cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Le Séder préféré du Prophète Elie

Le Séder préféré du Prophète Elie

Un illustre Rabbin découvre que le Prophète Elie a préféré le Séder d’un homme pauvre qui a capturé l’essence de Pessa’h en une seule prière sincère.

par
Plus...

Chaque année, Rabbi Lévi Itzhak de Berditchev, l’un des grands maîtres Hassidiques, attendait le Séder avec impatience.

Une année, une fois le Séder terminé, Rabbi Lévi Itzhak s’en alla dormir, le cœur satisfait. Il avait dirigé un merveilleux Séder, avec tous ses disciples réunis autour de sa table.

Il sombra dans un sommeil profond et fit un étrange rêve.

Dans son sommeil, il vit le prophète Elie s’entretenir avec des anges, et leur faire un compte-rendu des nombreux Sédarim qu’il avait observés dans les maisons Juives. Il décrivit l’excitation des enfants juifs qui, les yeux rivés à la coupe d’Elie, cherchaient à savoir si ce dernier les avait honorés de sa visite cette année.

Soudain, l’un des anges demanda : « Mais quelle fut le Séder le plus mémorable auquel tu as assisté ? Etait-ce celui de Rabbi Lévi Itzhak ? »

« A la vérité, répliqua Elie, le Séder de Rabbi Lévi Its’hak était rempli de discussions passionnantes sur la Haggada, mais il ne peut pas se mesurer à celui de Haïm le Porteur d’eau. »

A ces mots, Rabbi Lévi Itzhak se réveilla en sursaut et sauta de son lit. Il devait absolument s’entretenir sur le champ avec ce porteur d’eau appelé Haïm.

Il réveilla l’un de ses disciples qui s’était assoupi à table et l’envoya à la recherche de Haïm.

Au bout de quelques temps, l’étudiant finit pas retrouver Haïm dans une chaumière délabrée située à la lisière de la ville et le conduisit, abasourdi et les yeux encore bouffis de sommeil, dans la demeure de Rabbi Lévi Itzhak.

Rabbi Lévi Itzhak accueillit l’homme intrigué, et lui offrit une chaise en face de lui. Puis il l’interrogea : « Dis-moi, mon cher Haïm, que s’est-il passé cette nuit durant le Séder ? ».

Honteux, les yeux perdus dans la contemplation de ses souliers râpés, Haïm répondit :

« Quelle sorte de Séder un homme ignorant et harassé comme moi peut-il avoir ? Hier, la veille de Pâques fut pour moi une journée épuisante. Toutes les maisons du village étaient en plein ménage et l’eau était une denrée extrêmement recherchée. J’ai fait des allers-retours durant toutes la journée, m’efforçant de satisfaire tous mes clients avec suffisamment d’eau. J’ai trimé durant toute la journée sans m’accorder une seconde de répit.

« A la fin de la journée, je suis arrivé à la maison, à moitié mort de fatigue. Ma femme Rachel s’apprêtait justement à allumer les bougies de la fête et je lui ai demandé de me laisser me reposer pendant quelques temps. Malheureusement, j’ai sombré dans un sommeil profond et à mon réveil, c’était pratiquement l’aube.

« Bien entendu, je me suis empressé de réveiller Rachel. Nous n’avions plus le temps de lire toute la Haggada, alors nous avons bu les quatre coupes de vin, mangé la Matsa et un peu de Maror, et avec le peu de temps qui me restait, j’ai adressé la prière suivante à Dieu : « Seigneur Tout Puissant, pardonne à un homme simple et ignorant. La seule chose que je sache c’est que par le passé, Tu nous as délivré des mains cruelles des Egyptiens – Tu nous a sorti de l’esclavage à la liberté. Et maintenant, nous sommes de nouveau en Exil. Alors du plus profond de mon cœur, je Te demande de nous conduire de nouveau vers la liberté !

Ayant terminé le récit de ses misères, le porteur d’eau attendit en silence, certain que l’illustre Rabbi Lévi Itzhak les réprimanderait pour n’avoir pas effectué un Séder convenable.

Mais au lieu de cela, Rabbi Lévi Its’hak posa sa main sur l’épaule de Haïm et, se tournant vers ses disciples, il déclara : « Il est extrêmement important de suivre l’ordre du Séder mais maintenant nous savons pourquoi le Séder de cette homme fut tellement apprécié par le Prophète Elie ».

Note aux parents

Le Judaïsme nous enseigne que « Chaque personne doit se considérer étant était elle-même sortie d’Egypte ». Raconter l’histoire de la sortie d’Egypte ne suffit pas -- nous devons nous identifier avec les messages qu’elle véhicule.

Par son Séder d’une seule phrase, Haïm, un simple Juif ignorant, a trouvé grâce aux yeux de D.ieu, en raison de sa profonde sincérité et de sa volonté de faire de son mieux. « Ce qui sort du cœur va droit au cœur ».

Questions de réflexion

  • Comment se fait-il que le Séder de ‘Haïm le Porteur d’eau eut plus de valeur aux yeux du Prophète Elie que celui de Rabbi Lévi Its’hak ?
  • Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

Suggestions de réponses

‘Haïm a demandé à Dieu de manière très sincère et honnête de lui accorder la liberté et a fait son Séder du mieux qu’il le pouvait. Il a sincèrement ressenti sa propre sortie d’Egypte.

Nos intentions sont très importantes lorsque nous accomplissons une Mitsva. Seul Dieu peut savoir ce qui se trouve dans nos cœurs.

Même le plus sage des hommes peut apprendre d’une personne simple. Dans les Maximes des Pères, nos Sages enseignent : « Qui est l’homme sage ? Celui qui apprend de chaque personne. »

3/4/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub