dans la Bible.

par
Plus...

Un petit morceau d’argile a été découvert durant des fouilles effectuées près du mur méridional du Mont du Temple. Aujourd’hui, après bon nombre d’examens minutieux, le nom de son propriétaire a été confirmé : il s’agit du roi Ézéchias (‘Hizkiyahou), fils d’Achaz, qui a régné sur la Judée au 8ème siècle avant notre ère. Pour les archéologues, il s’agit d’une découverte prodigieuse qui « fait renaître les histoires contenues dans la Bible ».

Une trouvaille de taille

Ce n’est pas tous les jours qu’un archéologue découvre un vestige datant de plusieurs milliers d’années. Ce n’est que très rarement que ce vestige porte une inscription permettant de le dater très précisément. Enfin, il n’est jamais arrivé que le propriétaire dudit objet découvert par les archéologues soit un roi dont l’histoire est décrite dans la Bible.

C’est donc pour toutes ces raisons que le Dr Eilat Mazar, archéologue à l’Université hébraïque de Jérusalem, qualifie l’empreinte du sceau royal, appartenant au roi Ézéchias, découvert durant des fouilles effectuées près du mur méridional du Mont du Temple, de découverte historique.

Le petit morceau d’argile, grand comme l’ongle de l’auriculaire, portant l’inscription « À Ézéchias (fils d’) Achaz roi de Judée » date donc de l’époque du règne du roi Ézéchias, décrite dans le second livre des Rois, mais aussi dans les Chroniques. En marge de l’inscription, le sceau est orné d’un soleil affublé de deux ailes protectrices de part et d’autre ainsi qu’un symbole égyptien, la croix ansée, appelée ânkh, qui représente la vie dans les hiéroglyphes.

Voici maintenant plusieurs années que les fouilles du Dr Mazar se focalisent sur le versant méridional du Mont du Temple, appelé HaOfel. Il s’agit d’un bassin situé à l’extérieur des murailles de la Vieille ville sur la gauche lorsque l’on se rend du Kotel par la Porte des Immondices, en contrebas de là où se trouve aujourd’hui le Jardin archéologique Davidson.

C’est dans le système de fortifications datant de l’époque du roi Salomon, particulièrement bien préservé, et mis à jour par Mazar et son équipe, que les archéologues ont découvert l’empreinte du sceau du roi Ézéchias. Le rond d’argile scellait un rouleau de papyrus dont l’impression des fibres est visible sur le revers, suggérant que le sceau fermait un document signé par le roi lui-même, ce qui a fait dire à Mazar que « cet objet avait très probablement été tenu par le roi Ézéchias».

Ce qui impressionne le plus la communauté des archéologues, c’est que pour la première fois, une découverte archéologique confirme sans le moindre doute – si besoin était – la véracité historique des évènements cités dans la Bible. En effet, Ézéchias est décrit pour la première fois dans le second livre des Rois (16, 20) : « Achaz se coucha avec ses pères et fut enterré avec ses pères dans la cité de David. Ézéchias, son fils, régna à sa suite ». Le texte du sceau concorde donc parfaitement avec les données bibliques.

Selon la Bible, Ézéchias a régné entre 725 à 690 environ avant l’ère vulgaire. Son règne fut long et prospère puisqu’il agrandit la capitale de son royaume, Jérusalem, afin d’accueillir les réfugiés du royaume d’Israël venus s’installer en Judée suite à la destruction de leur royaume par les armées assyriennes vers 722.

Ézéchias, un roi exemplaire

Ézéchias fait acheminer l’eau portable vers Jérusalem par un canal découvert au 19e siècle (le fameux « canal d’Ézéchias», l’une des principales attractions du complexe de la Cité de David), développe l’agriculture et fait fructifier le trésor royal.

Sur le plan spirituel Ézéchias est décrit comme un roi sage et pieux, qui suit dès le début de son règne les conseils des prophètes Isaïe et Michée. Il renverse les idoles, introduit des réformes politiques et religieuses et rend au Temple sa centralité.

Ézéchias décide également de rompre avec la domination assyrienne et cesse d’envoyer son tribut à Sennachérib, roi d’Assyrie. Celui-ci envoie ses troupes armées sur la Judée et Jérusalem. C’est à cette époque qu’Ézéchias décide de construire des fortifications et un tunnel pour permettre l’approvisionnement en eau depuis la source de Ghihôn à la cité de David en cas de siège.

Sennachérib atteint Jérusalem et l’assiège. Ézéchias choisit de prier et le récit biblique raconte qu’à la veille de l’assaut assyrien contre Jérusalem, un ange tue 185 000 des soldats assyriens, empêchant ainsi la prise de Jérusalem.

Dans le Talmud (Sanhédrin 94a), il est enseigné qu’Ézéchias aurait pu devenir le Messie et la guerre menée par Sennachérib l’ultime guerre de Gog et Magog, si le roi avait entonné un chant de louange à D.ieu en signe de reconnaissance. La Bible le décrit en ces termes : « Il mit sa confiance dans le D.ieu d’Israël, et il n’eut pas son semblable parmi tous les rois de Judée qui vinrent après lui ou qui le précédèrent » (Rois B, 18, 5).

Cet article a paru dans le journal Hamodia – Édition française

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub