cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Un temps pour soi

Un temps pour soi

Comment expliquer à son conjoint que l'on a parfois besoin de se retrouver seul(e) avec soi-même ?

par
Plus...

Si l'on en croit l'article du Wall Street Journal du 19 juin dernier, les couples se portent d'autant mieux que chacun sauvegarde son espace personnel, où il peut se retrouver avec lui-même. Ce serait même une clef de bonheur conjugal plus fondamentale que la satisfaction sexuelle, même si on y accorde moins d'attention. En fait, ce besoin de retour sur soi est tellement fondamental qu'il peut faire des ravages dans l'équilibre et la bonne santé d'un couple s'il n'est pas satisfait.

L'article rapporte l'anecdote d'une femme qui a découvert la note d'un restaurant situé face à la mer, facture établie à une heure où son mari est censé travailler. Les pires scénarios lui vinrent à l'esprit, mais pour finir, elle découvrit toute autre chose que ce qu'elle avait imaginé. En fait, son mari déjeunait de temps en temps dans ce restaurant, seul, pour goûter le plaisir d'un moment en solitaire. Il aurait pu informer son épouse de ce besoin. Mais pourquoi provoquer inquiétude et désarroi inutiles ? Il n'est pas si simple que cela de dire à notre conjoint que l'on a besoin de "respirer". Cela sonne bizarre et cela peut même être blessant.

Il faut beaucoup de confiance en l'autre et en soi-même, et une grande force, pour admettre les besoins de son partenaire et l'autoriser à les satisfaire – sans vous.

Certaines personnes ressentent plus que d'autres ce besoin d'espace intime. Pour elles, être en société, même avec leur famille qu'elles aiment, peut les étouffer. Elles ressentent presque physiquement qu'elles ont du mal à respirer (d’où le terme "étouffer"). Mais comment dire cela à sa chère et tendre moitié ? Notre conjoint pourra-t-il comprendre que cela ne le (la) remet nullement en cause, qu'il s'agit de notre propre besoin ?

Ce besoin d'intimité, de se retrouver soi-même, est profond et primordial. Il ne s'agit pas d'une notion que l'on peut apprendre, ou bien d'une chose dont on peut se passer – sans un bon bilan psychologique. Il ne s'agit pas non plus de ces gens taciturnes qui n'aiment pas échanger, travailler ou jouer avec les autres, en un mot qui ne sont pas sociables. Ceux qui aiment se retrouver avec eux-mêmes ne sont pas des ermites reclus ou de dangereux tueurs en série, ni des solitaires en marge de la société.

Ce sont des gens comme vous et moi, qui simplement se ressourcent et reprennent du punch lorsqu'ils passent un peu de temps seuls avec eux-mêmes.

Voila la bonne façon d'expliquer ce besoin à nos conjoints. "Je serai une meilleure épouse après ce temps de repli". "Je serai un époux plus attentif si tu me laisses faire un break". "Je ne m'éloigne pas de toi ; au contraire, nous serons encore mieux ensemble après". Cette annonce requiert tact, prévenance et loyauté. Nous devons choisir les mots avec soin. Mais rien ne sert de fuir ce besoin particulier. Si on le nie, on en souffrira sans arrêt – ainsi que notre entourage.

Ne vous sentez pas coupable. Vous ne portez pas préjudice à votre conjoint ; vous améliorez votre relation conjugale

Lorsque mon amie a fait construire son nouveau pavillon, elle a prévu une pièce pour elle, telle que nous en rêvons toutes, une "retraite" paisible face au tumulte de la maison et aux exigences de toute la famille. Cette petite chambre comporte un confortable canapé à fleurs et une adorable petite lampe rose. Une véritable oasis pour femme. Je crois que je suis jalouse…

Même si nous ne pouvons pas toutes jouir d'une véritable pièce personnelle, beaucoup d'entre nous ont besoin de bâtir leur propre espace privé. Et nous n'avons pas à nous sentir coupables. Nous ne portons pas préjudice à notre conjoint ; nous améliorons notre relation conjugale. Ne soyons pas gênés par notre besoin de solitude, de privauté. Il ne faut pas tourner autour du pot et favoriser ainsi une suspicion injustifiée. Parfois, mon mari ressent le besoin d'aller marcher seul sur la plage pour se changer les idées. Je suis heureuse que lorsque son téléphone portable est éteint, je sais où il est et pourquoi. Nous devons être directs et précis au sujet de nos besoins. "J'ai besoin d'une heure pour me détendre avant le dîner." "Cela vous dérange-t-il si je sors seule pendant quelques heures, après avoir mis les enfants au lit?"

Et avec tout ce que nous avons dit, nous devons encore et toujours nous souvenir de consacrer la majeure partie de notre temps et de notre énergie à notre mariage, et particulièrement de temps avec nos conjoints, et non sans eux.

6/10/2013

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub