cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Parlez-vous « écolo » ?

Parlez-vous « écolo » ?

Éradiquez une forme de pollution insoupçonnée : celle des paroles toxiques !

d'après un article de Rav Mike Stern et Aleeza Ben Shalom
Plus...

On connait tous l’organisation internationale Greenpeace qui agit sans relâche contre la dégradation de l’environnement par des déchets, des substances chimiques ou radioactives, mais aussi pour la promotion de la paix dans le monde.

Cette année, sur l’initiative du Rav Michael Stern, plusieurs associations juives se sont liguées pour s’attaquer à une forme de pollution ignorée mais tout aussi nocive à notre environnement social et spirituel : celle des paroles blessantes.

Intitulée Green Speech – littéralement le discours vert – cette campagne a pour objectif de sensibiliser les Juifs du monde entier à l’importance capitale de soigner notre langage en nous éloignant de toute forme de discours péjoratif ou susceptible de causer du tort à notre prochain.

Et si les « militants » du « discours écolo » ont choisi précisément le 11 juillet – alias 17 Tamouz – pour donner le coup d’envoi à cette campagne, ce n’est par hasard. Car dans la tradition juive, il s’avère que ce jour marque le début des trois semaines de deuil commémorant la chute de Jérusalem et la destruction du Temple. Or ces événements tragiques, nous révèlent nos maîtres, se sont produits à cause de la médisance et la haine gratuite qui sévissaient au sein de notre peuple. Aussi, du 17 Tamouz au 9 Av (cette année, du 11 juillet  au 1ier août), nous allons nous efforcer de renverser la vapeur et promouvoir la paix, l’unité et l’harmonie en mettant l’accent sur le « discours écolo ».

Or il faut avouer que l’explosion des réseaux sociaux ne nous rend pas la tâche très aisée. Avec quelques effleurements de doigt sur l’écran tactile de notre Smartphone, nous voilà subitement devenus tour à tour plaignant ou défenseur, accusateur ou protecteur. Sous couvert de liberté d’expression, nous nous permettons alors d’attaquer, blâmer, critiquer, dénigrer, épiloguer, fronder, grogner, houspiller, incriminer, juger, médire, nier, piquer, réprimander, stigmatiser, tancer et vilipender… Tout cela trop réfléchir à l’impact redoutable de nos mots.

Rien ne saurait mieux résumer la force de la parole que ce proverbe du roi Salomon : « La vie et la mort sont au pouvoir de la langue ». Et c’est justement parce que le judaïsme est si conscient de ce phénoménal pouvoir qu’il a institué les lois du langage. Loin de limiter notre expression, ces magnifiques traditions vont nous aider à tirer le meilleur parti de la parole, en promouvant le respect de l’autre et la coexistence harmonieuse.

Nous sommes tous (ou presque…) sensibles à l’importance capitale de préserver notre environnement. Recycler, réduire les déchets et acheter des produits locaux sont notre manière de conserver les ressources naturelles de notre belle planète. Mais nous ne sommes pas toujours conscients du fait que nous pouvons – et devons – étendre cette même considération à la protection de notre propre bien-être, de nos relations sociales, de nos familles et de nos communautés. Car les efforts que nous entreprenons pour établir des relations harmonieuses avec notre entourage auront un impact décisif sur les « énergies » mentales, émotionnelles et spirituelles qui alimentent nos vies.

Nous associons la couleur verte à la faune et la flore que nous espérons protéger et préserver en faisant les meilleurs choix environnementaux. Eh bien, essayons dès à présent d’étendre cet « esprit écolo » aux choix des mots que nous employons. Essayons d’adopter le « discours écolo » afin d’assainir nos relations sociales et de promouvoir l’harmonie au sein de notre famille et nos cercles d’amis.

À la vérité, cela fait plusieurs millénaires que la tradition juive « milite » pour le discours vert. Appelées « Hilkhot Chemirat Halachone » (littéralement, lois de préservation du langage), ces lois du langage ont été plus récemment codifiées par Rav Israël Méir Kagan, dans son célèbre ouvrage ‘Hafets ‘Haïm. Adapté en français sous le titre « ‘Hafets ‘Haïm – Un jour une halakha » et disponible dans toutes les librairies juives, il met à la portée de chacun la toute-importance des nombreuses lois qui régissent le langage.

Les 10 commandements du « discours écolo »

Si vous aussi, vous souhaitez rejoindre la campagne internationale du « Green Speech » et apporter votre pierre à l’édifice de la reconstruction de l’unité du peuple juif, voici les dix principes à suivre :

1. Efforcez-vous de parler uniquement de manière positive et bienveillante. Abstenez-vous des affirmations péjoratives même si celles-ci sont vraies.

2. Veillez au bien-être de votre entourage. N’émettez pas des paroles qui pourraient causer à autrui un préjudice physique, financier ou émotionnel.

3. L’humour est un merveilleux outil de communication. Cela dit, évitez à tout prix les plaisanteries au détriment de votre prochain.

4. Évitez de dire du mal des autres – mais aussi de vous-même.

5. Communiquer des affirmations péjoratives ou susceptibles de nuire par écrit, par allusion ou par une quelconque forme de langage corporel (comme un froncement de nez) est aussi grave que de le faire verbalement.

6. Il faut deux personnes pour médire. Si votre interlocuteur émet des commentaires douteux, changez de sujet et, si nécessaire, mettez fin à la conversation en quittant les lieux.

7. Accordez à autrui le bénéfice du doute.

8. Abstenez-vous de communiquer des stéréotypes négatifs ou des informations au sujet d’un groupe de personnes ou d’un organisme.

9. Communiquez avec votre conjoint et famille avec des paroles bienveillantes et encourageantes.

10. Prévenez autrui des torts éventuels auxquels il s’expose. Par exemple, mettez-le en garde contre une affaire commerciale peu rentable ou un candidat au mariage peu fiable. Veillez à ce que les informations transmises soient précises.

C’est en nous efforçant de mettre en pratique ces habitudes au quotidien que nous pourrons espérer les intérioriser. L’un des moyens d’y parvenir est de vous engager (de préférence verbalement) à faire de votre mieux pour respecter la charte du discours écolo que voici :

La charte du « discours écolo »

  • Je vais m’efforcer d’assumer la responsabilité morale des paroles que j’emploie.
  • Je vais m’efforcer de prendre pleinement conscience de l’impact ravageur des paroles négatives, péjoratives ou susceptibles de nuire aussi bien sur mon entourage que sur moi-même.
  • Je vais m’efforcer de remplacer mes paroles blessantes par des paroles positives, réconfortantes et encourageantes.
  • Je vais m’efforcer de choisir des paroles qui donnent à mon entourage la sensation d’être accepté, respecté et aimé.
  • Je vais m’efforcer d’employer un langage qui cultive la paix, l’harmonie et l’unité dans ma maison, mon école ou mon lieu de travail et cela, en choisissant des paroles qui encouragent la coopération, l’esprit d’équipe et la productivité.
  • Bref, je vais m’efforcer de « parler écolo » !

12/7/2017

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub