cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
  • Lecture de la Torah: Réé
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Voie n°10 : Honorer les sages

Voie n°10 : Honorer les sages

Pour acquérir la sagesse, inutile de chercher dans les livres; il suffit d'observer avec attention ceux qui la possèdent. Et de s'inspirer de leur exemple...

par
Plus...

Imaginez qu'on vous emploie pour construire un pont sur la Seine. On vous fournit les matériaux, les équipements, les ouvriers. Les honoraires offerts sont mirifiques, mais à la condition de travailler sans l'aide d'aucun ingénieur. Seulement voilà, vous n'avez pas la moindre connaissance d'une science, soit dit en passant, s'est élaborée sur des milliers d'années. Alors ! Vous faites comment ?

Réponse possible : " Eh bien ! Je visite des ponts. Je les regarde bien. Je les traverse. Je fais quelques petits tests à droite à gauche… "   Vous êtes conscient du ridicule ? Avec cette méthode, même en cinquante ans vous n'y arriveriez jamais. La démarche judicieuse serait plutôt de s'inscrire dans la meilleure école d'ingénieurs, d'étudier à fond pendant un an, de lire tout ce qui concerne le sujet et ensuite de revenir construire votre pont. Car toute entreprise importante nécessite une formation.

Il devrait en être de même pour les actes importants de notre vie : carrière, mariage, éducation des enfants... Pourtant, la plupart d'entre nous se lancent dans l'existence en se disant : " On verra le moment venu, on fera selon l'inspiration…etc. " Et quand ça tourne mal, on panse ses blessures et on repart à zéro. Mais est-ce la meilleure façon de conduire sa vie ?

Pourtant construire sa vie est autrement plus compliqué que bâtir un pont. Si l'on veut que sa vie soit une vie cohérente et motivée par un but, il faut se trouver des maîtres qualifiés qui vous dispensent un enseignement intensif.

Notre dossier numéro 10 est consacré à la notion de béchimouch 'ha'hamim que l'on peut traduire littéralement par " en servant les sages " Se mettre à la disposition du sage ne signifie pas uniquement l'assister, mais aussi apprendre de lui.

On ne peut réussir sa vie sans une aspiration à la sagesse. Attachez-vos pas à ceux de personnes sages et observez leur pratique de la sagesse dans leur vie quotidienne. N'hésitez pas à les mitrailler de questions tant qu'elles ont du temps à vous accorder.

La sagesse est ce qu'il y a de plus précieux car c'est elle qui permet de donner du sens à  votre vie. Accepteriez de vous faire opérer de manière improvisée ? Jamais ! Alors pourquoi laisser votre propre vie se dérouler au petit bonheur la chance ?

L'apprentissage de la vie 

L'être humain est épris d'indépendance. Nous supportons difficilement l'idée d'avoir besoin des autres et préférons, pour la plupart d'entre nous, apprendre de nos erreurs que de l'expérience d'autrui. On se dit qu'on est pas si bête et qu'on se débrouillera bien tout seul. Un proverbe anglais dit que " L'homme stupide apprend de ses erreurs, tandis que l'homme sage apprend des erreurs d'autrui. " Malheureusement, il faut bien reconnaître que la première attitude est la plus commune. La vie est pourtant courte pour se rajouter des embûches. Pourquoi ne pas éviter les erreurs prévisibles quand il y en a tant d'imprévisibles ?

Il y en a qui pensent que voyager est un bon moyen d'apprendre la vie. Certes, les voyages font rencontrer beaucoup de monde, mais rencontrer des gens dans la rue suffit-il pour comprendre l'existence ? Certes non. Le meilleur moyen est de demander à quelqu'un qu'il vous apprenne.

Croyez en l'utilité de l'expérience de l'autre. Si vous-même pouviez remonter le temps pour vous enseigner des leçons importantes apprises au cours des années, est-ce que vous n'écouteriez pas avidement ?

Je vais vous étonner, mais sachez que vous disposez, tout près de vous, d'une incroyable source de sagesse : vos parents. Non, non, ce ne sont pas les vieux croûtons que vous croyez. Comme Mark Twain l'a écrit : " Lorsque j'entrai au collège, mon père était un imbécile. Quand j'en revins quatre ans plus tard, j'étais surpris de voir combien il était devenu nettement plus malin ! .

Vous leur ferez de plus un immense plaisir en demandant leur avis sur des sujets importants, tel que le mariage, le travail, etc. Vous les rendrez heureux et au niveau sagesse, vous en prendrez plus qu'en vingt ans de vie !

Assister le sage 

Si un beau matin le président de la République vous rendait visite, vous vous lèveriez, lui serviriez à boire, vous mettriez à son entière disposition. Vous lui demanderiez conseil et l'écouteriez de toutes vos oreilles. (Même si vous n'avez pas voté pour lui, c'est quand même pas n'importe qui !)

C'est ainsi que nous devrions agir vis à vis d'un(e) sage. Se lever quand il (elle) entre, l'aider, le servir. Les Sages de la Torah nous disent que " Servir un sage est supérieur à l'étude de la Torah. " Alors soyez bon élève. Suivez votre maître, accompagnez-le, etc. Observez les moindres nuances de son comportement. Car même si la sagesse est inscrite dans les livres, jamais vous ne l'apprendrez aussi bien qu'en regardant faire un pro.

Se mettre au service d'un maître créé des liens très forts et suscite l'envie de l'écouter. Cela augmente le respect qu'on a pour sa sagesse et fait mieux comprendre ce qui fait sa supériorité. En prime, vous apprendrez et vous grandirez.

A l'affût de la sagesse 

Si vous pouviez tout apprendre des autres, vous seriez l'être le plus sage de la Terre. Mais comme ça n'est pas facilement réalisable, il faut se contenter de définir les principaux besoins.

Dressez la liste des domaines importants de la vie, tels que mariage, enfants, etc. puis des domaines plus secondaires. Avec votre petit mémo, allez ensuite à la pêche aux conseils. Demandez autour de vous : " Avez-vous de l'expérience dans ce domaine ou connaissez-vous quelqu'un qui pourrait m'aider ? " Ayez toujours votre liste sur vous pour être en mesure de questionner quand l'occasion se présente. Voici quelques suggestions pour démarrer :

- Que signifie être quelqu'un de bien ?

- Comment puis-je être serviable sans être pris pour une poire ?

- Comment puis-je maîtriser ma colère ?

- Quelle est la voie vers la sagesse ?

- Comment puis-je optimiser mon temps ?

- Comment faire un mariage heureux ?

- Comment mettre à profit tout mon potentiel ?

- Comment vaincre la paresse ?

- Comment éprouver la joie de vivre ?

- Comment avoir plus de patience avec les enfants ?

- Comment être meilleur fils (ou fille) ?

- Quelles sont mes responsabilités vis à vis de ma communauté ?

- Quel est le sens de la vie ?

- Que D.ieu attend-il de moi ?

- Y a-t-il une vie après la mort?

- Comment peut-on amener la paix dans le monde ?

Se choisir un bon prof de vie

A l'école chaque année, nous changions de maître ou d'institutrice pour passer dans la classe supérieure. Aujourd'hui que nous sommes adultes, nous devons nous choisir un maître unique pour la vie.

Trouver celui qui sera son mentor, n'est pas si simple. Il ne s'agit pas de prendre le premier qui se présente. Choisissez-le posément. Renseignez-vous sur lui et sur sa manière de se conduire. Posez-lui certaines questions qui vous permettront d'apprécier son niveau de sagesse. Cherchez à savoir qui sont ses propres maîtres et assurez-vous qu'il appartient à une bonne communauté.

Un bon mentor est celui qui développera avec vous une relation de confiance et de confidence. La critique est toujours dure à avaler, mais elle est moins amère venant d'une personne de confiance, ayant l'esprit clairvoyant et sage et voulant votre bien. Choisissez quelqu'un qui vous comprenne et qui connaisse votre parcours. Enfin et surtout, choisissez une personne aisément joignable et disponible, car le meilleur maître du monde n'a d'intérêt   pour vous que si vous avez pas la facilité de communiquer avec lui (elle).

Si vous ne parvenez pas à  découvrir cet oiseau rare, prenez-vous un mentor " temporaire " pour échanger des points de vue et d'une certaine manière avoir des comptes à rendre. Le roi Salomon qui est l'homme le plus sage ayant jamais existé, avait lui aussi son mentor. Tant que ce mentor était vivant, le roi Salomon n'a pas fauté. Après sa mort il a trébuché. Un conseiller objectif est si capital que même une personne moins " sage " que vous sera la bienvenue. Et restez sur le qui-vive, le bon maître finira bien par se présenter.

La fidélité 

Les êtres humains ont tendance à s'accrocher opiniâtrement à ce qu'ils savent ou croient savoir. Or, la sagesse exige de la souplesse, car il faut parfois savoir changer et abandonner son petit confort intellectuel. C'est ce que nous nous refusons trop souvent à faire et nous rejetons le désagrément sans nous douter de la sagesse qu'il comportait.

Aussi, n'hésitez pas à  choisir un mentor qui bouscule vos convictions et vous poussé  à vous élever. Ne prenez jamais quelqu'un qui flattera votre mollesse et vos préjugés.

Soyez-lui fidèle, ainsi vous ne serez pas enclin à vous tourner vers d'autres chaque fois qu'il vous suggèrera une solution qui vous déplaît. En demandant à  droite à gauche, vous risquez de suivre le conseil d'une personne qui va dans la sens de vos préjugés ? Si vous avez un bon médecin, fiez-vous à son avis. Si vous avez un bon mentor, soyez-lui fidèle. N'allez pas chercher ailleurs les réponses qui vous font plaisir.

Demandez-lui de vous dire quand il vous voit mal faire et promettez de faire attention à l'avenir. Lorsqu'il vous signale une faute, écoutez-le. Si vous n'êtes pas d'accord, ne jamais lui répondre avec rudesse, du style tu me prends la tête avec tes conseils. Il est votre maître, vous avez pris les responsabilités qui vont avec, vous devez le respecter.

Cela ne signifie pas qu'il faille le suivre bêtement. Vous n'êtes pas forcément d'accord mais vous devez vous efforcer de comprendre son point de vue. Discutez, défendez vos idées et demandez-lui de vous convaincre, sinon de vous approuver.

La force du mentor est de faire passer le bon message malgré vos résistances et de vous éviter ainsi les écueils. Nous sommes trop partiaux pour nous-mêmes et déformons la réalité. Le mentor apporte un regard objectif. Il limite notre tendance à tergiverser et d'une certaine manière, sentir que nous lui devons des comptes nous force à réfléchir avant d'agir. On pense : " Qu'est-ce qu'il penserait de moi, si j'agissais comme ceci ou comme cela ? " Si vous devinez la bonne réponse, alors vous vous abstenez.

Bon ! Vous vous lancez ? Commencez aujourd'hui. Demandez autour de vous des conseils pour telle ou telle situation. Prenez des avis et si vous n'êtes pas d'accord, discutez-en mais toujours avec calme.

Pourquoi honorer le sage mène-t-il à la sagesse ? 

- Pour apprendre la vie, il vous faut un mentor qui vous guide sur un sentier fait de raison et de logique

- L'homme a un jugement subjectif. Il a besoin d'un regard extérieur.

- L'indépendance est le propre de l'homme, mais si elle n'est pas modérée, elle devient une entrave sur la voie de sa propre évolution.

- Soyez un étudiant de la vérité. La maladie la plus grave est l'ignorance et l'oubli de la réalité.

- Attachez-vous à quelqu'un qui comprend la vie et apprenez de lui insatiablement.

- Trouvez-vous un prof dès aujourd'hui.

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 1

(1) Anonyme, March 8, 2012 3:11 PM

honnorer les sages est une lecon de civisme et de morale dont je tire de cette lecture empreinte de philosophie une des meilleures que j,ai eu a lire grace a feu l,illustre rabin NOAH WENBERG qu,il reropse en paix ZAL

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub