cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Liberté, Liberté chérie...

Liberté, Liberté chérie...

Pourquoi le don de la Torah est-il garant de notre liberté?

par
Plus...

L'année 1848 a vu une floraison de révolutions à travers l’Europe, le Printemps des peuples. Plus récemment on a assisté aux printemps arabes. Cette soif de liberté est due à la prise de conscience de l’importance de la valeur de l’individu. L’accent c’est déplacé du général au particulier.

Quel rapport direz-vous avec Chavouot ?  C’est que ce besoin de liberté et ses implications ont une signification toute particulière pour le Judaïsme qui met l’accent sur l’importance de chaque individu.

"N’est vraiment libre que celui qui fait de la Tora son occupation première."

Cette affirmation talmudique peut paraître surprenante. En effet, il semble  plutôt que celui qui applique les commandements perd de ce fait sa propre liberté, son indépendance. Lorsqu’une personne accepte d’être assujettie à une volonté extérieure à elle-même, il ne saurait y avoir de place pour l’affirmation du moi.

Mais il en va autrement lorsque l’auteur de la Loi est D.ieu lui-même. Et c’est le cas pour la Tora. Il ne s’agit plus dès lors de restrictions, d’aliénation mais bien de dépassement du moi.

En nous unifiant avec la Transcendance, nous nous transcendons.

Traverser le désert…

On comprend ainsi pourquoi la Tora a été donnée dans un désert, symbole d’immatérialité  et d’absolu. Ce qui ne veut pas dire que le Judaïsme nous invite à ignorer le monde matériel, bien au contraire.

La Tora transcende l’espace mais aussi le temps et c’est d’ailleurs pour cela que la date de la Révélation n’est pas précisé clairement dans le texte biblique : « vous compterez sept semaines »… après Pessa’h. Oui, la sortie d’Égypte  – la liberté - n’a de sens que si elle aboutit à la Révélation du Sinaï, à la moralité.

Il est également significatif que Chavouot est la seule fêté à laquelle ne se rattache aucune Mitsva, aucun commandement concret. Ceci, fait remarquer Rabbi Shimshon Raphael Hirsch,  vient souligner l’idée que la Tora est universelle et qu’elle transcende l’Espace et le Temps. Grace à l’étude et la pratique, nous "spiritualisons" notre être et tout ce qui nous entoure et parvenons ainsi à l’harmonie.

Harmonie et synthèse

C’est 3 mois après la sortie d’Égypte qu’Israël reçut la Tora.
Chacun de ces mois correspond à une attitude différente dans notre relation avec D.ieu et avec nôtre prochain.

En Nissan, le premier mois, les Israélites sortirent d’Égypte. Ils fuyaient l’idolâtrie et l’immoralité.  Ils ignorèrent alors  totalement le monde qu’ils les entouraient. Ceci se dit en Hébreu : « Sour me Ra… »

Au cours du second mois, Yiar, ils comptèrent l’Omer qui  implique un raffinement du caractère s’obtenant  par un travail personnel quotidien : "Assé tov"

Les fruits de ces efforts sont "récoltés" en Sivan, le troisième mois, à Chavouot. Nous atteignons alors le plus degré d’unité avec D.ieu. En effet, alors que celui qui pratique les commandements divin reste une entité distincte de cette mitsva; celui qui étudie la Tora unit son intellect à la Sagesse divine. On assiste alors à l’union de ce qui est le plus bas avec ce qui est le plus haut. Le divin ne se trouve plus hors de portée et l’humain n’est pas rejeté.

La véritable union avec D.ieu ne se dévoile que lorsqu’on vit dans le monde et qu’on œuvre pour le transformer. C’est Tiféret – l’harmonie.

Pérennité d’Israël

Quel est le secret de notre survie? Un examen attentif de notre histoire nous montrera que le peuple juif a toujours été une minorité dont la constance fut en tout temps et en tout lieu l'attachement à la Tora et aux  mitsvot. C'est dans le fait que nous sommes ''un peuple qui vit à part'' que réside le secret de la survie d'Israël.

Notre spécificité, notre indépendance de pensée et d'action ne font pas notre faiblesse mais bien au contraire notre force. Et c'est seulement ainsi que nous pourrons mener à bien la mission que nous a confié le Créateur « être un peuple de prêtres et une nation sainte » pour le plus grand bien de toute l'humanité.


RAV YAACOV SPITEZKI : 054 23 99 791

SHORASHIM

Le centre pour les étudiants francophones

Université Hébraïque de Jérusalem

2/6/2014

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub