cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
  • Lecture de la Torah: Noa'h
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Tout pour plaire... Et toujours célibataire

Tout pour plaire... Et toujours célibataire

Comprendre et affronter la crise du célibat involontaire.

par

À 50 ans, l'âme de Benjamin est en souffrance. Jour après jour, il rencontre des amis plus jeunes que lui qui ont déjà des enfants, voire parfois des petits-enfants. Benjamin se réjouit sincèrement pour eux. Il danse de tout cœur à leurs célébrations. Ses plaintes, il les garde pour D.ieu.

« ll y a des moments où je me sens tellement en colère contre le Ciel, tellement déprimé, confie-t-il. Mon Dieu, Tu m'as donné tellement de talents, mais tu ne me donnes pas l'occasion de m’en servir pour rendre heureuse ma femme ».

Si Benjamin avait des défauts majeurs, sa situation serait plus compréhensible. Mais ce n'est pas le cas.

Bel homme dynamique et plein d’humour, Benjamin est profondément ancré dans la culture et l'identité juives. Depuis ses trente ans, il est devenu pratiquant et ce, à travers son engagement progressif dans le mouvement Aish Ha-Torah.

Benjamin rêve d’inviter ses amis à son mariage et des amis, il en a des tas. Sa nature sociable et sa personnalité très attentionnée lui ont valu une grande popularité au sein de sa communauté. Au fil des années, beaucoup de ses connaissances ont tenté de lui présenter des jeunes filles. Et plus encore se sont étonnés qu'un homme qui a tout pour plaire soit toujours célibataire.  Certains lui reprochent de faire le difficile, mais sa liste d’exigences est courte. Benjamin n’a pas d’attentes déraisonnables sur la vie à deux, et il n'a pas changé de point de vue au cours des dix dernières années.

La situation de Benjamin est déchirante. Malheureusement, il y a des dizaines de milliers de Benjamin dans nos communautés, autant de victimes de cette calamité sociale appelée célibat involontaire qu’il nous faut comprendre et affronter.

La culture de l’illusion

Au tout premier rendez-vous, les filles me font le coup de l’interrogatoire. Puis elles se font leur petite idée sur moi sans prendre la peine de me connaître vraiment.

Une nouvelle philosophie s'est emparée de l’Occident, une philosophie que l’on pourrait appeler l’instantané-isme. Celle-ci vient se greffer à la culture égocentrique du « tout m’est dû » qui prévaut depuis les années 70 et qui explique pourquoi les gens d'aujourd'hui ont moins de patience et moins de tolérance pour les défauts que par le passé. Est-ce les retombées de la restauration rapide, des actualités en temps réel, de  la messagerie instantanée ? Toujours est-il que dans ce contexte de gratification immédiate, nous espérons succomber au coup de foudre tout de suite et nous n’avons pas la patience de fournir les efforts nécessaires pour apprendre à connaître le caractère d'une personne, ses objectifs et ses valeurs. Autant de facteurs sont pourtant les conditions sine qua non d’une relation à long terme réussie.

A la place, nous nous concentrons sur le superficiel ou le transitoire : un tour de taille hollywoodien, des biceps à la James Bond, une excellente situation financière.  Or de telles considérations détournent l’attention de ce qui importe vraiment dans une relation. « Au tout premier rendez-vous, les filles me font le coup de l’interrogatoire. Puis elles se font leur petite idée sur moi sans prendre la peine de me connaître vraiment », déplore Benjamin

Le matérialisme est endémique. Attentes d'une bague de fiançailles au prix exorbitant, visions d'un mariage somptueux et d’une maison luxueuse. Benjamin confie que certaines filles tentent de connaître le montant de sa fiche de paie au cours des 15 premières minutes du rendez-vous. S’il en avait le cran, il aimerait les taquiner : « J’ai un revenu à six chiffres, mais avec une virgule au milieu… »

Parmi les personnes les plus engagées dans la religion, il y a aussi le critère de l’ascendance, une espèce de pression inflexible d’entrer uniquement dans une famille sans tâche, issue d’une lignée prestigieuse. D’après ce critère, il s’avère que si nos patriarches vivaient aujourd'hui, ils seraient restés célibataires : le père d'Abraham était un idolâtre invétéré, Isaac avait un frère arabe extrémiste, et le jumeau de Jacob était un truand… Bon nombre d’entre nous pensons que les gens possèdent une certaine « valeur marchande » calculée à partir d’indices tels la santé, l’apparence, le rang social, le niveau d'éducation, et ainsi de suite. Au moment de choisir notre conjoint, nous comparons cette valeur marchande avec la nôtre, comme s’il s’agissait de faire « la meilleure affaire possible ».

Le seul hic, c’est que les relations interpersonnelles ne fonctionnent pas de cette manière. Que l’amour n’obéit pas aux règles du marché. Et que cette volonté puérile de mesurer les autres à l’aulne de l’avoir plutôt que de l’être peut nous barrer à tout jamais la route de la vie à deux : ce que nous désirons sera impossible à obtenir, et ce que nous pouvons obtenir sera indésirable.

Ne nous faisons pas d’illusion : la perfection n’est pas de ce monde. Et quand bien même ce serait le cas, l’ironie veut que ce soit plutôt l’imperfection qui est garante d’un mariage heureux. Car c’est elle qui laisse de la latitude au travail sur soi, et qui permet à chaque partenaire d'apporter une contribution unique et significative au développement de l'autre. La compatibilité, bien que primordiale, n'est qu'un des facteurs clés d'un mariage heureux, l’autre étant l’effort fourni en permanence par les deux partenaires pour entretenir la flamme.

Ce que nous pouvons faire pour les aider

Il y a beaucoup de choses que l’on peut faire, à titre communautaire ou individuel, afin d'aider ce nombre croissant de célibataires éprouvés à trouver âme sœur.

Les couples mariés doivent s’efforcer de garder contact avec leurs amis célibataires.

Les rabbins recommandent aux fiancés de suivre des cours de préparations au mariage. Pourquoi ne pas élargir l’initiative en organisant des ateliers pré-rencontre pour enseigner aux jeunes ce qu'il faut rechercher chez un conjoint ? Ces ateliers pourraient être proposés dans les écoles secondaires juives, et couvrir les aspects religieux et psychologiques des rencontres. Et que diriez-vous de créer une mini agence matrimoniale dans chaque communauté dont l’objectif serait de répondre aux besoins des célibataires juifs locaux? Mieux encore, de mettre en place des réseaux à l’échelle nationale qui recruteraient des bénévoles, recueilleraient des fonds et aideraient les célibataires à se rencontrer ?

Et puis, chaque communauté devrait penser à organiser des évènements originaux pour les célibataires, comme des débats ou des conférences sympas sur ce qui compte vraiment chez un conjoint potentiel.

Au niveau individuel, les couples mariés devraient faire l’effort de garder contact avec leurs amis célibataires. Certes, vos centres d’intérêt ne sont plus les mêmes, vos responsabilités se sont multipliés, mais un coup de fil de 15 minutes peut remonter le moral de votre copain et renforcer son sentiment d’appartenance à la collectivité. Soutenez-le, conseillez-le et surtout, écoutez-le.

Autre conseil, tenez votre propre carnet de rencontres. Consacrez une colonne pour les hommes éligibles et un autre pour les femmes célibataires que vous connaissez. Notez les numéros de téléphone, la ville de résidence et l'âge (n'oubliez pas de dater les entrées). Précisez quelques détails pertinents : aime sortir, veut vivre en Israël etc. Chaque fois que vous rencontrez ou pensez à de nouveaux célibataires, notez-les dans la colonne appropriée et cherchez dans l'autre colonne une personne potentiellement compatible.

Pensez aussi à inviter des célibataires pour Chabbath ou Yom Tov. Accueillez-les seul pour mieux les connaître, ou avec d’autres couples mariés ou des célibataires pour agrandir leur réseau social. Juste un conseil, évitez les rencontres forcées en invitant un seul représentant de chaque sexe à moins bien sûr de les en avoir prévenus.

Et, last but not least, mentionnez vos amis célibataires dans vos prières. Outre le pouvoir de la prière, cette attention leur garantira une place dans votre cœur et votre esprit, et vous serez naturellement aux aguets quant aux candidats potentiels que vous pourrez leur présenter.

Pour Benjamin, comme pour tant d'autres qui aspirent à construire leur propre foyer, les aiguilles tournent trop vite. Pourtant, il reste positif et optimiste. Ce qui lui donne la force d’avancer, c’est cet espoir : si D.ieu l’a fait patienter si longtemps, c’est qu’Il lui a sûrement prévu une femme exceptionnelle…

Benjamin y met du sien. A nous d’en faire autant.

Publié: 11/11/2012


Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Vos réactions : 4

(4) rachel, November 4, 2013 9:06 PM

L'analyse de l"article relatif au célibat est tout à fait pertinent objectif et justifié .La mentalité ambiante communautaire rend difficile toute rencontre éventuelle:trop d'a-priori, trop de projets "planifiés" faisant fi de la beauté fortuite de la rencontre.Ma situation ressemble étrangement à celle de Benjamin....

(3) MILI, October 9, 2013 10:40 PM

Perso, chu célibataire, je veux me marier mais..!! je trouve que les gens qui ne sont pas passé par cette dur attente ne peuvent pas nous comprendre! mais faut garder a l'esprit que trouver son conjoint c'est min hachamaim; c'est 100% Hachem! il faut se renforcer dans la tefila, la prière!! jspr qu'on va vite tous trouver notre conjoint et avec facilité; sans déceptions!

(2) Yaacov, November 12, 2012 5:51 PM

Toujours celibataire

J'ai lu avec intérêt votre article et je partage votre point de vue, sauf que je pense que la situation aujourd'hui pour les célibataires juifs ou juives est encore plus dramatique que ce que vous décrivez, car les repères ont disparu. J'ai 4 enfants (29, 27 25 et 19 ans). J'habite, depuis 10 ans, aux US dans le Midwest où la communauté juive représente environ 13000 âmes. La mentalite des juifs americains je la qualifie de catastrophique car ils sont d'abord americains, puis democrates et enfin juif. Cet ordre de chose est dramatique et est une insulte au judaisme. Au dela des raisons que vous evoquez, il y a cette decadence de l'identite juive qui s'etiole au fil du temps. Certains jeunes "mariables" ont ete a New York, Los Angeles, Miami ou les communautes juives sont relativement importantes et le constat est le meme. Les groupes de jeunes juifs sont tres fermes. Il est extremement difficile de s'integrer et je dirais meme a tout age. Ces memes jeunes qui ont bouge ont encore bouge pour changer d'etat et taquiner leur chance. Rien n'a y fait. Alors... devinez donc ce qui s'est passe ? mes 2 grands enfants sont aujourd'hui maries avec des goys. Malgre toutes nos mises en garde et explications, on se heurtait au meme echec."Ou sont les juifs ???"A la synagogue, il n'y avait que des gens pas tres jeunes donc rien a attendre. Les jeunes difficiles a rencontrer... Alors, on se rabat sur des goys qui bien souvent ne veulent meme pas se convertir (conversion Mickey Mouse). C'est le drame de la plupart des jeunes juifs aujourd'hui et qui ne presage rien de bien pour le peuple juif. Ces mariages mixtes eteindront lentement la flamme du judaisme. Quelle epoque ??????

(1) Anonyme, November 12, 2012 2:10 PM

Quel bel article, plein de sensibilité et d'intelligence ! La situation de Benjamin est semblable à celle de nombre d'entre nous .... Existe-t-il dans la communauté, en région parisienne, des rencontres organisées pour quinquat prêts à (re) tenter leur chance, qui souhaitent continuer ardemment leur vie dans la joie et le bonheur ?

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub