cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




La Kabbala 12 - Hessed et Guévoura

La Kabbala 12 - Hessed et Guévoura

Hessed (la bienveillance) et Guévoura (la force) marchent de concert et définissent l'interaction de Dieu dans le monde comme un phénomène droite-gauche et repousser-attirer.

Nous avons consacré les articles précédents aux cinq premières des dix sefirot. Mais avant de continuer, il nous paraît sage de consacrer un peu de temps à l'interaction entre le 'hessed et la guévoura.

Ces deux sefirot sont probablement utilisées le plus largement pour décrire les actions de D.ieu dans le monde.

On peut qualifier les sefirot dont nous avons déjà parlé ('ho'hma - sagesse, bina - compréhension et daat - connaissance) de "préparatoires" et les sefirot dont nous discuterons ultérieurement (netsa'h - victoire, hod - crainte révérentielle, yessod - fondation et mal'hout - royauté) de "tactiques". Dans ce sens, 'hessed - bienveillance, gévoura - force et tiféret - beauté occupent une place "centrale".

L'interaction qui existe entre le 'hessed et la guévoura s'apparente à un montage "en parallèle", c'est-à-dire que ces deux sefirot peuvent se produire simultanément.

p>Pour décrire le système des sefirot, empruntons le vocabulaire utilisé en électricité. L'interaction qui existe entre le 'hessed et la guévoura s'apparente à un montage "en parallèle", c'est-à-dire que ces deux sefirot peuvent se produire simultanément. Par contre, les autres sefitot marchent "en série". Ainsi, la 'ho'hma ne peut se dérouler en même temps que la bina; ce n'est que quand la 'ho'hma a fini de générer l'idée que la bina peut commencer son travail d'analyse. De même, ce n'est qu'une fois que l'idée a été développée au maximum par la bina que la daat la met en application.

Cependant, pour le 'hessed et la guévoura, c'est différent. D'une part, il est possible de les imaginer comme un processus continu. Par exemple, ainsi que nous l'avons exposé dans l'article précédent, la pierre angulaire sur laquelle se fit la création est le 'hessed tandis que sa continuité est assurée par la guévoura. D'autre part, 'hessed et guévoura peuvent fonctionner simultanément. Par conséquent, quand un événement se produit, on peut identifier les composants du 'hessed et ceux de la guévoura, qui en font partie conjointement.

L'image la plus couramment employée pour décrire ce phénomène est celle de "droite et gauche".

Les différentes parties du corps peuvent servir à incarner les sefirot. (C'est un sujet d'ailleurs que nous traiterons plus en profondeur ultérieurement.) Tandis que les trois premières sefirot, faisant partie du domaine de l'intellect, s'apparentent aux fonctions du cerveau, les sefirot du 'hessed et de la guévoura sont représentées par les mains. De même que ces sefirot sont les instruments fondamentaux des "actions" de D.ieu, de même les mains ont-elles une importance primordiale dans toute activité humaine.

Cette comparaison est encore plus limpide quand on constate combien l'aspect "droite-gauche" des membres humains et l'interaction entre le 'hessed et la guévoura sont similaires.

Imaginons deux mains poussant une charrette ou soulevant un seau d'eau. Dans ce cas, il n'y a aucune différence entre les deux mains. Il s'agit simplement de deux fois du même membre car la corrélation droite-gauche est insignifiante. Effectivement, la main droite est un peu plus forte mais le deux mains accomplissent la même tâche et de ce fait, ce type de corrélation ne permettrait pas d'illustrer le mode de relation 'hessed - guévoura.

LE CONTREPOIDS

Mais prenons d'autres exemples. Une personne enfonce un clou dans une planche. Sa main droite frappe sur le clou au moyen d'un marteau tandis sa main gauche maintient la planche fermement. Autre cas: une personne serre une vis avec sa main droite et de la main gauche tourne l'écrou dans l'autre sens. Troisième exemple: un sculpteur taille une statue au moyen d'un ciseau placé dans sa main droite et tient la pierre énergiquement avec sa main gauche. Dans tous ces exemples, la main droite et la main gauche coopèrent en agissant de manière contraire.

De là, il ressort que le 'hessed et la guévoura opèrent simultanément pour atteindre le même but, tout en exerçant des forces dans des directions opposées.

Soyons un peu plus explicites quant aux rôles spécifiques du 'hessed et de la guévoura. Pour ce faire, examinons l'exemple du sculpteur. Sa main droite se borne en fait à détacher les copeaux au moyen du ciseau. La main gauche, par contre, immobilise le bloc de pierre et, en résistant au mouvement du ciseau, permet à la pierre d'acquérir sa forme finale. De ce fait, la pierre n'est pas emportée par le burin mais, au contraire, elle lui résiste. Bien que la main droite ait exercé son action sur la pierre, celle-ci a gardé ses propres caractéristiques, tout en portant le "message" que lui a imprimé la main droite.

Cela décrit exactement la relation qui existe entre le 'hessed et la guévoura, jouant respectivement le rôle de la "main droite" et de la "main gauche".

La bienveillance fait l'objet principal des actes divins. Ainsi, des deux sefirot, le 'hessed est celle qui prédomine et qui est la plus forte. Elle accomplit ce que D.ieu veut réellement.

Mais nous avons décrit auparavant le problème inhérent au 'hessed. Si une personne est prise en charge par autrui, elle perd alors son identité. Elle n'est plus que le réceptacle des largesses de son bienfaiteur. Ce serait similaire à la planche qui suivrait les mouvements du marteau.

A cet égard, la sefira de guévoura a pour fonction d'aider. C'est la "main gauche" qui pousse dans la direction opposée et donne à la planche sa réelle existence. Tandis que la main droite attire, la main gauche repousse. Alors que l'attribut du 'hessed ramène les choses dans la sphère d'être de D.ieu, la guévoura les rejette en proclamant: "Eloignez-vous de moi, tenez-vous sur vos propres pieds et tachez de gagner de quoi vivre."

Il est écrit dans le Talmud:

" Une personne doit toujours attirer ses semblables au moyen de sa main droite et les repousser avec la main gauche. " (Sota 47)

Cela doit nous servir de leçon dans nos relations avec notre prochain. Le caractère dominant et par conséquent le plus fort qui doit prévaloir dans l'interaction entre êtres humains doit être la volonté de rapprochement et d'amitié envers son semblable. Mais une certaine dose de "repousser" doit y être incluse afin de préserver la vie privée. La bienveillance dispensée à une personne indépendante renforce les liens et crée des ponts. Par contre, pour un individu tributaire de son entourage, cela conduirait à sa perte complète d'autonomie et à son engloutissement.

(Il est intéressant de noter que les personnes approfondissant l'étude de la Kabbale, tels les Hassidim, ont tendance à porter leurs vêtements, la partie droite recouvrant partiellement la partie gauche, afin de démontrer cette relation. Dans l'habillement occidental, c'est habituellement le contraire.)

Publié: 14/2/2012

Article 12 sur 20 dans la série La Kabbala


Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub