cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Et si vous perdiez du poids ce Pessah ?

Et si vous perdiez du poids ce Pessah ?

Loin des régimes minceur trompeurs, Pessah nous livre les secrets de la perte de poids saine et durable.

par
Plus...

Regardons les choses en face : nous aimons tous manger. Une récente étude indique qu’environ une personne sur 10 est obèse en France, et presque 40% de la population est en surpoids. Et en cette période de l'année, tout le monde semble s’être déjà fait à l’idée de grossir encore davantage.

« Eh bien je n'ai plus qu'à me résoudre à prendre du poids pendant la fête de Pessah. Je vais juste essayer de limiter les dégâts en me limitant à 5 kilos supplémentaires au lieu des 10 que j'ai pris l'année dernière ! »

Or Dieu ne nous a jamais ordonné de prendre du poids à Pessah ! Et croyez-le ou pas, il est oui possible de ne pas grossir à Pessah, si l'on intègre bien la signification profonde du bannissement du 'hamets, c'est-à-dire du levain, pendant cette fête.

Nos Sages comparent le yetzer hara, c'est-à-dire l'aspect bassement matériel et bestial qui existe en chacun de nous, au levain dans la pâte. C'est pourquoi la Torah attribue une telle importance à l'interdiction d'ingérer du 'hamets à Pessah et exige que nous mangions de la matsa. La matsa est consommée parce que Dieu veut que nous évitions l'influence néfaste de l'inclinaison au mal présente dans le levain de 'hamets.

Si le 'hamets symbolise un attribut aussi négatif que l'arrogance, pourquoi a-t-on le droit d'en consommer tout au long de l'année ?

La Thora insiste sur le fait que « le pain n'a pas eu le temps de lever » au moment de la sortie d'Egypte des Hébreux. La mystique juive explique que le gonflement de la pâte symbolise l'attribut négatif de l'arrogance - le sentiment propre d'un esprit élevé et puissant qui imprégnait la culture égyptienne à l'époque. Dieu a voulu extraire le peuple juif du 'hamets,  symbolisant la culture arrogante de l'Egypte, et le replacer dans un environnement qui s'apparente à la vertueuse matsa. En effet, dans la mesure où sa pâte n'a pas gonflé, la matsa symbolise l'attribut d'humilité, qui est une caractéristique du peuple juif.

Mais si le 'hamets symbolise un attribut aussi négatif que l'arrogance, pourquoi a-t-on le droit d'en consommer tout au long de l'année  ? Pourquoi nous préoccupons-nous de ne pas ingérer cette inclinaison au mal seulement lors de la fête de Pessah  ?

Un grand érudit du XVIIIe siècle, le rabbin Moché 'Haïm Luzzatto, a répondu à cette question fondamentale :

"Avec l'Exode, les Juifs ont été séparés des Nations du monde, afin de purifier leurs corps et de se préparer au don de la Torah et au service de Dieu. Pour ce faire, ils reçurent l'ordre de se débarrasser du levain ('hamets) et de manger de la matsa. Le pain a été conçu par Dieu pour être la nourriture primaire de l'homme. Le levain est un élément naturel du pain, qui le rend plus digeste et savoureux. Dieu veut que nous prenions part au monde physique et que nous luttions contre le mauvais penchant. C'est pourquoi tout au long de l'année, le 'hamets est un aliment approprié pour l'homme. Toutefois, nous sommes tenus de nous abstenir de levain pendant Pessah afin que de réduire l'influence du mauvais penchant et de maitriser nos désirs matériels. Ainsi nous renforçons notre relation à la spiritualité en consommant de la matsa pendant Pessah."

Pour autant, il serait impossible pour nous de nous nourrir exclusivement de matsa tout au long de l'année. Cette pratique est spécifique à la période pascale, lors de laquelle nous sommes censés accéder à un niveau spirituel supérieur. » (La Voie de Dieu, 4:8:1)

Le reste de l'année, Dieu veut que nous soyons immergés dans le monde physique, et que nous résistions à un désir de surconsommation tout en élevant le matériel qui nous entoure. Cela fait partie intégrante de notre raison d'être dans ce monde - être perpétuellement tenté et testé et utiliser notre libre arbitre pour surmonter la tentation. Dans ce cadre, le judaïsme dit que les choses matérielles sont tout à fait appropriées dans la mesure où occupent un rôle modéré dans nos vies.

Ainsi, à Pessah, nous délaissons notre menu alimentaire habituel. Pessah est la fête annuelle où nous sommes censés amoindrir nos désirs physiques et nos convoitises pour le reste de l'année. C'est le moment pour nous de marquer une distance avec nos habitudes alimentaires quotidiennes et de travailler sur la limitation de notre désir pour une pitance qui se cuisine si facilement.

Pourquoi les regimes ne marchent-ils pas  ?

L'industrie des régimes alimentaires aux Etats-Unis représente plusieurs milliards de dollars. Les experts sont en perpétuelle recherche de nouvelles formules et autres produits qui aideraient les gens à perdre du poids. Mais nous savons tous par expérience que la majorité des régimes sont tout simplement inefficaces sur le long terme. Bien sûr, on perd d'abord quelques kilos, mais le plus souvent ils sont rapidement repris. Pourquoi ce phénomène  ?

Une personne ne peut pas vivre en respectant sans cesse un régime spécifique pour perdre du poids. Vous ne pouvez pas vivre éternellement sans glucides. A un certain moment, vous allez forcément craquer,  fatigué des pesées Weight Watchers et autres coupe-faims magiques.

Les régimes sont inefficaces car ils ne nous entrainent pas à changer nos habitudes de surconsommation. Nous mangeons toujours avec le même appétit sous-jacent, même si l'on se force à ingurgiter des aliments qui sont censés nous faire perdre du poids. On consomme des produits allégés, qui ont toujours l'apparence de crèmes glacées et de gâteaux, mais qui contiennent moins de calories. On ne fait que transformer notre convoitise pour la nourriture en appétence pour des produits édulcorés !

Perdre du poids sur le long terme exige de s'entrainer à manger moins et à consommer moins de calories.

Le seul changement diététique qui fera qu'une personne perdra du poids sur le long terme est celui qui l'habitue à manger moins et à consommer moins de calories. C'est ce que les médecins et les nutritionnistes appellent le contrôle des portions et pour lequel ils recommandent de mettre fin à tout grignotage conséquent. Si l'on ingurgite moins de calories que ce que l'on en brûle, alors on perd du poids. C'est la raison pour laquelle l'exercice physique est tellement capital : on brule beaucoup plus de calories en faisant du sport qu'en ayant une activité normale. C'est une méthode extrêmement simple, et c'est pourtant la seule qui offre une chance d'atteindre le but recherché : réduire notre appétence pour la surconsommation alimentaire.

Si vous consommez de cette façon, vous pouvez goûter à tous les types de nourriture. Vous avez juste à vous assurer de ne pas manger trop de telle ou telle chose. Dans ce cadre, manger un petit morceau de gâteau à certains moments est tout à fait autorisé ; il suffit juste de ne pas perdre le contrôle de vous-même et de ne pas ingurgiter tout le gâteau. Idem pour savourer une cuillerée de crème glacée – dans la mesure où l'on en reste bien à cette cuillerée. La vérité est que nos papilles seront tout autant satisfaites avec une pointe de crème glacée qu'avec une coupe entière surmontée de chantilly ! Si l'on savoure le goût et que l'on ingère lentement, l'effet bénéfique est le même pour nos papilles. Nos estomacs peuvent se sentir remplis avec très peu de nourriture : autant les satisfaire en consommant des aliments sains et comportant moins de calories.

De même, arrêtons d'utiliser la nourriture à des fins d'anesthésiant émotionnel ! Et Pessah est justement le moment idéal pour entamer cette approche. Même si le fait de manger nous comble et nous fait oublier nos problèmes pour un temps, même sans solution réelle à la clef, nos soucis vont revenir à la charge très rapidement, et tout ce que nous aurons gagné, ce seront… des kilos supplémentaires !

Cette année, mangeons correctement et évitons les kilos "Pessah'tiques" !

Le Rabbin Baroukh Leff est le principal adjoint de l'établissement Torah Institute situé à Baltimore

13/4/2014

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub