cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Vaéra( Exode 6:02-9:35)

Une vie bien remplie

Les Sages nous enseignent que Pharaon est l’archétype du Yetzer hara - "le mauvais penchant". En hébreu, le nom du pharaon est composé des deux mots, peh et ra’ – la bouche mauvaise. Il représente la partie de chacun d'entre nous qui, d’une certaine manière, chuchote le mal à nos oreilles. En observant le mode de fonctionnement de Pharaon, nous comprenons également la méthode employée par la partie négative de nous-mêmes. 

Moïse vient auprès du Pharaon et lui demande de laisser le peuple juif partir. Pour toute réponse, Pharaon impose davantage de labeur au peuple juif. Ce n’est pas simplement de la méchanceté gratuite. C'est l’essence même de sa stratégie globale : plus les gens travaillent, moins ils pensent, et moins ils sont en mesure de prendre leur vie en main et de planifier leur indépendance. 

C'est aussi la stratégie employée par notre mauvais penchant. Plus nous agissons de façon irréfléchie, moins nous accomplirons d'actions significatives. En nous tenant sans cesse affairés à maintes occupations secondaires, le Yetzer hara sait bien que finalement nous n'accomplirons rien d'essentiel. 

Ceux qui travaillent dans un bureau comprendront tout-à-fait cette tendance. Lorsque vous arrivez au bureau, vous avez certaines priorités : vérifier vos emails, ranger votre bureau, organiser vos documents, vérifier vos emails à nouveau, pour le cas où vous en auriez reçus d'autres entre temps, jeter un coup d'œil rapide sur les nouvelles au cas où quelque chose d'important se serait passé, nettoyer l'écran de votre ordinateur, démêler votre câble téléphonique et, bien sûr, vérifier votre messagerie de nouveau – on ne sait jamais…. Avant de vous en rendre compte, il est déjà l’heure de déjeuner. Tout cela vous donne la sensation d’avoir accompli un tas de choses alors qu’en réalité vous n'avez fait que perdre votre temps.  

A l’instar de Pharaon, le Yetser Hara nous ballote constamment d'une tâche à l'autre, de sorte que nos jours soient extrêmement chargés, à un point tel que nous n'ayons pas le temps de nous arrêter pour nous demander si nous avons bien accompli ce que nous voulons vraiment. Chacun d'entre nous connaît bien ce phénomène qui arrive à tout le monde, à différents degrés d'intensité. Inconsciemment, nous cherchons sans cesse à nous occuper, afin de nous donner l'impression de faire des choses importantes, et afin de nous divertir de la sensation de gâcher notre vie. 

C'est vrai, nous travaillerons mieux avec un écran d'ordinateur propre et un fil téléphonique démêlé. Certes, si nous consultons nos emails en permanence, nous saurons s'il y a quelque chose qui requiert notre attention immédiate. Tout cela paraît si véridique qu'il est souvent difficile de discerner quand c’est notre Pharaon intérieur qui nous interpelle, ou quand c'était réellement à faire. 

Nous résoudrons ce problème en devenant un homme de réflexion. En nous réveillant le matin, demandons-nous la raison pour laquelle nous vivons, et ce que nous devons faire aujourd'hui pour concrétiser le but de notre existence. Arrivés sur notre lieu de travail, classons par ordre de priorité ce que nous avons à accomplir ; il est peu probable que démêler le fil du téléphone figure à la tête de votre liste. Avant de vous lancer dans une tâche, demandez-vous pourquoi vous la faites maintenant et s'il n’y a pas autre chose de plus urgent ou de plus essentiel à accomplir à la place. 

Ce n'est certes pas facile. Vivre de cette manière est un véritable défi. Cela suppose réfléchir sans cesse et faire constamment des choix, au lieu d’agir machinalement. Beaucoup d’exercices seront nécessaires avant que cela ne devienne une seconde nature. Mais le résultat final est tellement plus gratifiant ! Nous avons le choix de construire des pyramides vides pour le Pharaon ou bien d'accomplir des œuvres significatives qui resteront les nôtres pour l'éternité. Réfléchir constamment et faire des choix est la seule façon d’y parvenir.

15/3/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub