cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
  • Lecture de la Torah: Tsav
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Papa, maman, arrêtez de vous disputer

Papa, maman, arrêtez de vous disputer

Disputes à la maison : quatre principes qu’un enfant souhaiterait que ses parents respectent

par
Plus...

À l’issue d’une conférence sur le chalom bayit, l’harmonie conjugale, je demandai au public s’il avait des questions ou des commentaires à partager. Une main se leva au fond de la salle. C’était celle d’une adolescente qui était venue m’aider à préparer la salle pour le cours.

« Tout ce que vous avez dit ce soir est vrai, déclara-t-elle. En particulier ce que vous avez dit sur les disputes. Si seulement mes parents étaient là pour vous écouter ce soir. Je suis si triste, voire accablée, lorsque toutes ces disputes éclatent chez nous. J’aimerais tellement le dire à mes parents. Alors, vous autres parents qui êtes tous assis ici ce soir, emportez ce message avec vous à la maison. »

A la demande de cette adolescente, voici donc un résumé que tout enfant souhaiterait que ses parents respectent.

1. Cessez de vous disputer devant nous

Notre famille est en situation de chaos. Derrière le masque social de normalité que nous arborons, nous nous sentons totalement déphasés. À chaque fois que vous vous querellez, nous nous sentons vulnérables. Nous savons qu’il n’est pas possible de toujours s’entendre, mais ne pouvez-vous pas exprimer vos désaccords dignement ? Pourquoi ne pas tenir vos discussions en privé et dans une atmosphère de respect ? Pourquoi étaler vos désaccords devant nous ? Que ce soit la guerre froide ou des arguments animés, peu importe. Ces deux attitudes nous épuisent et nous font sentir que notre maison n’est pas un havre de paix. Nous ne souhaitons pas vivre dans une zone de combat. Pour y échapper, nous allons commencer à rechercher d’autres lieux et d’autres personnes avec qui passer du temps. Nous allons tout faire pour fuir ce climat.

2. Ne vous querellez pas à notre sujet

Trop souvent, vos disputes portent sur votre approche face à notre éducation. Toi maman, tu accuses papa de ne pas savoir du tout s’y prendre avec nous. Toi papa, tu accuses maman de manquer de fermeté envers nous. Vous parlez comme si nous étions un fardeau. Lorsque nous vous voyons vous quereller à cause de nous, nous nous sentons responsables de vos disputes. Nous pensons que nous sommes coupables de votre mésentente. Nous finissons par nourrir des sentiments de culpabilité et à tenter de faire disparaître la douleur. Nous luttons en tentant de vous aider à trouver des solutions. « Ne t’inquiète pas, » disons-nous en tentant d’essuyer les larmes de maman. « Tout va bien, papa, » affirmons-nous bravement, lorsque les événements ne prennent pas la tournure espérée. Nous n’aspirons qu’à une chose : vivre en paix.

3. Ne nous utilisez pas comme des pions

Ne jouez pas au jeu du silence entre vous en nous chargeant de passer vos messages. « Dis à ton père que je sors » lorsque papa se tient juste devant vous, ou : « Dis à ta mère que je n’ai pas faim maintenant », alors qu’elle est assise à la même table que vous. Cette conduit assombrit et complique notre existence. Comment pouvons-nous apprendre à communiquer avec nos propres conjoints si nous observons une communication aussi dysfonctionnelle entre vous deux ? Nous sommes vos enfants, et non des pions manipulés jusqu’au moment ou l’un des deux a fait « échec et mat ».

4. Ne vous critiquez pas l’un l’autre

Lorsque nous demandons à maman si nous pouvons aller dormir chez un ami et qu’elle dit : « Non, pas un soir où tu as école », puis nous courons chez papa et qu’il répond : « Oui, quel est le problème ? », nous discernons de la faiblesse. Nous voyons que vous n’êtes pas en synchronie et nous savons que nous pouvons vous manipuler. Cela peut paraître drôle, mais nous aimerions croire que vous formez tous deux une entité et un bloc uni. Même si nous n’apprécions pas votre réponse, nous sentons la force lorsque vous êtes d’accord et exprimez votre accord ensemble. Cela signifie que notre famille est solide. Nous avons besoin que vous parliez d’une seule voix. La confusion est ainsi écartée et cela évite que nous nous exprimions avec ‘houtspa (insolence). Sachez, maman et papa, que la ‘houtspa et le manque de respect interviennent lorsque vous ne respectez pas l’opinion de l’autre. Comment pouvons-nous vous respecter si vous ne vous respectez pas mutuellement ? Parce qu’un foyer rempli d’un manque de respect contient des toxines.

Bien qu’il ne soit pas toujours aisé de vivre ensemble en tant que familles, nous pouvons décider de vivre en fonction de certaines règles de dignité, même lorsque nous ne sommes pas d’accord. Peu importe à quel point nous nous sentons stressés ou mis au défi, nous devons savoir au plus profond de notre cœur que l’on nous a donné de précieux enfants sur lesquels il nous faut veiller et prendre soin. Ce sont des cadeaux d’une valeur inestimable. Prenons la résolution de fonder des foyers dans lesquels ils se sentent aimés et en sécurité. Levons-nous chaque matin en réfléchissant à la manière dont nous pouvons élever brillamment la prochaine génération. Et un jour, nous aurons le bonheur d’observer nos enfants fonder leur propre havre de paix, sachant que nous leur en avons montré le chemin.

6/5/2013

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub