cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




L’ours Paddington est-il juif ?

L’ours Paddington est-il juif ?

Michael Bond, père de l’ours Paddington, créa son personnage en s’inspirant des enfants juifs réfugiés en Angleterre par les Kindertransports.

par
Plus...

Michael Bond, créateur de l’ours Paddington, l’un des personnages les plus emblématiques de la littérature enfantine, s’est éteint à l’âge de 91 ans. Mais la saga qu’il a créée continue de faire rêver adultes et enfants dans le monde entier : celle d’un ours péruvien qui débarque à Londres, à la gare de Paddington, avec une étiquette autour du cou : « S’il vous plaît, prenez soin de cet ours. » C’est la famille Brown qui l’accueille et l’adopte.

Quand Mr Bond écrit son premier album en 1958, il est inspiré par l’arrivée de milliers d’enfants juifs à Londres à l’aube de la Seconde Guerre mondiale.

En novembre 1938, après la destruction de centaines de synagogues et de milliers de maisons et commerces appartenant à des Juifs allemands et autrichiens, l’Angleterre assouplit ses mesures d’immigration restrictives à l’égard des réfugiés juifs et ouvrit ses frontières à des enfants juifs issus d’Autriche, de Tchécoslovaquie et d’Allemagne. Connus sous le nom de Kindertransports, ces convois d’enfants non accompagnés de leurs parents sauvèrent la vie de neuf à dix mille enfants juifs.

Le premier convoi de Kindertransport arriva dans la ville d'Harwich le 2 décembre 1938 et transporta 200 enfants provenant d’un orphelinat berlinois qui avait été détruit pendant la Kristallnacht. Ces petits voyageurs étaient dans un triste état ; ils portaient leurs maigres effets personnels dans des valises élimées, et une étiquette autour du cou indiquant leur identité. Près de la moitié des enfants des Kindertransports furent pris en charge par des familles d’accueil anglaises tout au long de la guerre ; les autres furent placés dans des écoles, des foyers, des fermes ou des colonies.

Quand il était enfant, Michael Bond assista à l’arrivée de l’un de ces convois à la gare de Reading. Des années plus tard, il évoquera l’impact profond que cette scène eut sur lui : « Je me souviens des étiquettes qu’ils portaient autour du cou. Je me rappelle aussi avoir vu au cinéma un film d’actualités racontant qu’Hitler avait fait irruption dans un  pays et montrant des personnages âgées poussant des charrettes chargées de toutes leurs possessions. Il n’y a rien de plus triste que de voir des réfugiés… »

Dans ses aventures de Paddington, Bond créa le gentil personnage de Dr Gruber, qui est apparemment un réfugié juif hongrois, et qui partage ses goûters avec l’ours. Plus tard, Mr Bond révéla qu’il avait effectivement basé ce personnage sur son agent littéraire Harvey Unna, qui était un réfugié juif : « C’était un homme adorable, un Juif allemand, qui s’apprêtait à devenir le plus jeune juge de toute l’Allemagne quand on l’a prévenu que son nom était sur une liste d’arrestation. Il a fui le pays et a débarqué en Angleterre avec seulement une valise et 25 livres en poche. »

Les enfants juifs que Michael Bond rencontra pendant son enfance marquèrent à tout jamais sa vision du monde : « Ils portaient tous une étiquette autour du cou avec leur nom et leur adresse, ainsi qu’une petite valise ou un baluchon contenant toutes leurs précieuses possessions. » Paddington fut, en quelque sorte, un hommage rendu à ces courageux petits réfugiés.

Michael Bond s’est éteint mais il laisse derrière lui son adorable personnage, un petit ours courageux, qui rend hommage aux enfants des Kindertransports qui, comme Paddington, abandonnèrent tout ce qu’ils avaient de plus cher pour trouver refuge dans une terre étrangère. 

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub