cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Les juifs & les anniversaires

Les juifs & les anniversaires

La semaine prochaine, c’est mon anniversaire. Et je vous dois une confidence : je ne compte pas en faire tout un plat. Explications…

par
Plus...

La semaine prochaine, c’est mon anniversaire. Et savez-vous quoi ? Je ne compte pas le fêter !

Non pas que je ne sois pas sentimental, ni encore moins que je n’aime pas les fêtes.

La vraie raison, je l’ai découverte il y a quelques années dans un passage remarquable de la Torah, un passage qui a jeté une toute autre lumière sur le concept des anniversaires.

Voyez-vous, il n’y a qu’une seule occurrence biblique qui décrit une fête d’anniversaire. Et devinez un peu en l’honneur de qui ? En l’honneur de Pharaon, le roi d’Egypte en personne, comme cela nous est rapporté dans le livre de la Genèse.

Hormis ce dirigeant non-juif, dont le mode de vie ne mérite certainement pas d’être imité, on ne trouve aucune mention d’une célébration d’anniversaire par un quelconque membre de notre peuple. 

Pourquoi cette étrange indifférence à l’égard d’un jour qui a tout l’air de mériter une joyeuse célébration ? C’est en nous penchant sur un autre événement, que les juifs se font un point d’honneur à fêter en bonne et due forme, que nous trouverons notre réponse.

Le jour anniversaire du décès d’un proche, appelé yahrzeit en Yiddish ou hezguer en judéo-arabe, nous avons la coutume de réunir nos proches autour d’un repas festif. À cette occasion, nous nous penchons sur tout ce qui a été accompli par le défunt et sur tous les accomplissements qu’il a laissés à la postérité. Car rétrospectivement, nous avons le droit – et même le devoir – d’honorer une vie dont nous pouvons maintenant valoriser les aspects positifs.

En revanche, les anniversaires ne nous relient uniquement qu’au jour de notre naissance. Au moment où nous venons sur terre, nous n’avons encore rien accompli. Nous avons tout juste à notre disposition un potentiel pour faire face aux défis que nous aurons à affronter. Parviendrons-nous à les relever ? Rien n’est encore garanti.

« Dieu nous a donné le vivre ; c’est à nous de nous donner le bien vivre. »

Dans cette optique, les anniversaires ne méritent pas tellement qu’on s’y attarde vu qu’ils ne commémorent rien de plus que notre première apparition sur la scène de la vie. Voltaire l’a bien exprimé en ces mots : « Dieu nous a donné le vivre ; c’est à nous de nous donner le bien vivre. » Qu’allons-nous faire de notre vie ? Quel genre de personne allons-nous devenir ? C’est là le véritable défi, celui qui, s’il est mené à bien, mérite d’être fêté en grande pompe.

Une grande personnalité rabbinique du 18ème  siècle, le rav Moché Sofer (connu sous le titre de son magnum opus, le ‘Hatam Sofer) s’est servi de cette idée pour résoudre une question troublante.

Le Talmud nous enseigne que les individus véritablement vertueux décèdent le jour de leur anniversaire. Drôle de cadeau d’anniversaire, me direz-vous ! En réalité, si le fait de quitter ce monde le jour de son anniversaire est perçu comme une bénédiction divine, c’est parce que cela prouve que les justes ont reçu le cadeau de pouvoir vivre leur dernière année dans sa plénitude. Quelque soit leur durée de vie, ils quittent ce monde en ayant vécu pleinement leur vie, jusqu’à leur dernier souffle.

C’est une belle pensée, mais le ‘Hatam Sofer se demande comment défendre une telle tradition, sachant que de nombreux personnages saints du passé ne sont, en réalité, pas décédés le jour de leur anniversaire. Serait-ce une raison pour considérer qu’ils sont moins vertueux à nos yeux ?

Non, bien entendu, répond le ‘Hatam Sofer. De très nombreux hommes pieux décédèrent réellement le jour de leur anniversaire – nous faisons simplement erreur quant au jour qui correspond véritablement à leur anniversaire. Les hommes vertueux mourront le jour même où ils ont acquis leur vertu, le jour où ils ont démontré leur sainteté pour la première fois, le jour où ils ont adopté une conduite sainte qui les a distingués des autres. C’est ce jour-là qui est considéré comme leur véritable anniversaire. Et c’est le jour où en réalité, ils passent dans l’autre monde pour y être récompensés pour leur grandeur.

Autrement dit, chacun d’entre nous possède bien plus qu’un anniversaire. Le premier est bien entendu, purement biologique. Ce moment a été une source de joie pour nos parents, mais nous n’avons pas vraiment le droit de nous l’approprier personnellement. Nous sommes nés ce jour-là, mais il nous appartient de prouver, par la manière dont nous menons notre vie, que ce jour mérite d’être célébré.

Ce sont les autres « anniversaires », ces jours que nous avons élevés par un comportement d’exception, qui méritent notre reconnaissance.

Le jour où j’appris pour la première fois à lire le Alef-bet, mon père écrivit les lettres hébraïques avec du miel sur une ardoise, il m’apprit comment les prononcer, avant de m’inviter à gouter à la douceur de leurs formes pour absorber la sainteté de l’écriture divine dans les confins de mon âme. Ce fut donc le jour de la naissance de ma conscience juive.

Le jour où je reçus mon ordination rabbinique, ma smi’ha, fut le jour de ma naissance au service de Dieu et à la volonté de consacrer toute mon énergie pour le bénéfice de notre peuple.

Le jour de mon mariage fut le jour où, d’après la tradition juive, je devins un être complet. Jusque-là je ne l’étais pas car je ne bénéficiais pas encore de l’aide de l’épouse que Dieu me destinait.

Les quatre jours où je fus béni par l’arrivée de chacun de mes enfants me permirent de me réjouir à l’idée que je pourrais transmettre l’héritage de nos ancêtres à une nouvelle génération que j’avais contribué à créer, et les neuf petits-enfants qui suivirent furent une belle cerise sur le gâteau que Dieu eut la bonté de m’offrir.

Alors, à quoi bon fêter mon propre anniversaire, un jour qui n’a rien à voir avec ma valeur intrinsèque, sachant que j’ai bien d’autres moments importants dans la vie vraiment dignes d’être célébrés ?

23/2/2014

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 6

(6) merlin, November 11, 2016 8:39 AM

anniversaire ?

merci pour votre article que je viens de découvrir, je comprends mieux pourquoi dans mon cœur j'accorde si peu d'importance au jour de ma naissance, il m'arrive d'oublier mon âge ! le Vrai jour de la naissance a effectivement eu lieu lorsque j'ai découvert le Seigneur mon Dieu.

(5) Haïm H, February 24, 2014 3:01 PM

Omission de certaines sources

L'analyse est certes juste mais de nombreux Rabbanim, parmi lesquels le Ben Ich Haï, suivant les enseignement de Rav Haïm Vital, recommandent d'en faire un jour de Yama Tava Lerabanan, car c'est en ce jour que de nouvelles forces sont insufflés en l'homme. Ils emploient l'expression מזלו גובר. Bien sur comme dans un Yom Tov l'essentiel en est le contenu spirituel et pas le .... gateau ! LOL
בברכת התורה

(4) zeglany, February 24, 2014 1:39 PM

d'accord avec albert

salomon- je suis entièrement d'accord avec Albert, et je ne partage pas l'idée du rabbin cité plus-haut dans le commentaire, Albert est beaucoup plus cohérent et simple, son idée va droit au but, sans complication. Je ne veux pas dénigrer les idées philosophiques du rabbin, mais ces derniers sont toujours compliqués même si leurs idées sont honorables !

(3) mashiah, February 24, 2014 11:16 AM

anniv

C'est moi aussi mon anniversaire officiel la semaine prochaine ! Mais ceci dit, chaque semaine commémore la création du monde et de ses créatures aussi c'est mon anniversaire toutes les semaines (et le votre) ;)

(2) miki, February 24, 2014 10:05 AM

feter son anniversaire

Votre anniversaire a été choisi par D.ieu et non par vos parents, votre astrologue ou encore le médecin accoucheur. Votre naissance, c’est quand D.ieu a déclaré que le monde ne pouvait plus continuer sans vous. C’est le jour où devait débuter la mission de votre âme.

Il y avait déjà six milliards d’êtres humains sur Terre avant que vous naissiez. Le monde avait-il vraiment besoin de vous ? Est-ce qu’une âme de plus peut faire la différence ? La réponse est clairement : oui. Autrement, D.ieu n’aurait pas envoyé votre âme sur cette Terre. Votre naissance signifie que vous avez quelque chose d’unique à offrir au monde qu’aucun autre des six milliards d’êtres humains ne peut apporter.

Votre anniversaire est l’occasion pour vous de vous dire : « Aujourd’hui est le jour où mon âme a été envoyée en mission. Où en suis-je dans celle-ci ? Ai-je fait ma part dans l’entreprise divine de faire descendre le Ciel sur la Terre ? Me suis-je correctement efforcé de m’améliorer et d’améliorer le monde qui m’entoure ? Combien de mon temps et de mon énergie sont-ils investis dans des activités qui ont un sens ? Combien de temps pourrais-je ajouter à cette quantité dans l’année qui vient ? »

Loin d’être un accident, votre naissance fut clairement un acte délibéré.
Votre âme a été envoyée en express recommandé. Assurez-vous que celle-ci reste toujours une priorité.
extrait par Aron Moss

Afficher toutes les réactions
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub