cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Mikets(Genèse 41:1-44:17)

Regarder la réalité en face

Durant tout le séjour des fils de Jacob en Egypte auprès de leur frère Joseph, ils furent dans l’impossibilité de le reconnaître. C'est assez incroyable, d’autant que ce vice-roi n'était visiblement pas d'origine égyptienne et ressemblait a s’y méprendre à leur père, Jacob. De plus, ils savaient que leur frère avait probablement abouti en Egypte. Par ailleurs, il s’était visiblement pris d’intérêt à leur égard, allant même jusqu'à leur fournir du blé gratuitement, et les avait invités à un banquet où ils furent placés selon leur âge. Il semblait également impatient d'obtenir des nouvelles de leur père et manifestait visiblement un grand désir de rencontrer leur petit frère Benjamin, le seul étant né de la même mère que lui. 

L'addition incroyable de ces étranges coïncidences aurait dû, de toute évidence, les faire aboutir à cette conclusion, selon laquelle le vice-roi "égyptien" n'est autre que Joseph, ce frère qu'ils avaient vendu comme esclave. Et pourtant, ils n'ont rien vu. 

Nos Sages nous enseignent que lorsque nous refusons de voir la réalité, elle aura beau nous sauter aux yeux, nous ne la verrons pas. Si nous désirons qu'une chose ne soit pas telle qu'elle nous apparaît, elle ne le sera pas, et toutes les preuves du monde n’y changeront strictement rien. Telle est la nature humaine. Nous avons une très forte propension à penser rationnellement et à nous convaincre nous-mêmes que nous regardons la réalité avec objectivité, alors que, dans notre for intérieur, nous savons qu’il n’en n’est rien. 

A la suite des rêves de Joseph, celui-ci a été vendu en esclave par ses frères, qui voyaient ses rêves comme l'expression d'un délire de grandeur, au lieu d'y percevoir des visions prophétiques. Et voici que sous leurs yeux, ces rêves étaient en train de devenir réalité. Ils avaient donc commis une regrettable erreur en jugeant Joseph et surtout en le vendant comme esclave. Ils ne pouvaient cependant se résoudre à l'admettre, car cette prise de conscience était bien trop douloureuse pour eux. C’est pourquoi, l’homme qui se tenait devant eux ne pouvait être Joseph, en dépit des évidences démontrant le contraire. 

Cela nous arrive à nous également. Combien de fois ne nous sommes-nous pas convaincus de la véracité ou de la fausseté d'une chose, tout simplement parce que nous voulions qu'il en soit ainsi? Le message transmis dans la section de la Torah de cette semaine est d'une très grande clarté. La réalité se trouve toujours devant nos yeux. Il ne s'agit donc pas d'être capable de la voir, mais plutôt d'être disposé à s'y confronter.

15/3/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub