cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Les règles du Shabbat pour les débutants

Les règles du Shabbat pour les débutants

Si vous voulez que le concept selon lequel Dieu est le Créateur prenne vie, vous devez vous-même cesser de créer

par

Quelles sont ces lois, pourquoi nous ont-elles été données et d’où proviennent-elles 

 Dieu dit dans un seul et même souffle : « Observe et souviens-toi du chabbat ». 

 Aimer Dieu, passer du temps avec sa famille, renouer avec soi-même et avec ses amis, tout ceci fait partie du commandement de se « souvenir » du chabbat

 Aussi beaux soient ces concepts, ils se doivent d’être ancrés sur une base solide, un terreau sur lequel ces idées pourront prendre racine et se développer. 

 Cette base, c’est l’injonction d’« observer » le chabbat, comme cela est décrit en détail dans la halakha, la loi juive. 

 Pourtant, le terme halakha ne peut être traduit littéralement comme « loi », car il provient de la racine « halakh », qui signifie « aller », « marcher ». Halakha signifie donc « chemin ». Il ne s'agit pas de ce qu’il faut ou ne pas faire, mais plutôt d’une démarche. Lorsque les lois sont étudiées en profondeur et appliquées au sein d’un mode de vie juif, la halakha n’est plus une restriction, mais une orientation. Dans la mesure où elle est associée à la beauté de l’injonction « souviens-toi » du chabbat, ce tandem ouvre un monde sans limites, un monde d’une profondeur infinie, aux possibilités illimitées. 

 Les deux commandements, à  savoir observer et se souvenir, ont été dictés par Dieu dans un même souffle, parce que l'un sans l'autre serait vide de sens. 

 Dans une relation de couple, si l’un des conjoints dit à l’autre « Je t'aime », ce dernier ressentira une sensation agréable. Par contre, si celui qui prononce ces paroles n’a jamais rien fait pour l’autre, ni exprimé son affection d’une quelconque manière, ces mots dénués d’actions concrètes ne resteront que des mots. 

 Si vous voulez que le concept selon lequel Dieu est le Créateur prenne vie, vous devez vous-même cesser de créer, faute de quoi ce beau concept restera théorique. 

 Le jour du chabbat, le monde est achevé et l’homme accompli. Le chabbat est le rappel hebdomadaire de cet accomplissement. Même si nous l’acceptons, la seule façon d'y parvenir réellement est de le vivre de manière tangible. 

 Lorsque Dieu dit : « Six jours par semaine vous ferez tout votre travail », Il ne fait pas référence uniquement aux tâches à exécuter au bureau. Il est question de nous-mêmes et de la manière dont nous devons nous efforcer de travailler sur nous-mêmes. 

 Chabbat est là pour nous interpeller sur ce que nous voulons être : nous accomplir, travailler notre personnalité, prendre conscience de notre caractère unique et acquérir un sentiment d’achèvement. Ces principes sont à notre portée ; les atteindre signifie que nous sommes dans la bonne direction. Le chemin, c’est la halakha

 * * * 

 Ce qu’il faut savoir 

 D'où  proviennent toutes ces lois ? 

 Rappelez-vous dans le film Les Dix Commandements le moment où le peuple juif quitte l'Egypte et erre dans le désert. A un moment donné, Dieu leur ordonne de construire le michkan, un sanctuaire portatif, qui contiendra entre autres les tables de la Loi. Ce michkan sera transporté par les Juifs durant tout leur voyage. 

 Selon la tradition, c’est en comprenant le michkan que nous pouvons saisir en même temps le sens du chabbat

 Le michkan était la résidence principale de la Présence divine dans le désert. C’est par son biais que la Présence divine pouvait régner dans le monde. Toute activité nécessaire à la construction de la demeure du Créateur est considérée comme étant un acte de création. 

 Nous nous efforçons également, pendant le jour du chabbat, d'introduire la présence de Dieu dans ce monde. Nous nous abstenons de toute création, dans le but de réaffirmer que nous ne sommes pas maîtres de notre destin. Quelqu'un d'autre s’en occupe. 

 Pour savoir ce qui est considéré  comme une « création », il nous faut étudier les règles relatives à la construction originelle du michkan. Notre tradition recense 39 catégories d’activités. 

 De nombreux ouvrages traitent de ces concepts et dressent une liste des lois du chabbat de manière détaillée. Pratiquement toutes les situations susceptibles de se produire le jour du chabbat y sont relatées, ainsi que la conduite à tenir dans chaque cas. (Par exemple, a-t-on le droit pendant chabbat de suspendre à un mur un cadre qui serait tombé ?) 

 Par ailleurs, y sont traitées les situations classiques ainsi que la conduite à suivre dans chaque cas (en supposant que vous n'êtes ni sur une île déserte, ni sur un bateau en pleine mer). 
 
Cuisiner 

 Il est interdit d’utiliser une source de chaleur sur des objets dans le but de les transformer d’une quelconque manière. De la pâte à pain était confectionnée puis cuite dans le michkan, c’est pourquoi nous nous abstenons à notre tour de toute forme de cuisson le chabbat
 
Comment s’y prendre ? Il s’agit essentiellement de cuisiner à l’avance et de garder les aliments chauds, au moyen d’un blekh (plaque de cuivre posée sur un gaz allumé), d’une plaque de chabbat (plata) ou d’une marmite électrique. On pourra se servir d’une bouilloire électrique que l’on branchera avant l’entrée du chabbat afin d’avoir de l’eau chaude pendant chabbat. Pour pouvoir observer correctement cet aspect important du chabbat, il est indispensable de bien étudier le sujet.

  
Conduire 

 Il est interdit d’allumer ou d’éteindre un feu pendant chabbat. Conduire un véhicule (qui consomme du carburant et produit des étincelles) s'inscrit donc dans cette catégorie. 
 
Comment s’y prendre ? Marchez ! Il n'y a rien de meilleur que la marche. Il s’agit d’un véritable changement de rythme qui permet de prendre le temps pour réfléchir, pour observer autour de soi et pour respirer. Nous passons à coté de tant de choses en passant notre vie en voiture. Profitez de cette pause qui vous évite d'avoir à courir de partout, et kiffez, tout simplement. 

 Si votre synagogue est au bout du monde, vous pouvez vous y rendre en voiture vendredi après-midi avant l’entrée de chabbat et y garer votre voiture jusqu'à samedi soir. Vous n’aurez que le trajet du retour à effectuer à pieds le vendredi soir. En journée, le chemin à l’aller et au retour de la synagogue est en général un plaisir. 

 Prévoyez de rendre visite à  des amis ou à des voisins, ou retrouvez-les à mi-chemin ou dans un parc le chabbat après-midi. 
 
Manipuler de l'argent 

 Le chabbat, nous évitons toute activité profane telle que faire ses courses. L'argent est mouktsé (c’est-à-dire « mis de côté », car écarté de notre esprit), comme tout objet n'ayant pas d’utilité pendant chabbat, et ne peut donc pas être déplacé. Les factures (qui bien sûr ne peuvent être payées le jour du chabbat) sont également mouktsé

 Comment s’y prendre ? Rangez vos portefeuilles, sacs à main et argent avant l’entrée du chabbat
 
Téléphone 

 Il est interdit d’apporter une touche finale aux objets (« la dernière finition, le dernier coup de marteau »), ce qui inclut également le fait de fermer un circuit électrique. Le téléphone, tout comme la radio, la télévision et tout ce qui fonctionne à l’électricité tombent sous cette catégorie. Lorsqu’on observe correctement cet aspect du chabbat, cela procure une sensation des plus agréables. Le havre de paix auquel tout le monde aspire ne peut s’atteindre que par le calme magistral consécutif à l’absence de sonneries de téléphone. 
 
Comment s’y prendre ? Vous pouvez informer votre famille et vos amis que vous n’êtes pas joignable au téléphone pendant chabbat. En général, les gens le comprennent rapidement et prennent leur mal en patience en attendant jusqu'à samedi soir pour vous appeler. Si vous voulez vraiment ressentir l’ambiance du chabbat, débranchez tous les téléphones de manière à ne pas être dérangé par la sonnerie. 
 
Lumières 

 Ceci tombe également sous l’interdiction de fermer un circuit, tel que mentionné à propos du téléphone. 
 
Comment s’y prendre ? Décidez avant l’entrée de chabbat des lumières qui resteront allumées et de celles qui resteront éteintes. Vous pouvez mettre du scotch sur les interrupteurs de certaines pièces très fréquentées, telles que la salle de bains ou les toilettes, pour éviter de les allumer ou de les atteindre par inadvertance. (Lorsqu’on se rend aux toilettes la nuit, il arrive bien souvent d’éteindre la lumière dans un moment d’inattention !) 

 Des minuteries peuvent être utilisées pour allumer ou éteindre automatiquement les lumières pendant chabbat, à condition de les régler avant l’entrée de chabbat
 
Papier toilette 

 Tout ce qui est attaché ou relié – avec de la colle, par une couture ou même une agrafe – ne peut être détaché intentionnellement le chabbat. Ceci inclut le fait de diviser un objet existant pour en créer un autre, créant ainsi quelque chose de nouveau. Couper du papier toilette tombe également sous le coup de cette interdiction. 
 
Comment s’y prendre ?  Découpez du papier toilette avant chabbat ou utilisez des mouchoirs. Pour le papier absorbant, déchirez au préalable une certaine quantité ou utilisez des serviettes en papier. 
 
Arroser des plantes / cueillir des fleurs 

 Si tout est achevé le jour du chabbat, et que nous nous abstenons de toute action qui exprime l’emprise que l’homme a sur le monde, entretenir la vie (ou, dans certains cas entrainer la mort) doit bien entendu être évité. C’est pourquoi, une fois le chabbat entré, nous ne pouvons pas arroser les plantes (ni mettre des fleurs dans l'eau). 
 
Comment s’y prendre ? Assurez-vous que les fleurs soient mises dans l'eau à l'avance et que les plantes soient arrosées avant chabbat. Si quelqu'un vous apporte des fleurs pendant chabbat, remerciez-le et mettez-les dans un vase sans eau. En général, elles tiennent sans problème ; une fois chabbat sorti, versez de l'eau dans le vase. 
 
Écrire / effacer / déchirer des lettres 

 Écrire, dessiner, effacer ou même déchirer des lettres sur un paquet est interdit. Les stylos, crayons, gommes, etc., sont par conséquent mouktsé
 
Comment s’y prendre ? Rangez tous les crayons, marqueurs, stylos, etc. de manière à ne pas être amené à les utiliser. Les emballages et bouteilles qui seront utilisés pendant chabbat doivent être ouverts au préalable (ou ouverts avec soin pendant chabbat), afin de ne pas déchirer les lettres qui s’y trouvent. 
 
Note importante: Quand une vie humaine est en danger, tout doit être fait afin de la sauver. C’est pourquoi on peut, pendant chabbat, conduire à l’hôpital toute personne qui se trouve dans une situation d'urgence. Le téléphone peut être utilisé, et ainsi de suite. Les lois du chabbat sont mises de côté pour pouvoir sauver une vie.

Publié: 17/11/2011


Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Vos réactions : 26

(14) Anonyme, November 19, 2014 1:43 PM

Apprendre

Bonjour, je suis adolescente et issue d'une mère juive et un père catholique. Je suis très orientée vers le judaïsme et aimerait avoir de l'aide et des conseils pour respecter chabbat et la vie au quotidien. Mon père refuse toute religion. Donc je n'ai pas le choix. Je dois obéir. J'etudie dans un etablissement public donc a la cantine je respecte le repas. Mais chez mon pere je n'ai pas le choix. Comment faire pour conjuger religion et parents? Pouvez vous m'envoyer de l'aide par e-mail par exemple ? Merci d'avance. Clara

Clara, November 20, 2014 1:25 PM

suite

Merci d'avance a l'equipe rabbinique. En attente de reponse.
Clara

(13) talbi, June 28, 2014 11:49 AM

Shabbat shalom a tous les juifs du monde..... Jai 22 ansje mapelle sofiane, spirituel depuis la naissance.le judasime m attire depuis bientot 4ans, alors j aimerais me convertir en sachant que je suis marocain d origine,de nationalite francaise et je suis certain d avoir eu des ascendants juive du coter de mon pere et ma mere, alors bien sur j aimerais que vous m en dite un peu plus sur les convertie dans le judaisme??? En esperant que plusieurs main se tendent vers moi afin de me guider....sans complexe.

(12) Anonyme, May 10, 2014 8:05 PM

Chabat m'angoisse

Bonsoir, J'ai toujours été à l'école juive, j'ai toujours mangé casher (sauf poisson à l'extérieur) mais je ne faisais la tfila qu'à l'école et je ne respectais pas Chabat (chez moi on faisait juste la prière pour les repas). Il y a deux ans mon grand père est tombé malade (il est parti depuis) et j'ai décidé de faire la tfila tous les matins, le shema tous les soirs, les prières avant de manger, au sortir des toilettes et enfin faire Chabat. Les prières ne me dérangent pas. Elles me font me lever un peu plus tôt (je mets 40 min environ le matin) mais Chabat m'angoisse et je ne prends aucun plaisir à le faire. Je m'explique : cette année je passe un concours en septembre. Je dois donc bosser plus que d'habitude depuis quelques semaines et ça fait trois Chabats où je craque avant la fin, que je fais que pleurer.. Je me demande comment gérer ça. Bosser mes cours en lisant uniquement sans ordinateur et autres stimulants m'endort. Du coup je passe ma journée à dormir et pleurer. Ma question est la suivante : dois je continuer et ça me passera ? Merci pour votre réponse et chavoua tov

L'équipe rabbinique d'Aish.fr, May 12, 2014 5:27 PM

La réponse du rabbin

Chère lectrice,

Votre témoignage doit rappeler bien des souvenirs à beaucoup de juifs qui sont aussi passés par cette difficile épreuve de s’habituer au respect du Chabbat.
Tout d’abord, sachez que tous les efforts que vous déployez pour accomplir cette grande mitsva possèdent une immense valeur aux yeux de Dieu. On pourrait dire que chaque fois que vous priez ou accomplissez une quelconque mitsva, Dieu « dance » dans le ciel. Gardez bien à l’esprit cette réalité : il n’y pas plus grand pour Dieu que le don de soi.

Au sujet du Chabbat, nos Sages nous rapportent (Chabbat, 10b) : « D.ieu dit à Moïse : J'ai dans ma réserve de trésors un cadeau précieux, et son nom est Chabbat. Je veux l'offrir à Israël. Va le leur annoncer. »

Pour le moment, vous le vivez plutôt comme un cadeau empoisonné !
Rassurez-vous, c’est normal. Chabbat est effectivement un cadeau immense pour les personnes qui veulent bien se donner la peine de passer tous les tests que Dieu leur envoie en chemin. Ce n’est qu’une fois que, à force de détermination et de patience, qu’au bout d’un certain temps on commence à goûter à ses délices.

Pour ce faire, vous devez vous efforcer de souligner l’aspect positif du Chabbat et ne pas vous concentrer sur le côté « restrictif » du Chabbat. Une des mitsvot primordiales du Chabbat consiste d’ailleurs à prendre du plaisir ; en consommant des plats raffinés, en se mettant sur son 31, en retrouvant des amis et de la famille etc.

Il est vrai que dans votre situation, la perspective des examens ne vous laisse ni le temps, ni la tranquillité d’esprit pour vous « déconnecter » totalement du train-train quotidien. Mais croyez-moi, si vous étudiez sérieusement pendant la semaine, le fait que vous respectiez le Chabbat avec le sourire va vous aider plus que tout autre chose pour réussir. Nos sages affirment en effet que le Chabbat est source de toutes les bénédictions. Dieu nous l’a donné pour que l’on ait un avant-goût du monde futur. Alors essayez de pensez différemment et réjouissez-vous d’avoir eu le mérite que d’en-haut, on vous ouvre les portes, même si elles sont parfois difficiles à pousser.

Vous êtes embarqués dans un processus qui s’appelle la Téchouva, comme toute grande chose c’est n’est pas un processus instantané, la longueur du processus et les difficultés en chemin vous purifient et vont vous permettre de raffiner votre sensibilité. Continuez votre combat et surtout ne lâchez sous aucun prétexte. Des milliers de juifs sont aussi par là et aujourd’hui ils jurent que le jeu en a valu la chandelle.

Alors, séchez vos larmes et mettez toutes les chances de votre côté pour faire du Chabbat un jour de détente bien mérité, un jour de ressourcement et un jour d’inspiration. Concrètement, vous pouvez peut-être consacrer un moment de votre Chabbat à assister à un cours de Torah, à prier à la synagogue ou à étudier un ouvrage traitant de la beauté du Chabbat.

Chaque début est difficile nous disent nos Sages. Mais si vous persévérez, c’est toute la douceur et la splendeur du Chabbat qui illumineront votre semaine entière !

Bon courage et bonne chance pour votre concours et n’oubliez pas de nous annoncer la bonne nouvelle quand vous réussirez !

Avec tous nos souhaits de réussite

L’équipe rabbinique d’Aish.fr

Afficher toutes les réactions

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub