cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
  • Lecture de la Torah: Noah
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Ki Tissa(Exode 30:11-34:35)

Des pieds et des mains

Il existe un principe selon lequel tous les sujets abordés au sein d’une même paracha ont un point commun. Rien n’étant l’effet du hasard, la Torah n’a pas  rassemblé, arbitrairement, différents thèmes dans le cadre d’une même  lecture hebdomadaire. Pour illustrer cette idée, nous expliquerons le lien existant entre d’une part, l’obligation des Cohanim de se laver les mains et les pieds et d’autre part, le Chabbat et le veau d’or.

Le fil conducteur de ces trois thèmes évoqués dans notre paracha est la émouna. Faute de mieux on traduit ce terme par foi, confiance, croyance, effort.  Essayons de comprendre  quelle idée essentielle  est sous-entendue par la emouna.  La mitsva de croire en Dieu sous-entend la conviction intime et fortement ancrée en nous, qu’aucun être, qu’aucune force n’existe en-dehors de Dieu. Non seulement le pouvoir politique ou économique mais même la moindre existence n’a aucune réalité devant le Créateur. Et quand nous sommes en présence d’une difficulté quelconque issue du  monde matériel ou d’un aspect de la vie sociale, nous devrons être pleinement conscients que c’est Dieu seul qui est à l’origine de toutes choses. On l’aura compris, cette démarche intellectuelle doit être permanente pour asseoir solidement en nous, cette émouna.

Laver et élever

À partir de cette idée, nous allons maintenant comprendre pourquoi les Cohanim devaient se laver les mains et les pieds en même temps avant de commencer leur service sacré. D’ailleurs, cette obligation est un enseignement pour chacun d’entre nous puisque le peuple juif dans son ensemble est appelé « royaume de Cohanim et peuple saint ». Effectivement,  chaque matin avant de commencer une nouvelle journée et de rentrer dans la vie active, nous avons également l’obligation de nous laver les mains  de la façon rituelle.

Les mains (et les pieds) sont les deux seules parties du corps qui ont un contact direct avec le monde matériel.  « Laver rituellement » se dit en hébreu « Nétila », terme qui signifie également « élever ». Ce geste nous permet de mieux prendre conscience qu’il ne faut pas accorder une importance démesurée à la réalité physique, ce qui nous placerait face au danger d’oublier Dieu.

Le Chabbat, une prise de conscience

Toutefois cette prise de conscience quotidienne  est insuffisante.  Et c’est pourquoi chaque semaine nous célébrons le Chabbat.  Dans le terme « Chabbat » nous retrouvons l’idée de « retourner » vers la Source,  « s’asseoir » c’est-à-dire se « poser », réfléchir et faire la part des choses, faire la « grève ». Globalement donc, le Chabbat, s’il est vécu authentiquement,  nous permet  de prendre nos distances par rapport au monde. Car quand un individu crée, fabrique ou modifie un objet, il peut penser qu’il se substitue à Dieu.  Il peut s’imaginer tout dominer, tout contrôler. Il risque alors de perdre sa foi. Pour éviter cet écueil, durant le Chabbat toutes les activités créatrices sont interdites. Ces 39  types de travaux  représentent un éventail de toutes les activités possibles que peut avoir un être humain.

Le veau d’or des temps modernes

À l’inverse, profaner le Chabbat c’est considérer qu’il existe une réalité autre que Dieu. Or cette révolte porte un nom ;  c’est la « avoda zara »,  l’idolâtrie qui est l’antithèse de la émouna. L’idolâtre ne nie pas le Créateur mais il pense que sa volonté personnelle peut surpasser celle de Dieu. Et c’est justement une telle attitude qui fut à l’origine de la faute du veau d’or.

A présent nous comprenons mieux le fil conducteur qui existe entre les trois thèmes abordés dans notre paracha : l’obligation des Cohanim de se laver les mains et les pieds, le Chabbat et le veau d’or.

כל הזכויות על התמונה שמורות לעמותת והראנו בבניינו - רב מנחם מקובר


RAV YAACOV SPITEZKI

France : 01.77.47.61.88

Israël : 054 23 99 791

SHORASHIM

Le centre pour les étudiants francophones

Université Hébraïque de Jérusalem

23/2/2016

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub