cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Nitsavim-Vayélekh(Deutéronome 29:9-31:30)

Responsabilité mutuelle

La Paracha de cette semaine nous raconte comment Moché à la veille de sa mort rassemble tout le peuple juif afin de lui annoncer un nouvel aspect de l'Alliance Divine:  à partir de maintenant l'individu n'est pas uniquement responsable de ses propres actions, il est aussi responsable des actions de son prochain. 

Ce nouvel aspect, de responsabilité  mutuelle, est ce qui fait de nous une nation, nous ne sommes pas seulement un groupe d'individus. 

Et évidemment, le degré de responsabilité est intrinsèquement lié aux capacités de la personne. Si quelqu'un saigne au milieu de la rue et qu'un médecin et un jardinier sont dans les parages à ce moment-là, à qui incombe la responsabilité d'aider? Au docteur, cela va de soi. Et il en est de même dans le domaine spirituel. 

On raconte l'histoire d'un homme spécialement dévot, qui après sa mort se présenta devant la cour de justice céleste. La cour commença par l'énumération de ses nombreux mérites, et finit par la liste de ses transgressions. Entre autres, la consommation de porc. "Mais je n'ai jamais mangé de porc de ma vie!" protesta-t-il. 

"Tu as raison", déclara la cour. "Mais ton voisin de palier en a consommé et tu n'as jamais essayé de l'en arrêter. Par conséquent tu dois assumer la responsabilité de sa faute".Cependant il est important de signaler qu'il s'agit d'aborder de tels sujets avec circonspection afin de ne pas créer de la tension et du ressentiment. 

Et en fin de compte il ressort qu'une personne ne peut faire tout ce qui lui passe par la tête et dire: "laissez moi tranquille je ne dérange personne". Car ce concept de responsabilité mutuelle implique précisément que les actions de tout un chacun influent sur la santé spirituelle des autres. 

Et cette idée n'est que plus évidente pendant la période des Jours Redoutables, lorsque chaque individu, ainsi que le monde dans son entité, est jugé. 

Maimonide écrit: "Chacun devra se considérer comme étant à moitié méritant, et à moitié coupable, et de manière similaire il considérera aussi le monde comme étant à moitié méritant, et à moitié coupable. Ainsi une transgression ou une seule bonne action pourrait changer la destinée du monde entier." 

Essayons de toujours garder cela à  l'esprit, et souhaitons que cette nouvelle année soit pour nous tous une bonne année.

6/10/2011

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub