cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Térouma(Exode 25:1-27:19)

Et Je résiderai parmi eux

Dans la Parachat Térouma nous lisons : « Ils me feront un Sanctuaire et Je [D.ieu] résiderai parmi eux [les êtres humains] ». Pour les maîtres du Zohar ce verset vient nous enseigner que le Michkan, le Sanctuaire mobile du désert, n’est pas uniquement le lieu de la présence divine sur terre. Il est aussi le reflet de la perfection que chaque être humain doit atteindre.

Ce Michkan était composé de divers éléments.  La Torah nous décrit, en premier lieu, le Aron, l’Arche sainte à l’intérieur de laquelle était déposée la Tora. Le second élément est le Choul’han, la Table sur laquelle on plaçait, chaque Chabbat, douze pains, qui seront consommés la semaine suivante par les Cohanim. Vient ensuite, la description de la Ménora, le Candélabre dont la lumière brillait chaque nuit. Un peu plus loin, les versets nous décriront l’Autel des sacrifices.

Cette description renvoie aussi à une construction intérieure qui doit donc, elle aussi, débuter par l’Arche sainte.  Deux détails relatifs à cette Arche sont à retenir. Le premier d’entre eux est le fait que le rouleau de la Tora n’était pas posé à découvert mais caché à l’intérieur de l’Arche. Chaque Juif doit être conscient qu’il possède au fond de lui un trésor infini qui est la Sagesse de D.ieu. Ce potentiel spirituel et intellectuel n’est pas une donnée immédiate de sa conscience. Il ne peut être révélé au grand jour que par un effort constant dans l’étude de la Tora.  C’est là, un des premiers messages que nous livre la Parachat Térouma quant à la construction de notre identité juive.

Au-delà des contingences du monde

L’Arche était entreposée dans le Kodech Hakodachim, le lieu le plus saint de ce Sanctuaire. À son propos, le Talmud nous fournit une précision étonnante qui bouleverse la logique la plus rigoureuse : l’Arche occupait ce lieu sans qu’elle ne prenne réellement de place. Ce phénomène nous enseigne un élément essentiel dans notre perception de la Tora. Son étude est certes déterminante pour comprendre la sagesse de D.ieu mais nous devons constamment être conscients que la Tora transcende les contingences du monde.  À l’instar de l’Arche qui était, à la fois dans les limites du monde tout en les dépassant.

Cultiver le jardin d’Éden

Dès lors, on peut comprendre pourquoi la Tora évoque l’Arche sainte avant la Table des pains qui symbolise l’implication dans le monde physique. Ce dernier -ci n’est pas un obstacle à l’épanouissement de notre spiritualité. Il en constitue au contraire un tremplin.

Le message est clair : nous devons pleinement nous impliquer dans ce qui se passe dans le monde et le transformer. D.ieu a chargé le premier homme  de « cultiver le Jardin d’Éden ».  La finalité de notre venue sur terre est de transformer la société et de faire le bien autour de nous.  


RAV YAACOV SPITEZKI

France : 01.77.47.61.88

Israël : 054 23 99 791

SHORASHIM

Le centre pour les étudiants francophones

Université Hébraïque de Jérusalem

7/2/2016

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub