cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
  • Lecture de la Torah: Noah
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Voie n°9 : Concentration maximale

Voie n°9 : Concentration maximale

Il est bien connu que nous n'utilisons qu'une infime partie de notre potentiel mental. Apprendre à mieux se concentrer pour éviter de se disperser peut nous rendre plus productif.

par
Plus...

Avant son saut, l'athlète tendu comme un chat aux aguets, repasse ses gestes dans sa tête. L'élan, l'appel, la propulsion, la réception. Tout son être est focalisé sur ce but. Son cerveau est pur de toute pensée étrangère. Le temps est en suspens.

La notion bétahara à  laquelle le présent dossier est consacré, est cet état de pureté mentale, à la fois émotionnelle et intellectuelle, qui s'instaure lorsque le cerveau est pleinement concentré.

Nous connaissons tous cet état où l'intellect est si appliqué qu'il atteint son rendement maximum. Rappelez-vous, les jours précédant les examens. Vous vous enfermiez, vous travailliez toute la nuit, vous ne mangiez plus. Vous étiez à 100% dans votre projet. Encore aujourd'hui, ne vous arrive-t-il pas d'être si captivé par un livre que vous en oubliez de descendre à votre station ?  
 
C'est le pouvoir de la concentration.

En sport professionnel, les différences de niveau entre athlètes sont en fait insignifiantes. En réalité, la réussite dépend à 90% de la concentration. De la même manière, tout ce que l'on entreprend dans la vie dépend de l'attention que l'on y met. Alors, secouez la puissance qui sommeille en vous et gagnez.

Contrôlez vos pensées 

Il est très difficile de se concentrer car le cerveau vogue facilement d'une idée à  l'autre. Tout comme il faut surveiller ses paroles pour éviter le lashon hara, il faut surveiller ses pensées pour les canaliser dans la direction voulue.

Faites un petit voyage à  l'intérieur de votre tête. Voyez comme votre pensée est mouvante. Maintenant, arrêt sur image. Que voyez-vous ? A quoi pensez-vous à  l'instant même ? A ce que vous mangerez à midi ?

Il existe dans la Torah une phrase que l'on peut prononcer avant toute activité importante : " Hinéni mou'han oumézouman " (Je suis prêt pour telle ou telle tâche.) Cette phrase est un engagement à se concentrer sur une activité et à écarter de son esprit toute pensée étrangère, pendant un temps donné. Essayez vous-même de dire à haute voix : " A présent, je vais étudier " ou bien " A présent, je vais honorer mes parents. " etc. A partir de là, rien ne doit vous distraire. Votre esprit est là et pas ailleurs. Trop chaud ? Trop froid ? Aucune importance. Rien d'autre ne vous intéresse. Ni le sport, ni la politique, ni la finance. Vous êtes tout entier à votre entreprise.

Faites le mort 

La vie nous entraîne dans plusieurs directions et il est difficile de maintenir son cap.

Imaginez un homme accaparé  par son commerce. Il aimerait mener une vie plus intéressante, mais son affaire et sa clientèle ne lui laissent pas une minute.

Une nuit, il rêve qu'il meurt d'épuisement. En sueur, il se réveille en sursaut, et s'étant levé il voit dans sa glace l'image d'un homme vielli, aux cheveux blanchis. Le choc est si rude qu'il prend dans sa bibliothèque un livre de philosophie.

Sa femme qui s'est réveillée, lui demande ce qu'il lit de si important à trois heures du matin. Il répond qu'il a pris conscience qu'il pouvait mourir à tout moment et qu'il passerait dorénavant un peu moins de temps au magasin pour étudier la philosophie tous les matins. L'épouse interloquée lui demande s'il n'est pas devenu fou et lui rappelle qu'il a des clients. " Ma chérie, que diras-tu à l'ange de la mort quand il viendra me chercher ? Que j'ai des clients qui m'attendent, probablement ? Alors, à partir de maintenant, considère que pendant trois heures chaque matin je suis mort. "

Evidemment, il n'est pas si simple de se libérer, mais si peu de temps que vous preniez et quoi que vous fassiez, mettez-y tout votre être. Faites comme si vous étiez mort au monde. Et pendant ce temps, rien ne doit vous détourner de la tâche essentielle que vous vous êtes choisie. Rien d'autre n'existe.

Les 70 " pistes " utilisées par le cerveau 

La Torah explique que l'esprit humain, un peu comme une bande magnétique, possède des pistes, qui sont au nombre de 70. Aussi étonnant que cela puisse paraître nous utilisons en permanence plusieurs pistes simultanément. Un exemple concret : quand vous avez commencé à conduire, un rien vous déconcentrait et vous aviez besoin du calme absolu dans la voiture. Après des années, vous êtes capable tout en dirigeant votre véhicule, de changer de station de radio, de parler au téléphone, de regarder le paysage et de chercher une place pour vous garer. Ceci tend à prouver que plus on coordonne de pistes, plus on augmente sa capacité d'agir. Le Rav Yéhoshoua Leïb Diskin qui vivait en Israël au vingtième siècle était connu pour sa capacité de tenir une conversation tout en écrivant une lettre. Evidemment, cette aptitude ne s'acquiert pas du jour au lendemain et comme pour apprendre à jongler avec trois balles, il faut passer par des étapes préliminaires.

Pour développer cette faculté  de concentration, on choisit un sujet de réflexion sur lequel on va canaliser toute son attention et que l'on va explorer de long en large. Bien entendu, il est préférable de se concentrer sur une idée intéressante et importante à vos yeux. Lorsque vous avez maîtrisé totalement une piste, vous pouvez passer aux 69 autres disponibles.

La Torah nous dit : " Chviti Hachem lénegdi tamid. " (Je placerai toujours le Tout-puissant devant moi.) Cela signifie que l'homme doit toujours réserver dans sa pensée une place - ou " piste " - à D.ieu De même qu'un homme garde toujours à l'esprit sa femme ou ses enfants, il doit vivre avec l'idée de D.ieu

L'esprit clair 

Nous sommes ce que nous pensons. Nos conceptions façonnent notre réalité. Si quelqu'un pense par exemple qu'il est poursuivi, que ce soit vrai ou non, il a peur. Si on met dans la tête d'un enfant intelligent qu'il est stupide, il l'intègrera comme une réalité.

La pureté de l'intellect nécessite le tri des pensées et la distinction entre les idées justes et les fausses, les sensées et les absurdes. Faire le net, filtrer les " déchets " pour ne pas contaminer votre cerveau. Interroger votre esprit. A quoi je pense ? Suis-je sûr de la justesse de mes propos ? Demandez-vous si votre pensée est correctement exprimée. Une idée mal formulée et répétée plusieurs fois peut devenir une idée définitive, même si elle est à l'opposé de ce que l'on pensait au départ.

Nettoyez les idées reçues. Par exemple l'idée communément admise qu'il ne faut pas blesser autrui. Est-ce un principe absolu ou bien y a-t-il des circonstances où cela est justifié ? Mais au fait que signifie " justifié " ? Réagir à une agression par exemple. Mais est-ce qu'une vengeance est un acte " justifié " ? Poussez votre raisonnement jusqu'au bout et débarrassez- vous de tous les " à peu près ". Autre exemple : Tout le monde veut être bon. Vous aussi. Tâchez de définir ce qu'est le bien. Bin Laden aussi est persuadé de faire le bien en luttant contre l'impérialisme occidental.

La clarté  est indispensable à la certitude. Dressez une liste de 100 idées dont vous êtes convaincu. Du style : 

- Mes parents m'aiment.

- J'ai dix doigts.

- La Terre est ronde.

Faites le tri entre les notions évidentes et les notions qui ne sont pas totalement claires pour vous, pour ne pas contaminer le tout. Mettez vos croyances par écrit et classez-les. Demandez-vous par exemple : " Comment sais-je que je suis aimé de mes parents ? Par leur façon de se conduire avec moi." De cette manière, l'idée est claire et nette.

Quand vous pensez qu'une idée est juste, transformez-la en principe. Exemple : " Je ne veux pas perdre mon temps. " peut devenir " La vie est précieuse. " L'étape suivante consiste à intérioriser ce principe et à le mettre en application, car sans cela, on ne peut que fonctionner sur un mode schizophrène.

La pureté  des émotions 

Pensez à la fougue d'une équipe de foot après une séance d'encouragement de l'entraîneur, ou au dynamisme renouvelé de commerciaux après une réunion de motivation. L'enthousiasme est une émotion qui ne supporte pas le mélange. L'esprit humain est ainsi fait que s'il y a simultanéité de divers sentiments, il est tiraillé et finalement paralysé. Si vous allez à un mariage par exemple, ne vous laissez pas parasiter par des considérations du type de quoi j'ai l'air dans mon smoking ou bien je prendrai des blinis ou des crackers ou encore est-ce qu'ils sont faits l'un pour l'autre. Ne pensez qu'à la joie que vous allez éprouver.

Le judaïsme nous demande de toujours réserver une " piste " à la joie. La vie est belle, n'est-ce pas ? Entretenir ce sentiment en permanence vous donnera de l'énergie. Le matin au réveil, déclenchez ce programme. Quelle émotion prendra le contrôle aujourd'hui . La joie, naturellement!

En ouvrant les yeux, remerciez D.ieu et dites que la vie est belle. Pas de migraine, pas de soucis, la joie sera à l'honneur toute la journée. Même si vous ne vous sentez pas d'humeur joviale, faites semblant. La pureté émotionnelle est une discipline. C'est vous qui êtes le maître de votre cerveau. Imposez-lui l'état d'esprit de votre choix. Très rapidement, votre état intérieur épousera votre attitude extérieure.

Evacuer les émotions négatives 

Barrez la route aux idées négatives sournoises. Si une émotion négative s'empare de vous, dites-vous que vous avez la capacité de l'évacuer et de reprendre le dessus instantanément. Parfois, ce n'est rien d'autre que votre orgueil blessé qui vous fait bouder, et cette énergie négative ne punit que vous-même. Utilisez votre libre-arbitre pour vous délivrer de ce sentiment.

Ceci est particulièrement important dans les situations compliquées ou angoissantes. Vous avez un avion à prendre par exemple et le taxi est en retard, puis vous tombez dans les embouteillages. Ne vous énervez pas, vous gâcheriez toute votre journée. Ayez plutôt des pensées positives, du style bon j'ai raté l'avion, mais il y pire. Cela ne signifie pas que vous ne devez pas tenter d'attraper votre avion. Mais si vraiment vous l'avez raté, évacuez, passez à autre chose.

Imaginez qu'un chirurgien se soit disputé avec sa femme le matin d'une importante intervention. Croyez-vous qu'il puisse se permettre de laisser la contrariété  avoir prise sur lui? Non, bien entendu. C'est un professionnel entraîné à mettre de côté ses émotions quand il entre en salle d'opération. Soyez froid dans votre manière d'appréhender les événements, ce n'est pas toujours un mal. Sans cette froideur, le chirurgien mettrait la vie de son patient en danger.

Il ne s'agit évidemment pas de se fermer à toute émotion, mais de les contrôler et de les canaliser à propos. Il ne faut pas non plus comme certains abuser de l'évacuation émotionnelle, pour éviter d'être confronté  à ce qui dérange. Ceux-là ne supportent pas d'aborder un sujet qui les ennuie. Ils éludent tout simplement. Comment se garder de cette tendance ? En fait, il faut rechercher la vérité quoiqu'elle implique. Si la vérité est en conflit avec vos croyances, changez-les. Et même si toute votre vie est remise en question, faites-le !

Les émotions multiples

Parallèlement aux 70 pistes de notre intellect, nous disposons de 70 pistes pour nos émotions. Comme nous le disions précédemment, il est possible d'éprouver deux sentiments à la fois. Exemple : vous apprenez votre promotion mais également votre mutation, ou bien qu'un parent meurt en vous laissant un très gros héritage. Plusieurs sentiments sont en jeu à ce moment-là.

Pour contrôler ces émotions, il faut les traiter une par une. Demandez-vous toujours : " Qu'est-ce que je ressens en ce moment ? De l'angoisse, de la joie, les deux ? " Ce n'est qu'en ayant la réponse que vous serez en mesure de contrôler vos émotions. Si vous croulez sous le travail, mais que votre femme vous demande de venir pour un motif urgent, vous n'allez pas vous demander si c'est bien de laisser votre boulot. Vous laissez tout en plan et vous filez. Vous avez trié vos sentiments.

Du temps à soi

Le concept de méditation existe dans la Torah, mais il s'agit d'une méditation ayant un but. Il n'est pas question de psalmodier des paroles qui ne nous disent rien, mais de prendre un sujet de réflexion et de s'y dédier, à l'exclusion de tout autre sujet.

Mettez-vous des " œillères " et entrez en contact avec vos émotions les plus profondes concernant D.ieu, la vie, les hommes, la famille, la souffrance, etc.

De tout temps, les Juifs ont pratiqué la méditation. La prière silencieuse de la amida est en soi une méditation. Les fondateurs de notre peuple, Avraham, Moïse, David étaient tous des bergers, car la solitude et le temps sont propices au questionnement et à la réflexion sur des idées spirituelles.

Pour méditer, dites un mot à voix haute et concentrez-vous sur sa signification. Au bout de dix minutes, votre esprit est totalement concentré. 
 
Une fois que vous aurez développé les deux outils que sont la pureté de l'intellect et la pureté de l'émotion, l'étape suivante sera l'intériorisation de la pureté, c'est à dire la synthèse des deux. Notre attitude affecte notre mental. Le Roi David disait dit dans un psaume : " Avec tous mes os, je dis que nul n'est comme Toi, D.ieu " Tout notre être doit s'investir à 100% dans une action.

Pour méditer, il faut bien entendu se préserver de ce qui est néfaste. On voit mal quelqu'un qui ferait la bringue toute la nuit, méditer le jour. Ce serait l'antithèse de la pureté. N'abîmez pas votre but. Concentrez-vous sur ce que vous désirez, c'est le premier pas pour l'obtenir. Confusion égale dispersion. Si vous ne savez pas où vous allez, vous aurez du mal à y arriver.

Le manque de clarté dans les choix engendre souvent la mollesse. Définissez toujours vos objectifs et vos priorités, et mettez au point un plan pour les atteindre.

Le plus important est de savoir quel est son but premier, c'est à dire ce pour quoi on vit. Il faut trouver ce pour quoi on donnerait sa vie. Cela vous paraît beaucoup ? Pourtant, ne seriez-vous pas prêt à mourir pour défendre une cause juste ?

Quand vous avez le but, conditionnez-vous et concentrez-vous. Tout le monde a besoin d'encouragement et quel supporter plus efficace et disponible que vous-même ? Tenez-vous un petit speech du style : " Aujourd'hui je m'y mets à fond. Je me concentre et je trouve la vérité. Rien ne m'arrêtera. "

Faites de vos buts une réalité. Dépêchez-vous avant qu'il ne soit trop tard.

Petit mémo : 

Arrêtez de rêvasser.

- Appliquez-vous à ne penser qu'à une seule chose à la fois.

- Mettez en pratique ce que vous apprenez.

- Prenez un sujet de réflexion et approfondissez-le.

- Adoptez un état d'esprit et expérimentez-le à fond.

- Reliez vos émotions à  vos buts.

- Le succès dépend en grande partie de l'intensité de l'ambition.

- Exagérez vos bons états émotionnels.

- Vous êtes maitre de votre cerveau. Donc, vous pouvez lui apprendre à se concentrer.

- Pensez ce que vous dites et dites ce que vous pensez.

24/10/2011

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub