cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Pourquoi je ne touche pas les filles

Pourquoi je ne touche pas les filles

Être un adolescent religieux dans le monde d'aujourd'hui.

par Yossi Bachrach
Plus...

J’ai apprécié votre récent article « Pourquoi je ne touche pas les hommes » et j’ai pensé que cela vaudrait la peine de partager mes expériences sur le sujet du point de vue d’un gars de 19 ans.

J’ai grandi en Afrique du Sud dans un foyer religieux et j’étudie actuellement dans une Yéchiva prémilitaire en Israël. J’ai suivi ma scolarité dans une école mixte où la plupart des élèves n’étaient pas religieux, mais où tout le monde s’entendait bien. J’aime le sport, la physique-chimie, l’informatique, l’économie, les films et la Xbox. Bref, je suis un gars normal.

Et puis je suis chomer neguia – je ne touche pas les filles, et les filles ne me touchent pas. Je n’en reste pas moins un gars normal. Permettez-moi de vous expliquer pourquoi.

Quand j’étais en sixième, mes copains et moi suivions des cours de préparation à la Bar-Mitsva les dimanches. Un certain dimanche je me suis absenté et il se trouve qu’ils ont parlé du sujet de chomer neguia, l’interdiction de toucher les membres du sexe opposé. Le lendemain, à l’école, les discussions allaient bon train ; un grand nombre de garçons ont décidé de passer dans le camp des « bli » (sans, en hébreu, abréviation de l’expression « bli yadayim » sans les mains, synonyme de chomer néguia.) J’ai pensé qu’ils étaient tombés sur la tête, mais j’avoue que mon intérêt avait été piqué.

J’ai senti que je tirais profit du côté romantique de Dieu.

J’en ai appris davantage sur le sujet en approfondissant la signification du contact physique, du mariage et des relations dans le judaïsme. Un livre que j’ai trouvé particulièrement intéressant était « La magie du contact » par Guila Manolson. J’ai découvert que le concept de chomer neguia ne relevait pas de lois juives arbitraires dont le seul objectif était de m’empêcher de profiter de la vie ; il émanait d’un système sagement élaboré en vue d’assurer la sainteté des relations et de savoir comment profiter de la vie sans empiéter sur cette sainteté. Il allait à l’encontre de l’attrait du temporaire et renforçait l’éternel. J’ai senti que je découvrais le côté romantique de Dieu. Il y a quelqu’un, quelque part dans le monde, pour qui je suis fait et qui est fait pour moi. Nous sommes destinés l’un à l’autre. Entre-temps, tout le reste n’était que du batifolage. Cela semblait insignifiant par comparaison avec la relation sérieuse et réfléchie que j’espère ardemment avoir à l’avenir. Je me suis dit que si Dieu a un cadeau qui me convient à la perfection, alors je n’irai pas faire du lèche-vitrines.

Alors, du haut de mes 12 ans, j’ai décidé que j’allais tenter ma chance et que je commencerais en douceur. J’ai expliqué aux filles de mon école qu’à partir de maintenant je me contenterai de les saluer avec un « tape-cinq » parce que je voulais essayer d’arrêter de faire la bise aux filles. Elles ont ri mais ont respecté ma décision. Doucement mais sûrement, j’ai affermi mon respect des lois de chomer neguia et, arrivé au jour de ma Bar-Mitsva, j’étais entièrement « bli ».

Mon odyssée de six ans a été faite de hauts et de bas mais c’est à travers les bas que j’ai appris les plus grandes leçons. C’est à travers les moments de faiblesses que j’ai trouvé en moi le plus de force.

Je sortais du lot, en me tenant à côté des filles les bras derrière le dos dans toutes les photos.

Je suis allé dans un super collège religieux jusqu’en 3ème et mes interactions avec les filles étaient limitées ce qui m’a rendu la tâche bien plus facile. En 5ème, alors que j’étais encore novice dans le monde de chomer neguia, je suis allé dans une colonie de vacances où il y avait des tas de filles. Être chomer est subitement devenu vraiment difficile. C’était comme si le choix ne s’était présenté que maintenant et j’étais confronté à la tentation. Avant Chabbat, tout le monde prenait des photos géniales bras-dessus, bras-dessous, tandis que moi je sortais du lot, en me tenant à côté des filles les bras derrière le dos dans toutes les photos.

Qu’y a-t-il de si mal à prendre une photo convenable ? Je ne fais la bise à personne. Il n’y a sans doute aucun problème, me suis-je dit. Et c’est ce que j’ai fait : j’ai pris toutes les photos « normales » que je pouvais prendre avant l’entrée du Chabbath. J’ai ignoré le sentiment de malaise que je ressentais au fond de moi. À l’entrée du Chabbath une fille très mignonne que je venais de rencontrer est venue me faire la « bise-Chabbat-Chalom » (elle ne savait pas que j’étais chomer). Sans trop de temps pour y réfléchir, ma première pensée a été : De toute façon, tu as déjà pris les photos. Allez, fais-lui la bise. Quelle différence cela peut bien faire ? À la fin du Chabbat, mon respect des lois de chomer neguia est tombé à l’eau.

Ce qui m’est arrivé avec cette séance de photos et ce Chabbath m’a appris une leçon importante. Le moment crucial s’est produit quand je me suis dit : quelle différence cela peut bien faire ?  Cette simple expression a gommé les frontières claires que je m’étais établies. Et quand il est question de la réalité séduisante du physique et du contact, il devient tellement facile de devenir désensibilisé et de passer à des choses de plus en plus excitantes. Le fait d’être chomer établit des limites très claires, des limites qui éliminent le genre de moments où vous succombez à la logique fautive du quelle-différence-cela-peut-bien-faire ? Des limites qui empêchent une chose d’en conduire à une autre. Cela maintient la sainteté et la dignité par lesquelles je veux être défini.

J’ai repris mes bonnes habitudes mais mes défis étaient loin d’être terminés. Je suis passé dans un lycée mixte, ce qui m’a rendu la tâche un peu plus difficile mais j’étais plus âgé et plus mûr et avais les idées plus claires que lorsque j’avais commencé. Et puis cela a donné plus de sens à ma démarche. Désormais, je n’étais plus uniquement chomer de manière passive. Je faisais une décision proactive tout le temps et étais conscient des résultats. Je me suis rendu compte à quel point mes amitiés s’étaient consolidées, à quel point j’avais appris à bien mieux connaître les gens, que je pouvais me contenter de discuter avec des gens en me sentant parfaitement à l’aise en leur compagnie, tout comme ils se sentaient à l’aise en la mienne. Je n’avais aucune arrière-pensée ; je venais en ami.

Ces résultats n’étaient rien comparés aux changements produits dans mon état d’esprit : j’ai cultivé un plus grand respect pour les gens et un plus grand respect pour moi-même. C’était bon de contrôler cette partie de moi. Mes interclasses et mes weekends ne se réduisaient pas à une partie de cache-cache avec les filles ; je n’avais pas de « touche » à faire, personne à essayer d’impressionner. Je me sentais sûr de moi et je me sentais authentique.

J’étais libéré des sources de stress classiques des lycéens. Les filles n’étaient pas des objets à conquérir.

Je suis reconnaissant envers mon entourage pour avoir respecté mes choix religieux et m’avoir permis de m’intégrer. Pour moi, être religieux n’est pas seulement ce que vous faites mais la manière dont vous le faites. Je ne me sentais pas du tout limité, je me sentais libéré. J’étais libéré des sources de stress classiques des lycéens en matière de relations. Je n’étais pas obligé d’avoir déjà échangé mon premier baiser, je n’étais pas obligé d’avoir une petite amie, je n’étais pas obligé de faire mes preuves, je n’étais pas obligé de tester mes limites. Pour moi, les filles n’étaient pas des objets à conquérir.

Bien sûr, il y avait des moments où j’avais l’impression de passer à côté de quelque chose ; c’est tout à fait naturel. « Il faut vivre avec son temps, frère. Ne te prends pas la tête, passe du bon temps ! » est le genre de commentaire que j'encaissais souvent, mais j’ai appris que les relations ne sont pas seulement là pour vous faire passer du bon temps. Pour moi, la « drague » n’entrait pas du tout dans la catégorie de relation. C’était une forme d’égoïsme pure et simple, et je ne voulais pas du tout de cela.

En grandissant encore davantage, j’ai même arrêté de sentir que je sortais du lot. J’assumais pleinement ma décision d’être chomer et je pense que mes camarades de classe se sont mis à la respecter de plus en plus. Je me suis rendu compte que le fait d’être chomer fait partie de ces expériences que vous devez vivre avant de pouvoir les apprécier pleinement. Bien sûr, mes photos et mes histoires de weekend étaient différentes des autres mais cela me plaisait énormément parce que je me suis rendu compte qu’elles étaient censées être différentes. J’ai encore un long chemin à parcourir mais avec l’aide de Dieu j’essaie de progresser chaque jour.

28/12/2017

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 1

(1) Maryse, December 29, 2017 4:43 AM

Merci Yossi

Je suis impressionnée par la sagesse qui émane de vous, du respect que vous donnez aux autres ainsi qu'à vous-même. Je suis mamie de trois petits-fils et je serais fière de les voir raisonner ainsi, dans cette époque où tout semble permis, où le respect n'est plus qu'un simple mot.
Je vous souhaite la vie que vous méritez, dans la Lumière, celle qui vous fera rencontrer la vraie Joie. Et vous posséderez le plus grand des trésors.
Merci Yossi.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub