cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
  • Lecture de la Torah: Yitro
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Voie n°12 : Apprendre en enseignant

Voie n°12 : Apprendre en enseignant

Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément...

par
Plus...

On ne maîtrise réellement une idée que lorsque l'on est capable de la faire comprendre aux autres. Tant que vous ne la transmettez pas, l'idée demeure imprécise dans votre esprit. Communiquer votre pensée est une manière de lui donner corps, de la sortir du potentiel pour en faire du réel.

Moi ! Prof ?

 Il est pourtant difficile de se considérer comme un professeur, car en principe l'enseignement est une profession qui nécessite une formation sanctionnée par un diplôme. De plus, on pense communément que ce métier demande un don naturel. 
 
Les 48 voies de la sagesse viennent nous convaincre qu'enseigner doit être notre façon de vivre. La sagesse n'est vraiment accessible qu'à travers cette aptitude à transmettre ce que l'on sait.  
 
Ne pas être capable d'expliquer son idée à l'autre, c'est ne pas la posséder vraiment soi-même. Pour comprendre cela, rappelez-vous votre embarras lorsqu'un prof vous demandait d'expliquer à sa place une équation. Vous pensiez savoir, et pourtant au moment de restituer votre savoir aux autres, vous butiez misérablement. 
 
Ce n'est que lorsqu'on peut faire passer une idée qu'elle est vôtre complètement. Sans cela, elle n'est qu'un concept brumeux qui flotte dans votre esprit. En faisant part de l'idée vous lui conférez de la réalité.

L'obligation d'enseigner

 

Enseigner est un devoir moral.  
 
Imaginez quelqu'un qui possèderait le remède contre le cancer et le garderait pour lui. Comment l'appelleriez-vous ? Un assassin ! Eh bien ! Dites-vous que la plus terrible des maladies, la plus destructrice, la plus douloureuse et aussi la plus contagieuse est l'ignorance.  
 
L'ignorance abîme l'homme et le mène à l'erreur. Elle cause tous les maux, tous les gâchis. C'est elle qui fait commettre les pires erreurs en matière d'éducation, elle qui est à l'origine de la mésentente dans le couple, c'est encore elle qui fait que l'on croupit toute sa vie dans un boulot inintéressant et stérile.  
 
Si vous avez de bons tuyaux sur la vie et ne les partagez pas, vous êtes un sale égoïste. Au fond vous êtes du style les autres je m'en balance, chacun pour soi et D. pour tous. Cette attitude revient à vivre dans une espèce de vide qui finalement n'est pas une vie.  
 
Si vous avez la clé du bonheur, enseignez aux autres à la trouver. Donnez de la joie à tous ces gens autour de vous qui sont démoralisés, absents de leur vie. Si vous avez ce pouvoir, aidez ! Sans cela, vous vivrez toujours avec le remords d'avoir manqué à un devoir. En réduisant l'ignorance dans le monde, même d'un milliardième, vous faite une immense contribution à l'humanité. Certaines maladies relèvent de la médecine, mais l'ignorance est de la compétence de tous ceux qui croient en la sagesse. Aidez à soulager les misères du monde, déracinez l'ignorance, enseignez la sagesse.

L'énergie de communiquer

 

On a tous envie d'améliorer le sort des autres. 99 p. cent d'entre nous, qu'ils soient journalistes, psychologues, dentistes, etc. sont mus par le souci de secourir. C'est une tendance naturelle. Plus nous faisons de bien à l'autre, plus nous éprouvons de satisfaction. Vous qui savez skier par exemple. Voyant un débutant s'écrouler pour la troisième fois sur le remonte-pente, vous allez vers lui et lui suggérez poliment de se tenir bien droit et de ne pas essayer de s'asseoir sur la petite rondelle. Vous lui enseignerez ainsi quelque chose parce que ça vous crève le cœur de le voir ainsi se rouler dans la neige (même si vous êtes super pressé de prendre le remonte-pente…) 
 
Enseigner est une façon de tisser un lien indéfectible entre vous et l'autre. Rappelez-vous la personne qui vous a appris à siffler, celle qui vous a appris à tirer dans le ballon. Cela a créé un lien, n'est-ce pas ? Et c'est d'autant plus fort quand c'est un point de vue sur la vie que vous avez reçu. 
 
Vous avez le pouvoir de faire du bien autour de vous. Pas besoin d'être médecin ou travailleur social. Quelques paroles sages suffisent à aider l'humanité. Même une expérience ancienne est importante car elle a fait de vous ce que vous êtes. Elle vous a mûri ou rendu plus fort face aux désillusions ou encore rendu plus indépendant ou plus tolérant. Elle mérite d'être partagée.

Créer le désir

 

Si le fils de votre voisin est un drogué, vous êtes attristé  et compatissant mais sans plus. Mais si c'était votre fils, vous remueriez ciel et terre, n'est-ce pas ? Vous consulteriez tous les médecins, tous les psychologues, tous les Rav de la terre, parce que vous seriez concerné. Car il faut se sentir concerné pour s'investir. Pareil pour l'enseignement. Si vous avez de l'intérêt pour quelque chose, vous faites des efforts. Si vous ne faites pas cet effort, c'est probablement que vous n'avez pas cet intérêt.

L'effet boomerang

 
 
Il peut arriver qu'on croie comprendre une idée et qu'en fait on passe totalement à côté. Cela explique que certaines personnes agissent en contradiction avec les idées qu'ils affichent.  
Devoir expliquer une idée vous oblige à la mettre au clair pour vous-même. Cela vous force également à vous assurer que l'information est correctement reçue et assimilée. Vous êtes plus attentif aux détails et à l'articulation logique. Atteindre l'autre c'est peut-être s'atteindre soi-même. 
 
L'enseignement est aussi un moyen de sentir son pouvoir de créativité. Un Sage a dit : " J'ai appris beaucoup de mes maîtres, encore plus de mes collègues. Mais j'ai surtout appris de mes élèves. " Essayez donc !  
 
L'enseignement permet d'accéder à cette pulsion créatrice que nous recherchons tous.

N'ennuyez pas votre public

 

Ne faites bas bailler ceux qui vous écoutent. Ne récitez pas, vous n'êtes pas en représentation. Enseigner signifie toucher l'autre, lui faire apprécier l'importance de votre message. Pour capter son attention, commencez par une plaisanterie ou une anecdote. 
 
Observez toujours votre auditoire pour en percevoir les réactions. Il n'y a pas de gens désintéressés à écouter pourvu que celui qui parle soit clair et captivant. Parlez de sujets qui touchent. 
 
Les bons profs sont ceux qui savent susciter les questions qui feront découvrir l'essence du message. Quand une question est posée, c'est signe que le processus d'apprentissage est en marche. Par contre quand le cours est reçu passivement, il y a risque que l'esprit s'échappe et ne revienne que lorsque le cours sera fini.

Ayez un but clair

 

Soyez clair et concis. Indiquez en termes dépouillés et simples ce que vous souhaitez communiquer. Si vous n'êtes pas capable de résumer votre sujet en une ou deux phrases, c'est qu'il n'est pas suffisamment clair pour vous. Votre auditoire finira par s'embrouiller. 
 
Imaginez que vous avez 12 ans et que votre petit frère met sans cesse votre chambre en désordre. " T'as pas intérêt à mettre ma chambre en désordre. La prochaine fois je te mets deux baffes. " Voilà une erreur typique de communication. Car en fait, ce n'est pas la menace qu'il faut faire passer mais plutôt l'idée qu'il est mal de déranger la chambre d'un autre et que cela peut entraîner des conséquences. Il vaut mieux dire : " Tu n'aimes pas qu'on mette ta chambre en désordre ? Eh bien ! C'est pareil pour moi. " 
 
C'est bien plus efficace comme cela, car vous enseignez ainsi un principe de vie fondamental : Aime ton prochain comme toi-même. Ce n'est certes pas en agressant que vous obtiendrez quelque chose. Alors, pas de cris, pas de disputes mais de la pédagogie.

Enseigner mais pas prêcher

 

Prêcher c'est parler avec fièvre mais sans se soucier de ce que l'auditoire ressent. Un prêcheur décrète : " Je suis l'autorité… Je suis là pour remettre dans le droit chemin… Acceptez mes paroles… Ne questionnez pas…Laissez votre cerveau au vestiaire…Obéissez ! " Prêcher c'est se prendre pour une divinité qui tire les ficelles par son emprise psychologique. Ce n'est pas enseigner c'est laver les cerveaux. Et c'est absolument contraire aux principes contenus dans la Torah.L'enseignement, c'est faire connaître à un individu libre et indépendant votre approche.  
 
Enseigner, c'est montrer et convier l'autre à mettre ses propres mots sur ce qui est enseigné. On n'enseigne pas aux autres mais avec eux. 
 
L'enseignant induit l'information de manière à ce que l'étudiant puisse la raccorder à ce qu'il sait déjà et se l'approprier. Il est vrai qu'un professeur passionné peut être très agréable et stimulant, mais il est préférable pour un enseignant de ne pas laisser ses sentiments et ses préjugés dénaturer le message qu'il prétend véhiculer. Si vous êtes un prof du style c'est moi qui sais vous avez toutes les chances de prêcher dans un désert. Au contraire, soyez ouvert aux interventions. Soyez plutôt du style si je me trompe, corrigez-moi. Donnez à vos élèves la liberté de peser les arguments et de se faire leur propre opinion. Ne les forcez pas à admettre d'emblée. De toute façon, la vérité s'imposera d'elle-même.

Soyez vrai

 

Connaissez votre sujet à fond. Avant d'enseigner une idée, revoyez-en les points principaux, même si vous avez fait le cours 100 fois. Vous aurez ainsi plus d'assurance face à votre auditoire et pourrez vous permettre de vous concentrer davantage sur la forme que sur le fond.Ne vous contentez pas de lire des notes sans vie. Le sujet doit être réel pour vous, vous n'en serez que plus sincère. Comme disent les Sages : " Ce qui vient du cœur va au cœur. " 
 
Il est recommandé de revoir son sujet régulièrement, au moins une fois par an. D. Lui-même n'a-t-Il pas revu la Torah quatre fois avant de la donner à Moché ?

Inciter à mettre en pratique

 

Enseigner ne se limite pas à transmettre un savoir, c'est aussi provoquer un changement en l'autre. Il faut non seulement faire apprécier une idée mais faire en sorte qu'elle sera mise en œuvre. Sans cela, l'enseignement aura manqué son but.Les idées ont un impact réel sur les personnes. Elles modifient leur façon de penser et contiennent les éléments qui permettent de changer son comportement. 
 
Votre leçon doit être bâtie sur un plan qui amènera, palier par palier, une mise en pratique.

En quoi l'enseignement est-il un élément de la sagesse ?

 

Tant que vous n'en êtes pas capable, vous ne la maîtrisez pas vraiment. Pour savoir si vous avez correctement intériorisé une idée, essayez de la retransmettre.  
 
Partager la sagesse vous donne la satisfaction d'être altruiste. 
Investissez-vous. Si votre propre enfant avait besoin d'apprendre quelque chose d'important, vous le lui enseigneriez.  
Enseignez le plus possible. La pratique vous fera progresser. 
Enseignez aux autres est une expression créatrice. 
Celui à qui vous enseignez vous force à être honnête avec vous-même. 
Si vous connaissez une idée sage, c'est une obligation morale de la partager. 
Quand vous enseignez, vous changez le monde.

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub