cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Ces soldats juifs héros du D-Day

Ces soldats juifs héros du D-Day

Parmi les 156 000 soldats ayant participé au débarquement allié, environ 15 000 étaient juifs. Plusieurs centaines sont tombés au combat, d’autres sont restés pour témoigner. Hommage.

par
Plus...

Le débarquement, D-Day, le jour le plus long, Opération Neptune, Opération Overlord : tant de mots pour décrire une journée héroïque et historique intervenue le 6 juin 1944, il y a tout juste 71 ans, sur les plages de Normandie. Parmi les 156 000 soldats ayant participé au débarquement allié, on estime à 15 000 environ le nombre de Juifs. Plusieurs centaines sont tombés au combat, d’autres sont restés pour témoigner. La rédaction leur rend hommage.

Témoin sur Omaha Beach

Sur le bateau qui le mène vers la plage d’Omaha Beach, en ce 6 juin 1944, Hal Baugmarten serre entre ses mains la plaque militaire qu’il porte autour de son cou, où est gravé le mot Jewish. Comme chaque soldat américain, la plaque porte, outre son nom et son numéro de matricule, sa religion. Nécessité macabre : si jamais un soldat tombe au combat, il faut rapidement savoir sous quel rite il doit être enterré…

L’armée américaine a bien proposé à tous ses soldats juifs participant à l’opération de mentionner une autre religion : un soldat allié, Juif de surcroit, qui tomberait entre les mains des nazis, subirait des souffrances terribles, réservées à ceux que l’Allemagne a désignés comme ennemi suprême du Reich et de la race aryenne. Mais Hal, comme beaucoup d’autres, a refusé. Et il a fait bien plus : il a fait broder sur son uniforme une étoile de David jaune, portant l’inscription « Juif du Bronx ».

Dans son livre, « Témoin sur Omaha Beach », ce vétéran de la 29e division d’Infanterie, raconte le débarquement de son point de vue. Issue de la garde nationale, sa division se voit chargée d’un terrible objectif lors de l’opération Overlord : faire partie de la première vague d’assaut aux côtés de la première division d’Infanterie et établir une tête de pont sur la côte normande. La plage codée d’Omaha Beach, engoncée entre de hautes falaises, est fortement défendue par les troupes allemandes. Commandée par le major général Gerhardt et son adjoint le brigadier général Norman Cota, la « première » doit avancer à découvert sur des centaines de mètres devant les villages de Saint-Laurent-sur-mer et Vierville-sur-mer.

Hal n’a que 19 ans, ce 6 juin 1944. Durant les heures qui vont suivre, il va assister au massacre le plus sanglant de cette journée d’apocalypse. Ce matin-là, chaque soldat a le sentiment qu’il est seul face à la mort. « Ils ne nous avaient jamais mentionné que les points de fortifications n’étaient pas directement sur la plage. Les défenses (…) étaient radicalement différentes de celles sur lesquelles nous nous étions entrainées. »

« Je suis intransigeant dans ma propre religion. Ma croyance en D.ieu est une constante. Je prie tous les jours ».

Les officiers sont abattus par les forces allemandes et bientôt les compagnies sont décimées. Hal relate : « J’ai regardé sur ma gauche pour voir le sergent Clarence Roberson tituber dans l’eau peu profonde, sans son casque. Un trou était visible sur la gauche de son front et ses cheveux blonds étaient couverts de sang. La mitrailleuse du point de fortification sur la droite tira au-dessus de ma tête et le coupa en deux. » Une seule question revient à l’esprit de Hal : quand vais-je mourir ?

Hal Baumgarten parvint à sortir de la plage, mais sa journée est un calvaire. Il est blessé 5 fois, sauvé de justesse à chaque fois, miraculeusement. Découvert à moitié mort par une ambulance, il  est rapatrié le 7 juin et sauvé. 1000 autres soldats n’auront pas cette chance…

Dans son livre, il avoue ses convictions religieuses fermes qui l’ont guidé à travers toute sa vie et déclare : « Je suis intransigeant dans ma propre religion. Ma croyance en D.ieu est une constante. Je prie tous les jours ».

Mais Hal n’était bien entendu pas le seul soldat juif à participer aux combats du débarquement. Sur près d’un million et demi de soldats juifs ayant participé aux combats durant la Seconde Guerre mondiale, on estime à 281 000 ceux qui sont tombés au combat, l’écrasante majorité appartenant à l’Armée rouge.

Les aumôniers alliés

Les aumôniers ont participé activement à l’effort de guerre durant le débarquement. En marge des services religieux, ils étaient également chargés de renforcer le moral des combattants et de leur servir d’oreille attentive alors qu’ils vivaient des moments particulièrement éprouvants.

Leur rôle était également cérémonial : avant chaque bataille, ils prononçaient des paroles de Torah et bénissaient les soldats ; ils organisaient les prières (dans la mesure du possible) et se préoccupaient de fournir aux combattants les moyens de transport adéquats pour atteindre les synagogues où elles étaient organisées.

Bien entendu, les aumôniers étaient également responsables des enterrements. En général, les soldats juifs étaient ensevelis dans les carrés militaires généralistes ou, s’ils décédaient lors d’accidents ou de maladies, dans le cimetière juif le plus proche. Ce n’est que dans le carré militaire du cimetière de Ravenna, en Italie, que les soldats juifs morts au combat ont été enterrés dans une section spéciale.

L’année dernière, le CRIF a d’ailleurs organisé une journée pour honorer la mémoire de ces soldats juifs tombés au combat lors du Débarquement. Les participants se sont recueillis à la mémoire des 149 soldats juifs américains qui reposent dans le cimetière et mémorial de Colleville. Un Séfer Torah écrit à leur mémoire a également été inauguré.

Le soldat américain venu venger la mémoire de son frère

L’histoire de Lothar Kahn aurait pu faire l’objet d’un film hollywoodien. Tous les ingrédients sont là : un jeune Juif, qui a fui l’Allemagne nazie après que son frère a été assassiné parce que juif, revient en Europe, le jour du Débarquement, pour venger la mémoire de son frère et des six millions de victimes juives de la Shoah.

Il y a 71 ans, Kahn a approché la côte normande dans un LCM rempli de 28 ingénieurs de l’armée du 146e Bataillon et d’une unité de démolition de combat naval.

Arrivés à Omaha Beach, les soldats comprennent à quelle catastrophe ils doivent faire face : « À la minute où nous avons sauté des canots, les tirs ont commencé. Deux ou trois mitrailleuses allemandes croisaient leurs tirs, ratissaient la plage. Tout ce que j’ai entendu, c’est : ‘tirez-vous de la plage ou vous allez finir comme des canards morts’ ».

Âgé lui aussi de 19 ans, tout comme Hal, Lothar peine sous le poids de son fusil, de son casque, un pack d’explosifs, des pinces coupantes, un masque à gaz, des cartouches, une ceinture de sauvetage gonflable, une cantine, des crochets et de la corde. Il parvient néanmoins à atteindre l’autre bout de la plage sain et sauf, aux côtés d’un groupe de soldats américains, trempés et pétrifiés.

Le petit frère de l’un des premiers Juifs assassiné par Hitler, revient en terre d’Europe pour la libérer du joug nazi…

Le règlement de compte de Lothar Kahn avec l’Allemagne nazie commence quelque onze ans auparavant, alors qu’Hitler est nommé, en janvier 1933, chancelier. La famille Kahn vit alors dans un petit village d’Allemagne nommé Gmunden. Alors qu’il a 9 ans, il est expulsé de l’école publique suite à l’adoption des lois raciales. Dix semaines après la montée au pouvoir d’Hitler, le 12 avril 1933, la famille de Lothar devient l’une des premières victimes de la Shoah puisque son fils aîné, Arthur, est assassiné au camp de Dachau. Il était manifestement impliqué dans les mouvements antinazis de l’université de Wurzburg où il étudiait la médecine. Une deuxième sœur, Fani, qui s’est mariée, mourra elle aussi dans la tourmente nazie.

Grâce à l’aide de parents installés aux États-Unis, la famille Kahn obtint un visa d’immigration vers l’Amérique et s’installent à New York, quatre semaines avant le début de la guerre.

Lothar et son frère, Herbert, sont incorporés dans l’armée US et après des semaines d’entraînement, c’est l’unité de Lothar qui est désignée pour mener l’assaut du D-Day. L’Histoire avait rendez-vous avec Lothar Kahn ce jour-là : lui, petit frère de l’un des premiers Juifs assassiné par Hitler, revenu en terre d’Europe pour la libérer du joug nazi…

Cet article a paru dans le magazine Hamodia - Édition française

2/6/2015

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 3

(3) Hart, June 18, 2017 2:06 PM

ll'operation torch 8 novembre 1942

Il faut retenir que le 8 novembre 1942 les forces navales américaines sous le commandement du general Eisenhower débarquèrent sur les cotes marocaines .L'armée americaine ne savant pas quelle serait la reaction des forces francaises sur place avaient l'intention d'entrainer quelques 5000 hommes parmi a communauté juives pour leur preté main fortes .Il s'avere que les Français n'ont pas bougé.
Nous ne devons pas nous les juifs d'Afrique du nord que nous avons une dette envers le USA;Cette invasion nous a epargné le sort monstrueux qu'ont vecu nos freres d'Europe .A voir le livre www.egoz2.com

(2) JOSELITO, June 2, 2015 1:34 PM

il y a des tombes juives de soldats à Dunkerque

parmi les soldats anglais et tcheques et autres qui ont été exfiltrés fin mai 1940 vers l'angleterre ( de 300 mille soldats) . il y en 4-5 au mémorial

(1) Busson, June 2, 2015 12:50 PM

Shalom
Toda raba à ces 15 000 juifs sur les plages du débarquements, sans des hommes comme Hal Baugmarten que serait notre pays aujourd'hui ?, encore merci pour ce sacrifice pour notre liberté " anah'nou choh'éh'ime"
cordial shalom à vous tous hommes de foi et de courage qu'Hashem vous bénissent.
petit fils de "Justes parmis les nations"

 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub