cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
  • Lecture de la Torah: Yitro
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Voie n°6 : Maîtriser sa peur

Voie n°6 : Maîtriser sa peur

Montagnes russes et films d'horreur. D'où vient cet attrait pour la peur qui fait que nous allons jusqu'à payer pour la ressentir ?

par
Plus...

En Hébreu, le mot Yrah signifieà la fois " vue " et " crainte " comme pour montrer la nécessité qu'il y a de considérer, de voir les options qui se présentent en craignant les conséquences d'un manque de lucidité.

Quand on demande à un enfant : " Tu peux sortir la poubelle, s'il te plaît ? " il répond : " Tout à l'heure ! " Par contre, si on dit : " Si tu ne sors pas la poubelle, tu peux renoncer au jouet que je t'ai promis " on a de bonnes chances qu'il se précipite sur le sac à ordures !

Comme tous les sentiments, la peur est à la fois bénéfique et néfaste. Son côté  néfaste est l'inertie qu'elle peut engendrer, son côté bénéfique est l'euphorie qu'elle libère. Il existe dans le sang, une hormone qu'on appelle l'adrénaline qui fait circuler le sang dans les veines et agit sur les muscles. En situation de danger, c'est elle qui fait que vous prenez vos jambes à votre cou et que vous êtes soudain capable de franchir un mur de deux mètres comme un champion olympique. La peur a la vertu de vous faire descendre de votre nuage pour vous ramener à la réalité.

Chaque jour, nous sommes confrontés  à des choix, c'est le grand combat de l'existence. En général nous préférons aller au plus simple sans penser au retombées. Voir ou ne pas voir, voilà la question qui se pose au Juif.

Craindre ce qui n'a pas de sens

Ceux qui vivent aux Etats-Unis se souviennent d'une émission de télévision qui se passait dans un supermarché où les participants avaient dix minutes pour remplir leur chariot d'un maximum d'articles. On voyait les concurrents courir dans les allées à la recherche des articles les plus chers. Il aurait été idiot de ne prendre que des paquets de lessive.

C'était un peu une métaphore de la vie elle-même où nous avons le choix entre vivre pleinement chaque instant et gaspiller son temps à des stupidités. Pourtant, la vie c'est du sérieux.

La vraie peur de l'homme est une vie dépourvue de sens. Chacun veut faire quelque chose de sa vie, aider les autres, changer le monde. Essayez de dire tout haut : " Je suis médiocre et content de l'être. " Ca ne passe pas, n'est-ce pas ? 
Parfois on se dit : " A quoi tout cela mène-t-il ? " Mais dans ces moments de lucidité que faisons-nous ? Le plus souvent, nous nous enfouissons la tête dans le sable. Nous courons faire une partie de tennis, ou nous mettons un CD. On devrait pourtant avoir peur d'être médiocre, de perdre l'estime de soi, de se réveiller un beau matin en se disant : " Mais qu'est-ce que j'ai fait de ma vie ? "

Cette peur est en fait un excellent moyen pour nous faire réfléchir sur les vraies priorités de la vie. Alors, faites-vous peur !

La peur de la mort

Nous nous savons tous mortels, pourtant nous arrivons parfaitement à nous convaincre que nous serons l'exception. Il y aurait les mortels, et nous. Chacun au fond de lui nourrit cette utopie.

Avez-vous déjà perdu un ami ? Il avait 17 ans, il avait eu un accident de moto. Comment avez-vous réagi ? Vous avez dit : " Ce n'est pas vrai, je lui ai parlé hier ! C'est pas possible, il n'est pas mort, lui si plein de vie ! "

Dire " ce n'est pas vrai " c'est en fait exprimer que vous ressentez une menace pour vous-même. La mort existe bien pour vous aussi, puisqu'elle a frappé là, tout près de vous, en la personne d'un copain. C'est que vous soyez vous aussi mortel qui vous semble impossible.

Chacun d'entre nous peut mourir dans la minute. Sans prédisposition cardiaque, sans antécédents pathologiques. Un infime caillot dans le sang et tout est fini. On le sait, mais on refuse d'y penser. Ca n'arrive qu'aux autres.

C'est souvent à l'occasion du décès d'un proche que nous prenons conscience de la fragilité  de l'existence. Alors, on se dit : " Est-ce que j'utilise mon temps pleinement ? "

Retournez-vous. Qu'avez -vous fait de vos années ? Impression de flou ? Malaise ? Plus on viellit, plus le malaise se précise.

Le compte à rebours a commencé. Qui sait le nombre d'années qu'il nous reste à vivre ? Un jour il ne restera plus qu'un an, qu'un jour. Alors il faut prévoir. Les Sages de la Torah nous disent : " Un an avant ta mort, remets-toi sur le chemin.
Certains Juifs ont coutume de se rendre avant Rosh Hashana sur le lieu de leur future sépulture, et cela n'a rien de morbide. C'est une manière d'être clair : je suis mortel et voilà où je finirai. Alors qu'est-ce que je souhaiterais qu'on grave sur ma tombe ?

Vivons chaque jour comme s'il devait être le dernier, car un jour ce sera vrai.

Oublier la médiocrité

Quand on a pris conscience que chaque jour pouvait être le dernier, on peut corriger sa façon de vivre. On arrive à se débarrasser de la mesquinerie, des motifs d'irritation, des chimères et des futilités.

Comment fait-on pour se défaire de la petitesse ? Imaginez : vous avez un querelle avec un de vos parents et vous découvrez qu'il n'a plus qu'une journée à vivre. Que faites-vous ? Evidemment, vu sous cet angle… C'est souvent trop tard que nous comprenons la valeur de nos parents. Nous regrettons alors de ne pas les avoir mieux traités et entourés. Si vous gardez bien cela à l'esprit, plus jamais vous ne vous querellerez avec vos parents, ou ne tiendrez rancune à un frère.

Si vous même vous saviez condamné, votre relation à l'autre serait différente.Vous ne perdriez pas votre temps à des conversations stériles. La vie vous serait trop précieuse pour en perdre une seconde à de petites choses.

Faites-vous un atout de la crainte de perdre ce qui vous est précieux. Imaginez un instant que vous perdez la vue et l'espace de quelques minutes, marchez les yeux fermés, ou bien, imaginez que vous devez mourir demain. A quoi consacreriez-vous aujourd'hui ? A des futilités ou essaieriez-vous de le remplir de choses plus essentielles et plus éternelles ? Sentez-vous cette intensité de vie que fait naître la peur ?

La crainte de D.ieu

Un des premiers commandements de la Torah est la crainte de D.ieu Cette mitsva est en fait un devoir de prise de conscience de la réalité et d'appréhrension des conséquences de nos actes.

Imaginons qu'au moyen de caméras braquées sur nous en permanence, le monde entier soit témoin de nos actes. Chaque bonne action serait applaudie et chaque faux pas hué.

Il est certain que nous essaierions de nous conduire le mieux possible. Ne serait-ce pas une incitation à progresser ?

Vivons avec la conscience permanente de D.ieu. Chaque action est réellement enregistrée quelque part. Un jour nous devrons répondre de ce que nous avont fait de nos vies.

Utilisons la peur de ce jour comme un moteur de progrès.

Evidemment ce n'est pas si simple. La nature humaine est ainsi faite qu'elle se laisse détourner de la voie positive. Il y a en l'homme une tendance à douter de soi-même qui s'appelle le yetser hara. A la manière d'un chien méchant, il menace : " Tu en fais trop. Tu te fais du mal, tu n'y résisteras pas". Et sous l'effet de ces arguments, nous nous limitons.

La crainte de D.ieu est pourtant un moyen de se libérer. Quand on la possède, rien ne fait plus obstacle. Le chien méchant n'est rien à côté de la crainte de D.ieu. On avance et aucune peur ne nous atteint.

La crainte de D.ieu nous permet de réussir. Alors, qu'est-ce qui nous retient ? Des préjugés peut-être.

Préjugé  n°1 - La peur est douloureuse

D'un côté, la peur est un sentiment pénible et redoutable. Au cours de son évolution, l'individu se structure dans le but de l'éviter. D'un autre côté, la peur nous attire et nous la recherchons au travers d'activités qui procurent des sensations fortes !

Comment expliquer ce paradoxe ?

Il est faux de croire que la peur est douloureuse. Certes elle est désagréable, mais elle peut également donner du plaisir. Celui qui saute en parachute éprouve une sensation d'euphorie sans doute dûe au sentiment d'échapper à la mort. Le danger, c'est la réalité. Soudain la vie est palpitante.

Contrecarrez le malaise de la peur en vous focalisant sur ses aspects positifs. Chaque instant sera vécu avec conscience et enthousiasme. Rassemblez vos forces. Utilisez votre potentiel. La peur est motivante. Avoir peur est formidablement palpitant !

Voyez, les gens dans les montagnes russes. Ceux de la première voiture rient, s'amusent, ils semblent jouir du bonheur d'être en vie. Ceux du deuxième rang sont un peu moins gais, ils ne sont pas tout à fait déconnectés de leurs soucis. Quant à ceux des rangs suivants, ils semblent presque absents. C'est normal, la peur est moins forte dans les voitures de queue.

Sans la peur, la vie serait un long fleuve trop tranquille. C'est ce qui fait que certains aiment prendre des risques. Pour les uns ce sera un coup financier, pour les autres ce sera un exploit sportif, la motivation est la même.

Pour vivre pleinement, il faudrait constamment se sentir sur un fil.

Préjugé  n°2 - La peur est inhibante

On pense généralement que la peur est inhibante et réduit les potentiels.

C'est en fait tout le contraire. On sait tous ce que le danger peut nous faire accomplir. Pour sauver son enfant, une mère trouvera les forces de soulever une voiture. La peur est énergisante, elle libère en nous des forces inattendues.

Elle n'est mauvaise que si on la fuit. Imaginez que vous assistiez sans bouger au passage à tabac d'une personne par des voyous. Cela vous tourmentera chaque fois que vous y repenserez. Si vous tournez le dos au danger au lieu d'intervenir, vous en aurez le remords permanent. Alors que si vous intervenez, ou si vous vous battez au risque de prendre quelques mauvais coups, vous serez content de vous. Vous aurez eu très peur, mais vous aurez fait votre devoir. C'est cela la vraie satisfaction.

Il vaut mieux essayer et échouer qu'avoir peur de faire face.

Un choc affaiblit mais non la peur. Les gens qui ont des métiers dangeureux le savent. La peur les tient en alerte et leur fait prendre des décisions rapides et appropriées.

Cela doit être pareil dans la vie.

Renoncer au défi

Bien souvent nous renonçons à nous surpasser par peur de l'effort. Si on vous demandait par exemple d'apprendre une page d'annuaire téléphonique en 24 heures, vous diriez que c'est impossible. Mais si on vous le demandait avec un révolver sur la tempe pour ce soir même, nul doute que vous le feriez.

 
Autre exemple pratique. Est-ce que vous voulez sortir du lit d'un bond chaque matin ? Bien sûr, mais c'est beaucoup d'effort. Mais si on venait vous réveiller avec un fusil ?  
Que la peur soit pour vous un moyen de combattre tous les " je peux pas " qui vous empoisonnent. Faites une liste de ceux-ci et mettez-leur une étiquette. Quelles en sont les récompenses et les conséquences ? Cette approche vous rendra plus efficace.

Préjugé  n°3 - La peur est une aliénation de la liberté

On évite la peur en pensant préserver son indépendance d'esprit. On prétend que si une pression extérieure dicte la façon d'agir, la personne perd son libre arbitre et qu'il est préférable d'agir, certes dans le bons sens, mais de son propre gré.

La peur du Tout-Puissant n'a cependant rien à voir avec ce type de pression. Lorsque vous craignez d'enfreindre la parole de D.ieu, vous libérez votre potentiel. Pourquoi ? Parce que D.ieu ne cherche pas à vous télécommander mais à  vous faire du bien. La crainte de D.ieu vous délivre de tout ce qui est insensé, fausses peurs, médiocrité. Bref, elle vous affranchit de toute autre peur sur terre.

La peur est aliénante quand elle est exercée par quelqu'un qui veut prendre du pouvoir sur vous. La crainte de D.ieu est la peur de ce qui est réel (c'est à dire la peur de manquer une opportunité) et elle nous détourne des erreurs. Nous souhaitons tous devenir meilleur, mais la paresse nous tire en arrière. Le fait de redouter des conséquences néfastes nous aide à lutter.

Au bureau, vous savez que l'absentéisme c'est le licenciement assuré. Alors vous vous levez à l'heure. Un étudiant sait que s'il ne travaille pas dur, il échouera aux examens. Sans cette peur, réussirions-nous et nous respecterions-nous ?

Nous aspirons tous à grandir, à nous améliorer dans tous les domaines. La peur nous y aide. Que l'enjeu soit de l'argent, ou la survie, grâce à elle nous savons trouver les moyens de parvenir à notre but.

Préjugé  n°4 - La peur est un sentiment indigne

Certains pensent que si un acte est juste, il faut l'accomplir parce qu'il est juste et non par peur des conséquences. L'action sous l'effet de la peur serait dégradant.

Il est vrai que nous devrions toujours agir dans cet esprit : faire ce qui est bien uniquement parce que c'est bien et éviter de faire ce qui est mal parce que c'est mal. Et d'ailleurs, nos Sages disent : " Celui qui sert D.ieu pour la récompense ou pour éviter la punition, est un mauvais serviteur. " Car en effet, si le démon lui promettait mieux, il serait prêt à le servir. (En réalité seul D.ieu existe. Ce n'est qu'une manière de montrer qu'une personne pourrait préférer le mal.)

Alors pourquoi la Mitsvah de crainte existe-elle ? L'amour de D.ieu ne serai-il pas une motivation suffisante ?

Il est certain que celui qui sert D.ieu par amour est à un niveau plus élevé que celui qui le sert par crainte. Et nous ne devrions rechercher le bien que pour le bien et non pas pour avoir le paradis. Mais il faut être réaliste, l'amour est souvent insuffisant pour pousser au bien. Si vous êtes plus efficace avec une récompense à la clé, prenez la récompense et faites ce qui est droit.

Imaginez qu'un programme soit mis en place pour accueillir des sans-abris. Naturellement vous y participeriez gratuitement. Mais si l'on vous offrait 1000 F par sans-abri amené, ne redoubleriez-vous pas d'effort ? La récompense vous aurait-elle corrompu ? Non, bien entendu, elle vous aurait donné plus de zèle que vous n'en auriez eu en faisant simplement ce qui est bien.

Ajoutons qu'agir par peur finira toujours par vous faire agir par amour.

Le réflexe de la douleur

Tout être naît avec la faculté  de ressentir la douleur. Si l'on se brûle, on retire insinctivement sa main. Certaines personnes sont dépourvues de ce sens et ne ressentent rien quant on les brûle.

On est bien d'accord, la douleur n'a rien d'agréable. Mais l'insensibilité à la douleur est un danger grave. Sans ce réflexe l'intégrité du corps serait sans cesse menacée.  
La douleur est essentielle à la survie. La crainte de D.ieu a la même fonction. S'il n'y avait la peur des conséquences, rien ne nous arrêterait. La peur n'est pas un but mais un moyen. C'est elle qui nous retient de fauter.

Imaginez que vous parliez avec une personne qui se mette à dire du mal des uns et des autres. Vous savez que c'est mal d'écouter mais vous vous dites que ce serait impoli de la planter là. En revanche, si vous saviez que vous deviez recevoir un coup de bat de baseball pour avoir prêté l'oreille à du lashon hara, vous n'auriez pas tant de scrupules et vous feriez ce qui est à faire.

La peur de la punition est comme le réflexe de douleur, elle nous empêche de faire ce qui nous fera du mal plus tard. Elle vous mène là où il faut.

En résumé

Le seul but important dans la vie est d'être lucide, et de vivre dans la réalité. La réalité objective existe en dehors de notre perception.

La réalité en soi est extrêmement palpitante. Elle nous réveille et nous donne du recul. Comment pouvez-vous convaincre un fumeur d'arrêter de fumer ? En lui montrant une radio de ses poumons. La peur qu'il aura lui donnera la liberté de rompre sa dépendance.

Et tout comme vous utiliserez ce moteur pour vous-même, utilisez-le pour les vôtres et pour les autres en général. Pensez à leur bien.

Les expériences d'autrui doivent vous servir. Lorsque vous êtes témoin du malheur dans lequel les gens se mettent eux-mêmes, tirez-en une leçon pour vous protéger des mêmes dangers.

Des amis divorcent ? Ils se déchirent, ils harcèlent leurs enfants. Apprenez à éviter les pièges dans lesquels ils sont tombés pour protéger les vôtres.

Ayez également peur pour votre peuple. En 1967, alors qu'Israël a failli disparaître on a vu les Juifs du monde entier manifester leur solidarité envers leurs frères israëliens. Soit en proposant de l'aide financière, soit en s'engageant militairement

Soyez conscient des risques qui nous guettent. Rappelez-vous que le monde dans lequel nous vivons est un volcan. Saddam Hussein n'a qu'à appuyer sur un bouton pour rayer Israël de la carte. Utilisez cette peur pour raviver vos bons sentiments.

En quoi la peur est un ingrédient la la sagesse

La peur vous fait faire ce qui est bien et non ce que la société juge bien. La peur vous relie à votre propre mortalité. La peur de la mort est la plus puissante des peurs. La peur est l'exercice du libre arbitre. Redoutez de veillir sans avoir rien fait de votre vie. En vivant comme si vous aviez tout le temps devant vous, vous ne ferez jamais rien aujourd'hui. La peur n'est pas limitative. C'est le pouvoir et la liberté. La peur vous fait sentir 100% de l'intensité de la vie.

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub