cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
  • Lecture de la Torah: Balak
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Facebook et les divorces

Facebook et les divorces

En créant ce qui n’était à l’origine qu’un annuaire d’étudiants, Mark Zukerberg pouvait-il imaginer donner naissance à un briseur de couples ?

par
Plus...

D’après une étude menée par le site britannique spécialisé divorce-online.co.uk, Facebook serait responsable de 33% des demandes de séparation. Un autre rapport publié cette fois par l’Académie américaine des avocats matrimoniaux souligne que « 66 % des couples en procédure de divorce pointent du doigt les réseaux sociaux comme preuve numéro 1de l’infidélité de leur conjoint ». En outre, plus de 80 % des avocats spécialisés en divorce affirment avoir constaté « une augmentation dans le nombre de cas se servant du réseau social pour documenter les preuves » durant ces dernières années.

Que peut-il bien avoir de si néfaste dans Facebook et pourquoi se révèle t-il un facteur de destruction dans les mariages? Bien qu’il existe de nombreux avantages dans l’utilisation de Facebook, il faut être conscient de la manière dont il peut venir s’immiscer entre votre conjoint et vous.

1. La compétition avec les voisins

Nos vies sont aujourd’hui exposées à la vue de tous. Se connecter à Facebook peut vous révéler quasiment tous les détails intimes de la vie de vos amis. Même en ayant confiance dans la solidité de votre relation, vous pouvez commencer à réaliser que votre mariage ne suscite pas en vous autant d’enthousiasme que vous l’aviez imaginé. Facebook a donné une nouvelle dimension à la sempiternelle rivalité avec les voisins.

Prenez l’exemple d’une épouse qui lit sans cesse le compte-rendu des vacances d’une de ses relations. Pourquoi son mari ne peut-il pas l’emmener aussi souvent en vacances? Une scène de ménage s’en suit qui provoquera le consentement de celui-ci à un départ en vacances. Toutefois, ils ne vont pas tarder à se rendre compte que toutes les familles ne sont pas nées égales, malgré les photos et commentaires romancés et enthousiastes de son amie, commentant les siennes.

Il est si facile de voir la vie des autres et souhaiter pouvoir en vivre une identique. Ce sentiment crée souvent une anxiété sous-jacente pouvant mener à une tension permanente et des exigences irréalistes. Cette amie de Facebook donne l’impression de s’amuser et mener une vie de rêve en voyageant et s’achetant sans cesse de nouvelles robes. Mais n’oubliez pas que son mari peut être multimillionnaire. Ne perdez pas de vue la relativité des choses lorsque vous êtes littéralement submergés par la magnificence (souvent exagérée) du train de vie des autres.

2. Les relations avec le sexe opposé

Si vous vous sentez délaissés ou mal-aimés dans votre vie conjugale, un peu d’attention de la part du sexe opposé peut paraître tentante. La facilité de communiquer avec l’autre par des commentaires a priori anodins peut vous entraîner sur une pente glissante. Vous courrez le risque de vous attacher à quelqu’un autre que votre conjoint. Un commentaire amusant par ci, un petit « chat » par là, et avant même de vous en rendre compte, vous vous trouvez impliqués dans une relation sentimentale.

Vous pensez que j’exagère ? Les docteurs Pat Love et Steve Stosny expliquent dans leur livre How to Improve Your Marriage Without Talking About It (p.89) (comment améliorer votre mariage sans pour autant en parler) que l’attirance que nous éprouvons envers quelqu’un peut rapidement évoluer en un attachement plus profond. Il suffit de passer suffisamment de temps en privé avec lui et cela, même si nous sommes heureux par ailleurs dans notre mariage. C’est donc d’autant plus vrai si nous ne nous épanouissons guère dans notre relation.

Chatter sur Facebook ou en messagerie privée lorsque vous êtes seuls, peut ajouter une note intime à la conversation. Très bientôt, vous pouvez ainsi vous retrouver dans une situation compromettante que vous n’avez ni envisagée ni souhaitée.

3. Laver son linge sale en public

Si vous vous sentez frustrés dans votre mariage, il est naturel de vouloir en parler à un(e) ami(e) Pourtant, ce n’est malheureusement pas toujours une bonne décision. De manière idéale, chacun devrait pouvoir apprendre les outils indispensables pour communiquer avec son conjoint. Cela situe la relation à sa juste place, c’est-à-dire entre mari et femme. Si cela s’avère impossible, un tiers impartial peut être choisi, qui saura vous laisser vous exprimer mais uniquement dans le but de vous soulager. Le problème surgit lorsque vous vous confiez à des ami(e)s qui peuvent influencer votre mariage de manière négative.

Prenez l’exemple d’une épouse qui a posté sur Facebook une histoire peu flatteuse concernant son mari. Une amie commente : « seul ton mari peut faire une chose pareille ». Cette déclaration sur le caractère de son mari est loin de contribuer à l’épanouissement de leur relation. De plus, nombre de nos amis peuvent avoir un mauvais mariage et aimeraient pouvoir se plaindre auprès de ceux partageant les mêmes sentiments. Facebook peut être utilisé comme un moyen facile de communiquer, d’offrir des conseils gratuits et de partager frustrations et découragement ressentis envers nos conjoints. Et du fait que nous nous enfonçons alors davantage dans la négativité, nous en oublions l’envie même d’essayer d’améliorer notre relation.

Il est vrai que les rapports et études sont loin d’être toujours exacts. Pourtant, j’ai pu constater en tant que conseiller matrimonial, les effets négatifs causés par la jalousie, l’établissement de relations avec des personnes de sexe opposé ou le partage d’informations sur son mariage avec ses ami(e)s et leurs conséquences sur les relations maritales. Facebook est certes un moyen formidable de maintenir le contact, mais il peut aussi faciliter l’accès de ces forces destructrices dans notre mariage et leur donner ainsi la possibilité de l’anéantir.

16/4/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub