cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Un défi pour la vie

Un défi pour la vie

Victor Frankl, psychiatre viennois rescapé d’Aushwitz, n’a jamais abdiqué. Un défi à relever.

par Léo Beaucaire, adapté de l’article de Sara Debbie Gutfreund
Plus...

Victor Frankl fut un homme d’exception qui bouleversa la psychologie moderne et ses méthodes. Psychiatre à Vienne avant la seconde guerre mondiale, il fut déporté à Aushwitz et fut le seul survivant de sa famille. Dans son livre « Découvrir un sens à sa vie », il expose les bases de sa thérapie, la logothérapie. Réfutant les thèses restrictives de Freud, qui conféraient aux seules pulsions le pouvoir sur la psyché de l’homme, il se consacra sa vie durant à une nouvelle approche. D’après ses recherches et ses résultats cliniques, il comprit que la recherche du sens de l’existence est un puissant moyen d’aider l’homme à surmonter ses problèmes et à le guérir de ses névroses. Le début de son livre est consacré au récit du quotidien des prisonniers dans l’enfer concentrationnaire. Avec un esprit analytique et méthodique, Frankl décrit l’état psychique et les différentes phases par lesquelles passe le déporté. Avec une force de caractère et une clairvoyance exceptionnelle, il parvient à la conclusion que la question n’est pas de savoir « ce que l’on attend de la vie mais ce que la vie attend de nous ». C’est grâce à la recherche du sens et à la responsabilité que l’on peut s’échapper du cauchemar d’Aushwitz. Même les tortures de la faim et du froid, du calvaire et de la mort, ne peuvent annihiler l’être humain qui donne un sens à ses souffrances. La souffrance, pour Frankl, expérience qui aurait pu être traumatisante, est sublimée et donne à l’être humain sa grandeur et sa dignité. Rien ne peut détruire cette liberté, dont la condition est la responsabilité. Non sans une pointe d’humour, Frankl explique qu’il faut construire, à côté de la statue de la liberté, une statue de la responsabilité. C’est grâce à elle et donc au sens profond que chacun d’entre nous peut donner à son existence que les épreuves peuvent-être non seulement dépassées mais également magnifiées. Un discours qui est l’écho de la voix de la Thora et de son premier représentant : Avraham Avinou. Celui-ci combattit toute sa vie pour le monothéisme, et changea la face du monde grâce à la signification qu’il donna à ses épreuves et aux défis lancés par l’existence.

Porter d’autres lunettes

La plupart du temps, nous nous définissions grâce à ce que nous faisons ou ce que nous avons. Durant le mois d’Av, pendant les 9 jours qui précèdent ticha beav, nous avons l’opportunité de changer de lunettes et de voir une réalité un peu différente : nous pleurons non seulement notre Temple détruit ce jour funeste, le 9 Av, mais aussi la perte de sens et de clarté qui s’ensuivit. Malheureusement, les tribulations de notre histoire peuvent nous faire oublier quel est notre but en tant que nation. Nous pouvons négliger ce qui est significatif et important dans nos vies. Nous risquons, à cause de nos obligations, de nos activités incessantes et de nos titres honorifiques de nous éloigner du sens de nos vies.

Viktor Frankl surgit alors des ténèbres pour nous apporter sa lumière et nous enseigner des leçons cruciales qui sont autant de défi à relever au quotidien :

  1. Choisir l’espoir. Nous ne pouvons pas toujours changer les événements, mais nous pouvons toujours choisir notre attitude dans une situation donnée. Comme l'écrit Viktor Frankl, « Quand nous ne sommes plus en mesure de changer une situation, nous sommes invités à nous changer nous-mêmes. »

  2. Apprendre à connaître notre « pourquoi ». Qu'est-ce que je vis ? est une question utile. Chaque jour, il est bon de se demander le pourquoi de notre vie et de nos actions. « Ceux qui ont un« pourquoi » peuvent supporter tous les « comment ». »

  3. Apprendre à pleurer. Les larmes ne sont pas un signe de faiblesse mais émanent d'une âme qui n'a pas peur de se briser : « Il ne fallait pas avoir honte des larmes, car les larmes témoignent qu'un homme a le plus grand courage, le courage de souffrir. »

  4. Ne pas faire partie du troupeau. Le monde est parfois à l'envers. Souvent, faire ce que tout le monde est en train de faire est ce qui est fou. « Une réaction anormale à une situation anormale est normale. »

  5. Vivre en conscience. Nous créons un sens en répondant aux questions que la vie nous pose. « Il ne faut pas se demander ce que l’on attend de la vie mais ce que la vie attend de nous ».

  6. Enrichir notre vie grâce à l’altruisme. Posséder n’apporte pas le bonheur, mais donner peut grandement y contribuer. Donner possède un pouvoir illimité de significations. « Nous qui vivions dans les camps de concentration pouvons témoigner qu’il existait des hommes qui marchaient à travers les baraquements en réconfortant les autres, en leur donnant leur dernier morceau de pain. Ils prouvaient par leurs actes altruistes que tout peut être pris à l'homme, sauf une chose : sa liberté, qui est de choisir son propre chemin. »

  7. Se dépasser. Nous trouvons un sens à l’existence quand nous transcendons nos propres besoins et limites. « Plus on s’oublie – en se dévouant à une cause ou en aimant une autre personne, plus on devient humain et on développe son potentiel. »

  8. Etre empathique et comprendre la souffrance des autres. La douleur est relative à chacun. Il faut être à l'écoute de la souffrance des autres, même si elle ne semble pas être en soi une tragédie. « La souffrance remplit l'âme humaine et l'esprit conscient, peu importe qu’elle soit grande ou petite. Par conséquent, la souffrance humaine est absolument relative. »

  9. Changer malgré les épreuves. Nous pouvons créer une vie profonde, pleine de sens. « L'homme n'est pas un simple « existant » mais a le pouvoir de décision, à chaque instant, de faire ce qu’il désire de sa vie. Chaque être humain a la liberté de changer à tout moment. »

* Toutes les citations de cet article sont tirées de l’œuvre de Viktor Frankl

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 1

(1) Marie, August 26, 2016 7:32 PM

Vicktor FRANKL.

Chaque citation de l'œuvre de Mr FRANKL est riche d'enseignements & riche d'une spiritualité profonde. Il y a lieu de méditer sur chacune d'elle Cependant, en les lisant ce soir, une return particulièrement mon attention. c'est celle qui commence par "Ne pas faire partie du troupeau" Accepter ou avoir le courage de nager à contre-courant, c'est se ranger du côté de ceux qui n'ont pas envoyé de décharge électrique lors de l'expérience de Milgram. J'espère pouvoir me procurer le livre dont sont extraites ces citations, comme on retourne à une source. Merci. Paix & Amour

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub