cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Épouser une convertie

Épouser une convertie

Il voyait en elle l’épouse idéale. Mais sa famille lui conseillait vivement de rompre. Voici le conseil que je lui ai donné.

par
Plus...

Un célibataire vint me consulter afin d’obtenir un avis rabbinique au sujet d’une question qui le préoccupait.

Ce jeune homme était profondément amoureux d’une femme dotée de toutes les qualités qu’il avait toujours prié de trouver chez sa future conjointe. Elle était belle, intelligente, sensible et discrète. Bref, c’était une femme avait qui il sentait pouvoir fonder un foyer juif empreint de toutes les valeurs authentiques de la Torah que tous deux partageaient. Le seul hic ? C’était une giyoret – une convertie, une jeune femme qui avait embrassé la foi juive non pas par naissance mais par choix personnel. Et la triste vérité c’est que dans le monde juif d’aujourd’hui, certains individus perçoivent son statut non pas comme une marque distinctive aux yeux des potentiels candidats au mariage mais plutôt comme un objet de méfiance, une raison suffisante de la disqualifier comme éventuelle conjointe.

« Devrais-je mettre fin à notre liaison ? me demanda le jeune homme. Bon nombre de mes proches et amis me conseillent vivement de le faire, arguant qu’elle n’a pas grandi dans le même milieu que moi et n’a vraiment aucune personnalité rabbinique importante dans sa famille ni modèle juif dont elle aurait pu s’inspirer. Que devrais-je faire ? »

Sa question me brisa le cœur. Une femme attirée à la beauté du judaïsme – une religion qui, dans toute la Torah, n’enseigne qu’une seule fois « aime ton prochain comme toi-même » mais juge bon de répéter à 36 reprises le commandement d’aimer le converti – se trouve ostracisée par ses coreligionnaires !

Avons-nous oublié l’histoire de Ruth, la convertie moabite qui choisit de rejoindre notre foi et notre peuple et mérita ainsi de devenir l’ancêtre du roi David et en fin de compte du Messie en personne ? Bien plus important que son passé, c’est son futur qui détermina son glorieux destin. Bien plus déterminant que ses origines, ce fut l’impact de ses valeurs et de son engagement sur son parcours spirituel qui détermina le jugement qu’on lui porta.

Ceux qui traitent les convertis comme des parias ignorent-ils l’histoire de l’illustre Rabbi Akiva, la personnalité rabbinique que le Talmud ose comparer à Moïse, et qui était un descendant de convertis ?

Les sages  de notre tradition ont l’honneur de compter parmi leurs rangs d’innombrables érudits qui étaient des Juifs par choix – des convertis, ou des descendants de convertis, dont le célèbre sage du Talmud Rabbi Méïr, ainsi que Onkelos, auteur de la traduction araméenne de la Torah dont le commentaire apparait invariablement dans toutes les impressions.

Tout au long de l’histoire, se trouvèrent toujours des sages qui œuvrèrent pour l’intégration de ces Juifs par choix. Ce faisant, ils se faisaient l’écho de la préoccupation exprimée dans le texte de la prière de l’Amida, que nous récitons trois fois par jour, pour le bien-être de tous les convertis. Dans le Talmud, Rabbi Elazar ben Pedat déclare que la raison d’être de l’exil imposé à notre peuple est de l’enrichir par la présence de davantage de convertis (Traité Pessa’him p.87/b) En outre, la Kabbala affirme que les âmes des convertis qui embrassent la foi juive ressemblent à des étincelles divines qui retournent à leur source suprême.

C’est peut être Maïmonide qui l’exprime de la manière la plus éloquente dans sa célèbre lettre de réponse à Ovadia le converti. Ce dernier, préoccupé par un grand nombre d’expressions liturgiques comme « notre Dieu et Dieu de nos pères » ou « qui nous a choisis » lesquelles semblaient évoquer un passé historique qui n’était pas le sien, demanda au sage espagnol s’il y avait lieu qu’un converti les dise.

Maïmonide débuta sa réponse en tranchant succinctement la règle : « Tu dois prier selon ce qui a été institué, n’y change rien ! Tu dois adopter le même rituel que tous les juifs, que tu pries seul ou que tu sois l’officiant. La raison essentielle est qu’Abraham notre père a enseigné à tous les peuples et les a fait réfléchir, il leur a fait connaître le chemin de la vérité et l’unité de Dieu, il a rejeté les idoles et a renié leurs services, il a placé tout un groupe sous les ailes de la Providence. Il a enseigné et prescrit à ses enfants et ceux de sa maison de garder la voie de Dieu comme il est écrit : « car je l’ai connu afin qu’il ordonne à ses enfants et sa maison à sa suite, et ils garderont le chemin de Dieu » (Genèse 18, 19) C’est pourquoi quiconque se convertit, quelle que soit la génération, et quiconque reconnaît l’unité divine, comme il est dit dans la Torah, est élève d’Abraham et ses enfants et il les a tous orientés vers le bien. […] Donc Abraham est le père de ceux qui suivent son chemin, c’est un père pour ses élèves, c’est-à-dire tous les convertis. […] Il n’y a aucune distinction entre toi et nous et ce, dans tous les domaines. »

Dans une lettre suivante, Maïmonide souligne l’observation remarquable suivante : si nous avons le devoir de respecter nos parents et d’obéir à nos prophètes, c’est au sujet des convertis vivant parmi nous que nous incombe une obligation encore plus exigeante ; celle de les aimer.

Je recommandai donc vivement à ce jeune homme, qui envisageait de rompre avec la femme de ses rêves à la lumière des commentaires négatifs de ses amis, de poursuivre leur liaison, tout en lui accordant mes sincères bénédictions.

Son amour du judaïsme, de la vie juive et des valeurs juives font d’elle un modèle pour tous  ceux qui la côtoient.

Cette histoire remonte à plusieurs années. Dieu merci, j’ai aujourd’hui la chance non seulement de savoir à quel point j’avais eu raison de l’encourager mais aussi d’avoir célébré le mariage entre ce Juif par naissance et cette Juive par choix. Tous deux forment un couple qui fait l’honneur de notre peuple et la joie de la communauté à laquelle ils appartiennent. Quant à leurs enfants, ils attestent de la véracité d’un adage trop souvent ignoré : bien au-delà de la glorification de notre passé, c’est la capacité de tirer fierté de notre avenir qui fait notre force.

Et, de façon remarquable, il semble que Dieu m’ait également récompensé de manière plus directe. Je suis la dixième génération d’une lignée de rabbins, et ai l’honneur de compter parmi mon ascendance de nombreuses personnalités rabbiniques éminentes, tout comme c’est le cas de mon épouse. Nous avons trois filles et un fils qui nous procurent énormément de joie et de satisfaction juive. Notre fils nous a fait découvrir un cadeau d’une valeur inestimable en la personne d’une Juive par choix qu’il a prise pour épouse. À l’instar de la Ruth biblique, notre belle-fille est une femme dotée d’une spiritualité et d’un courage personnel exceptionnels. Son amour du judaïsme, de la vie juive et des valeurs juives font d’elle un modèle pour tous  ceux qui la côtoient.

Nous l’aimons. Nous la respectons. Nous sommes extrêmement impressionnés par tout ce qu’elle a ajouté à notre famille. Et c’est en pensant à elle que j’ai eu envie d’écrire ces mots – des mots qui, je l’espère, nous rappelleront à tous le devoir de chérir ces individus qui, en vertu de leur propre sagesse, ont choisi de rejoindre notre peuple, afin que nous puissions hâter le jour où le monde entier reconnaîtra notre Créateur.

5/9/2017

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 6

(5) Tziona, November 8, 2017 5:14 PM

Thora de galout

Convertie depuis 27 ans installee en Israel mariee 4 enfants . Je vs invite sur mon groupe sur fb moi et mon guiour et vs serez ce qu est une comvertie

Miriam, November 10, 2017 10:03 AM

honteux

Merci Tziona d'avoir remis les pendules à l'heure. Le nombre d'inepties qu'on peut lire laisse pantois. Les personnes qui doutent de la qualité d'une conversion dans les normes, délivrée par un vrai tribunal rabbinique; en réalité doutent de la Torah tout court. Un guer est un Juif à part entière, tout comme moi qui suis née Juive. Seulement des ignorants se permettent de refuser ce que la Torah et nos sages admettent et qui est la base même de notre identité. Sans doute ils ne savent pas qu'en traitant de la sorte les guerim ils refusent Yethro, Ruth et par là même notre Roi David et notre futur Roi Mashiah qui sont de leur même lignée. Est-ce que cela serait juif par hasard?

(4) oliver, November 5, 2017 12:00 PM

super bravo tout simplement

quelle belle leçon

(3) Garbell, September 13, 2017 3:05 PM

S ouvrir a celles et ceux qui veulent suivre la " Voie"déjà tracée

Il faudrait que votre compréhension ouvre les yeux d autres qui auraient tendence a se replier sur eux même sans trop penser au judaïsme . Bravo !!!

(2) Israeli Yeoshoua, September 7, 2017 8:34 PM

Quand une personne fait un guiyour elle devient ben -bat Israël, et non pas ben Avraham elle a maintenant une nouvelle identité !! car ce sont les nations qui sont ben Avraham, les non juifs. Quand à vous messieurs les commentateurs, vous devriez avoir un peu plus de compassions pour tous ces jeunes juifs que seul D.ieu a permis de venir parmi nous et occupez vous plutôt de faire cesser cette pourriture de gay parade à Tel Aviv capitale mondiale de l'homo sexualité et surtout à Jérusalem notre capitale de l'Etat Juif ISRAEL!!!!!!
Shana Tova

Afficher toutes les réactions

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub