cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Dans la peau d’un ado juif

Dans la peau d’un ado juif

Plongeon au cœur de la psyché d’un ado juif du 21ième siècle.

par
Plus...

Vous m’avez certainement déjà croisé en ville.

Je suis le stéréotype du jeune juif, qui navigue sur les eaux troubles de l'adolescence. Ne vous laissez pas abuser par mon regard vitreux, par mon allure totalement passive ou par l’indifférence que je dégage, car sous cette surface calme bouillonne un tumulte de pensées et d'émotions. Venez donc y voir de plus près...

Si vous voulez mieux me connaître, ne vous gênez pas, allez sur mon profil Facebook. C'est plus rapide, plus simple, moins problématique et franchement, beaucoup plus cool qu’un entretien à cœur ouvert.

Jusqu'à qu’a ce que j’obtienne la preuve de votre innocence, il se peut que je ne tienne aucun compte de vous, dans le meilleur des cas, ou que je vous déclare coupable, dans le pire des cas…cela dépendra en fait essentiellement de mon humeur changeante, qui elle, dépend principalement des caprices de ma vie sociale régie entièrement par mon ordinateur (traduisez par: a-t-elle accepté ou non ma « demande d’ami »). En effet, l’estime que j’ai de moi-même est proportionnelle au nombre d’ « amis » internautes, de « fans » et de « groupies» que j’aurais réussi à amasser.

Si j’en suis à vous parler de mes humeurs et émotions, autant vous préciser que j’aime en simplifier la terminologie comme suit:

:-) = Je suis heureux.

:-( = Je suis triste.

: - I = Je m’en fiche. (Et c'est ce que j’affiche le plus)

:-O = Je suis surpris (pouvant aussi s’exprimer par «HEIN !! »)

Vous avez compris l'idée.

Gagner ma confiance et mon attention exige des qualités de stratège. J’aime bien entendre des paroles de sagesse de rabbins qui se préoccupent de mon sort. Mais sous réserve qu’ils aient pu d’abord gagner ma confiance en  exécutant une pirouette, en grattant quelques notes sur une guitare électrique  ou juste en utilisant un petit effet de style. Je suis fier de mon Judaïsme, tant qu'il a quelque chose à voir avec Matisyahou ou Gad Elmaleh. L'Etat d'Israël a peut-être été une source nouvelle d'inspiration pour mes parents, mais pour moi, ça se résume plutôt au MacDo Casher ou au lobby de Hôtel Inbal.

TDAH, c’est le surnom de ma génération. J’aimerais à ce propos remercier ici celle de mes parents pour avoir inventé la Ritaline sans laquelle mon cerveau speedé et éparpillé n’aurait pu s’oxygéner.

J’ai des difficultés à suivre ce que vous essayez de me dire, à moins que vous puissiez illustrer votre point de vue par une vidéo sur YouTube. TDAH, c’est le surnom de ma génération, et j’aimerais à ce propos remercier ici celle de mes parents pour avoir inventé la Ritaline et l'Adderall sans lesquels mon cerveau speedé, embouteillé et éparpillé n’aurait pu s’oxygéner. Je suppose que c'est le moins qu'ils puissent faire pour lutter contre la société dingue, hyper agitée  qu’ils ont contribué à créer (avec de bonnes intentions, bien sûr). Je ne peux pas croire que tout un monde, il n’y a pas si longtemps, ait pu vraiment fonctionner sans accès à Internet. Comment faisait donc les gens sans  portables, GPS, Google et iPads? C’est bizarre qu’en dépit de l’accès à des équipements dernier cri et à des dispositifs de pointe, ma génération présente des symptômes d’un déclin de stabilité mentale. Qui aurait pu croire une chose pareille !

Mes parents ont étudié et travaillé dur pour parvenir au niveau de vie dont ils jouissent actuellement, mais moi, je trouverai bien un moyen de garder tout ce confort sans m’encombrer d’un boulot pareil et sans devoir me salir les mains dans le cambouis. Il doit surement  exister une méthode pour devenir riche / vite / facilement, et je vais tout faire pour l’appliquer à la lettre (si je peux le faire à partir de mon iPhone, bien sûr). Si mes parents ont dû passer leurs jours à faire des recherches dans des bibliothèques alors qu’il me suffit d’aller sur Google pour obtenir immédiatement ces informations, pourquoi ne pourrais-je pas de la même manière donner un coup d’accélérateur à leur notion d'une route longue et laborieuse vers le succès?

Je ne suis pas aussi respectueux envers mes ainés et je ne les admire pas autant qu’eux le faisaient de leur temps mais ça va, ça ne m’embête absolument pas. On se calme ! Quand vous, les adultes, vous vous prenez trop au sérieux, il nous est difficile de vous suivre. Certes, je l’avoue, le mot «respect» ne fait pas partie de mon vocabulaire de base, mais je suis assez malin pour me faufiler entre les gouttes et manœuvrer entre les parents, les profs et les psys ; ma stratégie d’« opération triangulaire » m'a fait gagner le droit de tourner en dérision toute forme d'autorité. Vous pouvez appeler cela manipulation, mais je le vois plus comme  une maximisation des opportunités. Lorsque les autorités s’accusent mutuellement et se montrent du doigt les unes les autres, je ressens un sentiment de pure justice. Du genre, on m’a causé du tort et vous feriez bien de trouver vite fait qui est responsable. Ça fonctionne à merveille quand je suis dans le pétrin. J’ai un petit air d’arrogance? Eh bien, aux parents / profs / psys de se poser la question à qui la faute. Et jusqu'à ce qu'ils trouvent la réponse, je reste seul maître à bord.

Je ne supporte pas que l’on me fasse la morale ou que l’on me donne des leçons mais si on me parle avec sincérité et honnêteté, je suis toute ouïe.

J’aime bien être "zen", mais je suis aussi bien décidé à réussir dans la vie. Qu’importe ce que reflètent mes notes à l’école, je sais que je vais "y arriver" – d’une manière ou d’une autre. Il se peut que cette volonté et cette ambition proviennent en partie des attentes des parents, de la compétition sociale, d’une aspiration véritable, ou du bon vieux facteur génétique de résilience du Juif – en fait, il est probable que cela soit un amalgame de tous ces facteurs et de plein d’autres choses encore..

Je ne supporte pas que l’on me fasse la morale ou que l’on me donne des leçons mais si on me parle avec sincérité et honnêteté, je suis toute ouïe. Je sais pertinemment si quelqu’un affiche du dédain à mon égard, même si lui, n’en est pas forcément conscient.

A tort ou à raison, je suis sceptique, cynique et méfiant. L'Internet et les médias m’ont exposé dès mon enfance à la dure réalité de la vie  alors que mes parents en furent probablement davantage protégés. Je ne suis pas plus intelligent qu'eux, au sens propre du mot, mais je suis certainement plus à l’aise avec tout ce qui est technologie et plus curieux de nouveautés et d’expériences.

Je ne suis pas aussi stupide que certains de mes profs semblent le croire et je ne suis probablement pas non plus aussi intelligent que j’aimerais le penser. L'humilité n'est pas une de mes vertus préférées. J'apprécie cette qualité chez les autres mais je n’ai pas encore réussi à voir l’intérêt de la développer chez moi.

Je suis trop cool pour manifester des émotions ou m’enthousiasmer sous le coup de l’inspiration, mais vous pourriez être surpris si vous tombez sur moi dans une pièce noyée dans la pénombre chantant avec d’autres copains juifs une de ces chansons nostalgiques en hébreu dont j’aime tant me moquer. Il se peut alors que je vous révèle un aspect de moi, une tendresse et une douceur, que vous n’auriez jamais soupçonnée. Mais n’essayez pas de me piéger parce que mon centre de contrôle affectif est tout entier sous surveillance constante et ne peut faire l’objet d’une manipulation. Mais au bon moment, au bon endroit, avec les bonnes personnes, il pourra s’assouplir presque tout naturellement.

Je suis Français, Juif, adolescent - trois rôles confus qui semblent à la fois contradictoires et complémentaires.

Je regarde la culture pop avec un mélange d'admiration et de méfiance; les paillettes captent bien sûr mon attention, mais quelque chose en moi refuse de voir en ces idoles célèbres de véritables héros pouvant nous inspirer. Et cela ne m'empêche nullement de devenir l'un de leurs millions de fans sur Facebook. S’identifier avec quelque chose – n’importe laquelle - me donne un sens de qui je suis, même si ce n’est qu’une infime particule, et cela, mon frère, est de l'or en barre pour n'importe quel adolescent.

La superficialité m'énerve plus que tout - surtout quand je constate qu’elle est présente aussi chez moi.

Je suis un Français, Juif, adolescent - trois rôles confus qui semblent à la fois contradictoires et complémentaires.

Etre – Penser – Ressentir – Réaliser.

Durant cette phase étrange et bizarre, j'entame ma longue quête infinie de ce que tout être humain recherche - et je ne suis même pas conscient d’entamer réellement ce procédé.

C'est mon statut sur Google, mon statut sur Facebook, mon statut sur Twitter, et mon état émotionnel. En d'autres termes, c'est moi.

Je suis un ado juif du 21ème siècle.

Ravi de vous rencontrer.

27/2/2013

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 5

(4) mili, October 9, 2013 9:25 PM

perso par expérience je dit aux parents: soyez compréhensif envers vos enfants, ma mère ne me comprenait pas, je ne pouvais pas exprimer mes sentiments, je ne pouvais pas dire mon point de vue sans que ça me retombe dessus! Et bien j'ai final fait les pires des bêtises derrières son dos, tous en faisant mito juste pour me prouver que je ne suis pas sous son control!
alors vous parents, montrer vous compréhensif devant les tentations de vos enfants, faites les parler et expliquez leur que en fait vous voulez son bien!! faites tous pour que vos enfants vous font confiance!! hatslaha a tous

(3) eve, April 29, 2013 10:59 PM

Je cherche de la ritaline

(2) Anonyme, March 6, 2013 6:02 AM

Merci pr ces déclarations mais....j'aimerais trouver les mots adéquats pr expliquer à " mon ado " ce que nous ressentons "nous parents" afin que le contact ne soit pas entrecoupé sans cesse par ses sauts d'humeur ....

L'équipe d'Aish.fr, March 6, 2013 6:45 AM

Communiquer avec un ado

Je vous recommande l'article suivant sur la communication avec les ados. http://www.aish.fr/fm/education/Comment_parler_aux_adolescents.html Cordialement, L'équipe d'Aish.fr

(1) TINA BARY, March 3, 2013 8:43 AM

Je tiens à féliciter "cet adolescent" d'avoir bien voulu partager ses états d'âme. Je suis mère d'une ado juive israélienne qui, ma foi, aurait pu avoir les mêmes propos ici même en terre sainte. Je souhaite à tous les parents la sagesse de savoir les aimer sans trop les juger. Ils tiennent le futur entre leurs mains. Espérons qu'ils aient le courage nécessaire pour évoluer sainement dans ce monde torride qui les entoure. Amen.

 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub