cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Le veau d’or

Le veau d’or

Une exploration kabbalistique de l’une des plus grandes tragédies de l’histoire du peuple juif.

par
Plus...

Notre paracha contient l’une des plus grandes tragédies de l'histoire juive. Le peuple qui a miraculeusement quitté l'Égypte, qui a été témoin de l'ouverture de la mer (alors que les Égyptiens les poursuivaient), et qui au pied du mont Sinaï a vécu Le rendez-vous avec le Divin, attend maintenant que Moché redescende de la montagne.

Moché devait apporter avec lui les enseignements de la Torah -- le "livre" des commandements qui s'adressent aux Juifs -- qui allaient changer le cours de l'histoire du monde. Mais l'attente devenait trop longue, et le peuple, à la recherche peut-être d'une satisfaction plus immédiate, fabriqua un veau d'or et l'adora.

Aujourd'hui, des milliers d'années plus tard, nous ne comprenons toujours pas comment cette génération, si privilégiée, a pu commettre une faute aussi fondamentale.


UN MYSTÈRE MYSTIQUE

Le Zohar, dans ce qui est quasiment son tout premier enseignement, traite de cette question. Rabbi Shimon bar Yo'haï explique (explication elle-même cryptée) à son fils Rabbi Eliezer, le sens du verset : " Qui a créé ceux-ci?" (Isaïe 40:26):

Ce mystère est resté scellé jusqu'au jour où je me tenais au bord de la mer, Eliya est venu et m'a dit: "Maître, quel est le sens de 'Mi Bara Eleh' - qui a créé ceux-ci?"

Je lui ai dit que cela désignait le ciel et ses hôtes, l'oeuvre du Saint Béni soit-Il, oeuvre dont la contemplation conduit l'homme à Le bénir...

Alors il me dit: "Maître, le Saint Béni soit-Il avait un profond secret qu'Il a longuement révélé à l'Académie Céleste. Le voici: quand le plus Mystérieux a souhaité Se révéler, Il a créé un simple point qui s'est transformé en une pensée, et à partir de cela il a réalisé d'innombrables esquisses et a gravé d'innombrables gravures. Il a de plus gravé, à l'intérieur de la lampe mystique et sacrée, un plan mystique et excessivement saint, qui était un édifice merveilleux issu du coeur de la pensée. Ceci est appelé Mi (qui), et c'était le commencement de l'édifice, existant et inexistant, profond, enterré, inconnaissable de nom. Il s'appelait seulement Mi. Il fallait qu'il soit manifeste et appelé par un nom. Il s'est donc vêtu d'un vêtement resplendissant et précieux et a créé Eleh (ceux-ci) et Eleh a acquis un nom. Les lettres des deux mots se sont mélangées, formant le nom d'Elokim (Dieu). Quand les Israélites ont fauté en faisant le veau d'or, ils faisaient allusion à ce mystère en disant: "ceux-ci Israël sont tes dieux" (Exode 32: 4). Et une fois que le 'Mi' était combiné au 'Eleh', le nom est resté à jamais. C'est sur ce secret que le monde est construit.


Alors, Eliyah s'envola et disparut (de ma vue). Et c'est de lui que je tiens ce mystère profond.

Rav Eliezer et tous les compagnons vinrent et se prosternèrent devant lui, et en pleurant de joie, ils dirent: "si nous n'étions venus au monde que pour entendre ceci, cela nous aurait suffi" (Zohar, Prologue 1b-2a)

Évidemment, plusieurs des idées enseignées dans ce passage sont au-delà de la portée de cet exposé (et de son auteur), mais nous pouvons relever quelques enseignements fondamentaux.

Le Zohar indique que la création du monde est basée sur la combinaison du mi et du Eleh qui constituent les lettres de Elokim. Par conséquent, le premier verset de la Torah se lit:

Béréshit bara Elokim éte hashamayim vé-éte haaretz... Au commencement créa Elokim les cieux et la terre... (Genèse 1: 1)

Le nom Elokim combine mi et Eleh. L'explication théologique du Zohar est que le verset Mi bara éléh - qui a créé ceux-ci? - repose sur le premier verset de la Torah "Au commencement bara Elokim"

Il s'ensuit alors, que la question "qui a créé ceux-ci?" doit toujours rester une question, rhétorique, sans réponse. Le Juif admet que certains mystères sont impénétrables. L'essence de Dieu est un de ces mystères. La transcendance, aspect essentiel de Dieu, échappe à l'entendement humain parce qu'il fait référence à Elokim, qui peut se lire mi éléh, autrement dit, dont l'essence reste une question à laquelle on ne peut répondre.

L'homme peut contempler la création, mais juste au moment où il pense avoir trouvé la réponse à la question et désigne du doigt Dieu, il court à l'échec.

Les juifs, au pied du Sinaï, ont pointé du doigt le veau d'or qu'ils avaient fabriqué et ont déclaré "ceux-ci (Eleh), Israël sont tes dieux". Ils voulaient comprendre et expérimenter Dieu selon leur propre compréhension, ils croyaient avoir trouvé la réponse à la question "qui (mi) est Dieu?". Ils voulaient donner une réponse concrète à la question qui ne peut avoir de réponse.


LE DROIT DE SAVOIR

Qu'est-ce qui a finalement conduit le peuple à penser qu'ils avaient la réponse, à vouloir fabriquer un dieu? Et pourquoi un veau d'or?

Revenons au texte de la Torah:

Le peuple vit que Moché tardait à descendre de la montagne; le peuple se rassembla autour d'Aaron; ils lui dirent: "Lève-toi! Fais-nous des dieux qui marcheront devant nous, car cet homme Moïse qui nous a fait monter du pays d'Egypte, nous ne savons pas (lo yada'nou) ce qui lui est arrivé. (Exode 32: 1)

Analysons la situation: L'aiguille de l'horloge tourne. Moché doit redescendre du mont Sinaï. Le peuple est inquiet, mais tout ce qu'il a à faire c'est de patienter encore un jour et la précieuse Torah sera sienne. Malheureusement, l'histoire ne se terminera pas par cette fin heureuse. Moché redescend certes, mais la Torah est brisée au pied de la montagne.

Le texte nous donne la raison pour laquelle ils ont voulu fabriquer des dieux: "car nous ne savons pas ce qui lui est arrivé". S'agit-il simplement d'un manque d'information? Non. Ils pensaient qu'ils avaient "le droit de savoir", le droit de connaître ce qui en réalité était au-delà de leur entendement.

Il existe un autre épisode, très similaire à celui-ci, où l'homme était en quête de connaissance, où il voulait "à tout prix" savoir. À l'aube de l'Histoire, l'homme avait été informé que parmi tous les arbres du Jardin d'Eden, deux étaient particuliers: l'Arbre de la Vie et l'Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal. Adam avait le droit de manger de tous les arbres, excepté de l'Arbre de la Connaissance.

De nouveau, l'histoire ne s'est pas bien terminée. L'homme a mangé du mauvais arbre, la mort a été introduite dans le monde, et l'homme a été expulsé d'Éden.

Les Sages remarquent qu'il n'y avait aucune interdiction à goûter de l'Arbre de la Vie. En fait, on nous enseigne que dans le plan originel, Adam devait manger d'abord de l'Arbre de la Vie, puis de l'Arbre de la Connaissance. Évidemment, la faute d'Adam est d'avoir inversé l'ordre et d'avoir voulu commencer par l'Arbre de la Connaissance.

Pour comprendre la signification de cet ordre (manger d'abord l'Arbre de la Vie et seulement après, l'Arbre de la Connaissance) nous devons reconsidérer la nature de ces deux arbres.


L'ARBRE DE LA VIE

Selon la pensée rabbinique, l'Arbre de la Vie représente la Torah:

Elle (la Torah) est un Arbre de Vie à ceux qui l'embrassent." (Proverbes 3:18, Vayikra Rabba 25:1)

N'était-il pas plus logique d'associer la Torah à l'Arbre de la Connaissance? La Torah est La Connaissance par excellence, le Livre des enseignements, qui explique le bien et le mal.

Apparemment, cette connaissance dont parle le texte a une tout autre signification. Il ne s'agirait pas de la connaissance encyclopédique, intellectuelle ou culturelle. Les versets qui suivent l'expulsion de l'homme nous mettent sur la voie:

Et Il renvoya l'homme,.... Et Adam connut sa femme.... (La Genèse 3:24-4:1)

On apprend donc qu’Adam "a connu" sa femme. Maintenant, nous comprenons que la connaissance implique l'expérience, ce qui nous permet de réinterpréter la faute de Adam.

Le plan à Eden était que l'homme mange de l'Arbre de la Vie (l'Arbre de la Sagesse de la Torah), et seulement après, il aurait pu manger de l'Arbre de la Connaissance (l'Arbre de l'Expérience).

L'avantage de faire précéder la sagesse de la Torah à l'expérience, est que la Torah une fois intériorisée, va servir de base permettant d'interpréter, d'adapter l'expérience. La Torah devient un outil d'analyse précieux pour mieux vivre et analyser les expériences. Si, à l'inverse, on "goûte" d'abord à la vie et à toutes sortes d'expériences, ce sont elles, qui serviront de référence pour interpréter la Torah acquise par la suite.

Si les choses se font dans cet ordre, cela peut conduire à une distorsion de la Torah, à une mauvaise interprétation, basée sur l'expérience subjective de l'individu. La Torah doit précéder l'expérience. La Torah doit être le repère permettant aux juifs de mener leurs vies.


LA TRAGÉDIE D'ÉDEN REVECUE

La tragédie d'Éden s'est reproduite au pied du Mont Sinaï. Les juifs attendaient que Moché redescende avec la Torah, mais ils ne "savaient" pas ce qu'il était devenu. C'est en cela que repose leur échec: ils voulaient "connaître", "savoir" (le mot en hébreu est le même).

Finalement, le peuple va se livrer à une fête orgiaque, expérimentant Dieu selon leur subjectivité, en fabriquant une image taillée, au lieu de recevoir la Torah de Dieu par l'intermédiaire de Moché.

De nouveau, l'Arbre de la Connaissance (l'expérience) est choisi avant l'Arbre de la Vie (la Torah).

Mais pourquoi cela s'exprime-t-il particulièrement sous cette forme? Pourquoi un veau?

Le Zohar explique que leur faute est d'avoir pointé leurs doigts en disant: "ceux-ci, Israël, sont tes dieux", voulant définir, connaître et expérimenter ce qui n'était pas à leur portée.

Quand pour la dernière fois les Juifs ont-ils pointé du doigt et désigné Dieu? C'est au moment de la traversée de la mer:

Voici mon Dieu et je l'aimerai." (Exode 15:2 )

Rachi, à partir du Midrash , commente:

C'est dans Sa gloire qu'Il s'est révélé à eux et ils Le désignaient du doigt. Une servante a vu (lors de la traversée de) la mer ce que ne virent pas les prophètes.

L'expérience de cette traversée de la Mer des Joncs leur a fait atteindre des sommets spirituels incroyables, où même le plus simple des hommes a vu ce que les prophètes n'ont jamais pu percevoir.


DES VISIONS DE PROPHÈTES

A quels prophètes Rachi fait-il allusion? La source de Rachi est la Mekhilta, qui mentionne: "plus qu'Isaïe ou Ézéchiel". Ramban cite également la Mékhilta comme faisant la comparaison avec Ézéchiel.

Pouvons-nous apprendre de cette comparaison la nature exacte de la vision collective qu'ont eue les Juifs lors de la traversée de la mer?

La prophétie d'Ézéchiel est une des parties les plus obscures de la Bible, les images et les références dépassant souvent la compréhension du lecteur.
Près du fleuve Kebar, Ézéchiel a eu des "visions de Dieu." Il vit l'image d'êtres, ayant "la patte d'un veau" (Ézéchiel 1: 7) et dont le visage comportait plusieurs faces: celle d'un lion, d'un homme, d'un taureau et d'un aigle. Il est intéressant de noter que l'image dans la vision d'Ézéchiel comportait la face d'un taureau et les pattes d'un veau.

Pour rendre les choses encore plus compliquées, un chapitre plus loin, Ézéchiel réitère et décrit de nouveau sa vision. Il énumère les quatre visages plus en détail, mais cette fois-ci, on note un changement:

Chacun avait quatre faces. La face du premier était une face de chérubin, la face du second, une face d'homme, du troisième, une face de lion, du quatrième, une face d'aigle. (Ézéchiel 10: 14)

Ici, le taureau est remplacé par le chérubin. Si la faute du veau d'or a eu lieu après avoir reçu l'ordre de construire le Tabernacle, on peut comprendre pourquoi les Juifs ont choisi spécifiquement un veau d'or. En effet, le Tabernacle qui devait être "la résidence" de Dieu devait contenir en son endroit le plus saint les chérubins. Dans la vision d'Ezechiel, les chérubins correspondent au taureau. Les Juifs, lors de la traversée de la mer des Joncs ont eu cette même vision. Au lieu de fabriquer des chérubins en or comme Dieu le leur avait demandé, ils ont décidé de les remplacer par un veau d'or, persuadés qu'il s'agissait de Dieu, puisqu'ils l'avaient vu lors de la traversée de la mer. Ils pensaient que cela faisait partie de la construction du Tabernacle. Ce veau leur rappelait ce moment glorieux où ils ont "expérimenté" Dieu.

Mais lorsqu'ils ont désigné du doigt Dieu, ils se trompaient en pensant que cette vision représentait Dieu. Ils pensaient avoir compris Dieu, l'avoir défini. Telle est la nature de l'expérience. Encore une fois, l'expérience a précédé la connaissance de la Torah et a finalement conduit à la faute et à la débauche.

LA VACHE ROUSSE

Rachi, en commentant les règles de la Vache Rousse, explique qu'il s'agit d'un 'hok, d'une loi irrationnelle, dont la raison nous échappe. Et pourtant, à un autre endroit, Rachi cite un enseignement au nom de Rabbi Moché Hadarshan, précisant que cette mitsva (la vache rousse) a pour but de réparer la faute du Veau d'or. (Rachi Bamidbar, 19)

Ces deux explications de Rachi ne sont pas contradictoires. La Vache rousse apporte le pardon pour le veau d'or, précisément parce que c'est un commandement que nous ne pouvons pas comprendre! En effet, si la faute du veau d'or consistait à penser qu'on pouvait comprendre Dieu, alors sa réparation, son tikoune repose sur l'accomplissement d'un commandement dont nous ne comprenons pas la raison.

La mort fut introduite dans le monde quand l'homme mangea de l'Arbre de la Connaissance du bien et du mal, goûtant l'expérience avant d'acquérir la sagesse de la Torah, et voulant comprendre ce qui ne peut être compris. La Vache Rousse est l'antidote de la mort, elle enlève le stigmate spirituel provoqué par la mort, car c'est un commandement qui n'a pas d'explication et que l'on exécute sans comprendre, uniquement parce que la Torah nous l'ordonne.

13/2/2014

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 2

(2) Anonyme, March 16, 2017 5:57 PM

La sagesse de la thora doit preceder l'experience

1}Il est ecrit naasse ve nishma. ( mashmaout) c'est juste le
contraire .Pourquoi fait on preceder le faire avant le comprendre? si ce n'est pour comprendre 2)Je crois que pour les deux arbres le sekhel eloki ( la thora) doit preceder le sekhel enochi car ce n'est pas lui qui doit decider ce qui est bien ou ce qui est mal. La thora nous dit que ce qui est bien c'est ce qui va dans le sens de la vie. Pour cela il faut d'abord connaitre les lois de vie .

(1) Anonyme, February 13, 2014 7:45 PM

Un texte éclairant

Merci pour ce texte riche et éclairant, en particulier sur le mystère de la vache rousse. L'interprétation de Ari Khan, conforme aux deux commentaires de Rachi s'intègre parfaitement dans le concept de l'indéfinissable divin, notion centrale du judaïsme.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub