cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Le Seder: mode d’emploi

Le Seder: mode d’emploi

Quelques conseils pratiques pour un Seder cacher et détendu.

par Rabin Elozor Barclay et Rabin Yitzchok Jaeger
Plus...

1. Signification du mot “Seder”

La nuit de Pessah est vraiment différente des autres nuits. Mystique et sacrée, riche en coutumes et traditions, elle abonde de Mitzvot qui nous viennent de la Torah ou des Rabbins. Chaque détail est d’une grande importance et nous devons suivre minutieusement les différentes étapes, convaincus que rien n’est superflu ou trivial. Le mot « Seder » signifie « ordre », indiquant que le déroulement de cette soirée suit un ordre bien établi, arrangé par nos Sages sous l’inspiration divine et rempli de sens cachés et d’interprétations profondes.

2. Principales étapes du Seder

Le Seder est constitué de 15 étapes, chacune identifiée par un nom spécifique. Ces noms forment un poème que nous chantons pour nous aider à nous les rappeler et à respecter l’ordre dans lequel nous devons les accomplir :

Kadesh, Ourchatz, Karpas, Yachatz, Maggid, Rochtza, Motzi, Matza, Marror, Korech, Shoulchan Orech, Tzafoun, Barech, Hallel, Nirtzah.

Beaucoup ont la coutume de réciter chaque mot annonçant ainsi l’étape correspondante.

3. Principales Mitzvot du Seder

Il existe deux Mitzvot citées dans la Torah : manger de la Matza et raconter l’histoire de notre esclavage et notre libération. Il existe trois autres Mitzvot instaurées par les Rabbanim – boire quatre coupes de vin, manger du Maror et réciter le Hallel.

4. Obligation de respecter ces Mitzvot pour les enfants

Les enfants devraient tenter dès 5 ou 6 ans de respecter les Mitzvot du Seder. Celles ordonnées par les rabbins, peuvent être suivies en adaptant les quantités à leur âge.

Les enfants doivent être encouragés à rester à table au moins jusqu’ à la fin du repas et si possible jusqu’ à la Quatrième Coupe de vin. Pour cette raison, nos Sages ont instauré des procédures inhabituelles durant le Seder, afin de maintenir éveillés les enfants et susciter leur intérêt tout au long de la soirée. Le père doit, d’après la Torah, raconter l’histoire de l’esclavage et de l’Exode à ses enfants. La Haggadah renforce ce point en décrivant quatre profils de fils auxquels nous pourrions nous devrions confrontés. Certains parents commettent l’erreur d’envoyer leurs enfants au lit aussitôt après les Quatre Questions et avant qu’ils n’aient eu l’opportunité d’entendre les réponses. Il est recommandé de faire faire une sieste aux enfants l’après-midi, afin qu’ils puissent rester réveillés et enthousiastes durant tout le Seder.

5. Récitation du Kiddoush Durant le Seder

Certaines familles ont pour tradition de faire réciter le Kiddoush par celui qui conduit le Seder, les convives présents accomplissant la Mitzvah en l’écoutant. Dans d’autres familles, chacun récite le Kiddoush y compris les femmes et les enfants.

Quelque soit la tradition, tous devraient tenir leur verre en main, pendant la récitation de la bénédiction.

6. Durant le Kiddoush

Que nous l’écoutions ou le récitions, nous devrions avoir à l’esprit le respect de deux Mitzvot  durant la bénédiction du Kiddoush :

- La Mitzvah du Kiddoush.

- La Mitzvah de boire la Première Coupe de vin.

Et également se rappeler que la bénédiction de Shehechiyanou s’applique pour Yom Tov aussi bien que pour toutes les Mitzvot du Seder.

7. Durant le récit de la Haggadah

Tous doivent être conscients de remplir l’obligation de raconter l’histoire de la Sortie d’Egypte. La Mitzvah est accomplie en relayant les 3 idées suivantes:

- La cruauté des Egyptiens et les terribles souffrances qu’ils firent subir au Peuple juif durant les longues années de servitude.

- Les plaies miraculeuses que D.ieu infligea aux Egyptiens, et les châtiments qu’ils subirent, mesure pour mesure.

- La gratitude ressentie envers D.ieu pour Sa bonté et Ses actions en faveur du Peuple juif, les délivrant de l’esclavage et les désignant comme Son peuple élu.

8. Une personne ne comprenant pas la Haggadah.

La simple lecture de la Haggadah ne suffit pas pour nous acquitter de la Mitzvah, si nous ne pouvons en comprendre les mots. Aussi, il est conseillé à ceux dont le niveau d’Hébreu est relativement faible, de se familiariser avant le Seder avec la Haggadah. Une étude préalable du texte favorise sa compréhension et permet une expérience plus riche et profonde et donc plus significative. Il est tellement dommage que tant de personnes passent un temps et une énergie incroyables à nettoyer et préparer leur maison pour Pessah pour se trouver ensuite incapables de ressentir quoi que ce soit ou simplement se réjouir pendant le Seder. Celui qui conduit le Seder doit s’assurer que chacun comprenne au moins les parties essentielles de la narration.

9. Parties essentielles du récit

- Les 10 plaies.

- Le passage débutant par :”Rabbi Gamliel disait…” jusqu’ à la Deuxième Coupe de Vin.

10. Temps consacré à la narration de l’Exode

La plupart des gens se contentent de réciter le texte de la Haggadah, s’interrompant le temps d’en commenter les principales sections. Les analyses du texte n’ont pas leur place dans leur Seder au cours duquel devrait simplement être cités midrashim et commentaires décrivant l’esclavage et les miracles survenus. Il est important d’expliquer l’histoire à chaque participant en tenant compte de ses facultés de compréhension. Concernant plus précisément les enfants, il faut s’efforcer de décrire l’histoire de façon aussi vivante que possible pour garder leur attention. Sans oublier l’heure car l’Afikoman doit être mangée avant minuit selon la Halakha. Nous devons finir de lire la Haggadah et boire la Deuxième Coupe de Vin environ deux heures avant minuit. En cas de temps disponible, le récit peut être développé pendant le repas.

11. Durant la bénédiction de la Matza

- Celui qui conduit le Seder doit penser inclure en esprit tous les convives présents lors de la récitation de la bénédiction.

- Chacun doit être conscient de remplir son obligation en écoutant les bénédictions.

- Chacun doit réaliser qu’il accomplit la Mitzvah de manger la Matza le soir du Seder

- Les bénédictions sur la Matza concernent aussi le sandwich Korech et l’Afikoman.

- Ne pas oublier de s’accouder sur le coté gauche.

12. Restrictions relatives au repas

Il est bon de ne pas manger à l’excès. Trop manger peut entrainer une torpeur qui rend difficile la poursuite du Seder. Il faut également conserver de l’appétit pour l’Afikoman à la fin du repas.

On doit garder suffisamment de temps en fin de repas pour manger l’Afikoman avant minuit.

Pour le dessert, il est préférable d’éviter tout fruit sur lequel doit être récitée la bénédiction de borei p'ri ha'adama car une confusion peut s’établir avec la bénédiction récitée auparavant sur le Karpas : celle-ci incluait-elle aussi ce fruit ?

13. Signification de la Coupe du prophète Elyahou

C’est une preuve de notre foi : tout comme D.ieu a délivré le Peuple juif de l’esclavage en Egypte, il enverra de la même manière Elyahou annoncer la Rédemption et la fin de l’Exil.

C’est la signification de la Cinquième Coupe de Vin qui correspond à la 5ème manière d’exprimer la Rédemption : » Je vous amènerai dans la contrée que J’ai solennellement promise à Avraham, à Ytzhak, à Yaacov… (Exode 6:8)

Durant la nuit, il est courant de couvrir, après le Seder, le vin contenu dans la Coupe d’Elyahou et de l’utiliser pour le Kiddoush le lendemain matin. Certains le reversent simplement dans la bouteille.

14. Récitation de Shir HaShirim (Chant des chants) après le Seder

Il est d’usage de réciter Shir HaShirim après le Seder. Selon le Midrash, Shir HaShirim est un chant allégorique décrivant le lien de dévotion mutuelle existant entre D.ieu et le Peuple juif. De nombreux versets font référence à l’Exode d’Egypte.

C’est une Mitzvah de rester réveillé le plus tard possible la nuit du Seder, pour étudier les lois de Pessah et continuer à raconter les miracles et merveilles de notre délivrance. Si une personne est épuisée et ne peut veiller, elle est exemptée de cette Mitzvah. De la même manière, si elle ne pourra convenablement réciter Shaharit, la prière du matin sans une bonne nuit de sommeil, elle est autorisée à aller se coucher.

15. Participation au deuxième Seder pour quelqu’un venant d’Israël

Quelqu’un venant d’Israël doit participer à un Seder complet, sans toutefois réciter les bénédictions suivantes:

- Kiddoush (il doit d’ailleurs faire Havdallah discrètement avant le début du Seder).

- Borei p'ri hagafen sur la Deuxième et Quatrième Coupe de Vin.

- Asher ga'alanu sur la Deuxième Coupe de Vin.

- Al achilas Matza et al achilas Maror.

- La bénédiction à la fin du Hallel

Il devrait demander à l’un des participants de l’avoir à l’esprit lors de ces bénédictions. (Selon certaines opinions, il devrait réciter la prière de al hagafen après la Première Coupe et borei p'ri hagafen sur la Deuxième).

3/4/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 1

(1) samuel, April 4, 2012 7:02 PM

PESSAH

HAG PESSAH Dear Chraga Simmons and LORD bless your familly with HAM_ISRAEL be Simha col a cavod you ave complited your wishess you ave the merit to be a ish very competant in all things thank-you and congratulation from a fervant admirator samuel.

 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub