cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Je suis hyperchabbat - Édition 2017

Je suis hyperchabbat - Édition 2017

Téléchargez le kit du parfait hyperchabbatien pour un Chabbat hyper Cacher, hyper Chabbat...

par et
Plus...

C’est devenu une tradition…

Pour la troisième année consécutive, le Consistoire organise un « hyperchabbat » communautaire à la mémoire de toutes les victimes d’attentats antisémites et du djihadisme.

Rappelons que cette initiative est née au lendemain du terrible attentat contre l’Hypercacher de Vincennes qui a fauché la vie de quatre hommes juifs : Michel Saada, Philippe Braham, Yoav hattab et Yohann Cohen de mémoires bénies.

Ce jour-là, un office se tenait à la synagogue Nazareth, dans le 3e arrondissement de Paris, pour clôturer publiquement la période de la Chiva. L’assistance était en larmes. En présence du grand rabbin de Jérusalem, Shlomo Amar, du grand rabbin de France, Haïm Korsia, du grand rabbin de Paris, Michel Gugenheim, et du maire de Jérusalem, Nir Barkat, Joël Mergui a lu, la gorge nouée, le dernier message SMS envoyé par Yoav Hattab zal avant d’entrer dans le magasin où il a perdu la vie. Fils du rabbin de Tunis Batou Hattab, le jeune homme de 23 ans écrivait à une amie : « Essaie de faire Chabbat dès que tu arrives (...). Ce sont des moments difficiles en France pour les Feujs… »

Comme l’expliquera Joël Mergui, c’est en souvenir de ce texto que le premier « hyperchabbat » s’est imposé le 6 février 2015, à l’occasion du premier mois de deuil, afin de « réaliser ce Chabbat inachevé, d’exaucer un dernier vœu, un testament. Nous avons pris cette initiative en mémoire de ces 4 gardiens du Chabbat, engagés dans la défense quotidienne de leur identité juive, et pour ce jeune homme qui avait à cœur de voir rayonner la lumière de la vie ».

Un an plus tard, à l’issue de l’office qui a marqué l’anniversaire du massacre à la synagogue de Vincennes, une jeune fille s’est présentée au président du Consistoire : « La personne que Yoav voulait convaincre d’observer Chabbat, c’était moi. Mon nom est Léa, mais tout le monde m’appelle Lélé, je suis étudiante à Madrid et voici le SMS qui figure encore sur mon téléphone portable ». Elle confie alors à Joël Mergui que désormais et à la suite du SMS de Yoav, elle respecte scrupuleusement le Chabbat. Et c’est cette rencontre inopinée dans la choule de Vincennes qui a poussé le président de l’institution cultuelle à renouveler l’« hyperchabbat » début 2016 : « En réaction à la barbarie antisémite des djihadistes, disait-il, nous avons l’obligation morale de résister, d’être plus unis, plus solidaires, d’être ce que les assassins et les antisémites refusent que nous soyons : des Juifs bien vivants, des créateurs de flammes. Nous avons le devoir d’être hyper vigilants, hyper engagés, hyperchabbat ».

Depuis, c’est devenu une tradition. Aux quatre coins de la France, les communautés se retrouvent le temps d’un Chabbath.

Vous aussi, vous souhaitez participer à cette merveilleuse expérience. Téléchargez le kit du parfait hyperchabbatien et rapprochez-vous de la communauté juive locale pour connaitre les événements organisés à cette occasion.

Hyperchabbat Chalom !

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub