cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




L'application la plus importante de la vie

L'application la plus importante de la vie

Vous ne la trouverez dans aucun AppStore. Et pourtant, elle peut vous changer la vie.

par
Plus...

Les textos d’un homme sur le point de mourir en révèlent beaucoup sur ce qu’il était. Larry Melzer, 37 ans vient de perdre ses 17 mois de combat contre la leucémie. Allongé dans un lit dans un hôpital israélien, souffrant d'une pneumonie virale après une greffe de moelle osseuse, Larry était branché à un respirateur. Ses quatre petites filles étaient à la maison à Jérusalem. Jen Larry, son épouse dévouée était à son chevet. Chabbat approchait. Larry ne pouvait ni manger, ni boire, ni parler, mais ses doigts avaient encore gardé la force d’utiliser son iPhone.

Peu de temps avant Chabbat, Larry avait reçu un message texte d'un ami qui était également aux prises avec le cancer et qui s'apitoyait sur le fait qu’il était triste de passer le Shabbat à l'hôpital. Apres chabbat le même ami lui a écrit:

Je pense à toi. J’espère que ton Chabbat était supportable!

Larry lui répondit:

C'était génial, Jen était là, ne t’inquiète pas, tout ira très bien !

Génial? Il était branché à plus de 15 perfusions d'antibiotiques différents, son grand corps autrefois athlétique était amaigri et comme desséché, son beau visage vieilli et flétri. Il avait enduré un jour de Shabbat, sans réciter le Kiddouch, sans manger de challah, sans chanter de chansons, sans pouvoir apprécier la nourriture, ni même embrasser ses enfants bien-aimés. Le seul point positif était que sa fidèle épouse Jen était là. Pourtant, Larry a considéré que son Chabbat, était «génial».

Souffrant d’une grande douleur en raison de lésions dues à la radiothérapie et tout en recevant une transfusion sanguine d'urgence, Larry dit avec un sourire, "Je suis tellement heureux."

Quelques mois avant, Larry avait dû partir précipitamment de Jérusalem pour être soigné dans un hôpital de Haïfa. Comme son ami Daniel Irom le raconte: «Après un long trajet, après n'avoir pas dormi depuis plusieurs jours en raison de trop fortes doses de stéroïdes, souffrant terriblement de plaies a la bouche et à la gorge dues à la radiothérapie et tout en recevant une transfusion sanguine d'urgence, Larry se tourna vers moi avec un sourire qui semblait venir du ciel et dit: «Je suis tellement heureux."

Comment pouvait-il être heureux?

Larry et Jen, à l'apogée de leur carrière due au succès de Yahoo, avaient un superbe appartement à Manhattan, un SUV, de nombreux amis DINK [Double Income No Kids] (double salaire sans enfants) et deux chiens. C’est alors qu’ils commencèrent à s'intéresser à leur héritage juif. En 2004, ils partirent à Jérusalem pour un congé sabbatique de six mois dans le but d’étudier le judaïsme.

Larry tomba tout simplement amoureux du judaïsme. Avec son charisme et sa personnalité passionnée, il commença à partager son enthousiasme avec tous ceux qu'il rencontrait. Tout en continuant à profiter des plaisirs du monde physique, il les infusait d’une grande prise de conscience spirituelle et d'une grande appréciation. "Plus d'une fois, raconte Gabi Leventhal, je m’apprêtais à profiter d'un vin, d’un whisky et d’un délicieux repas avec Larry, et avant que nous commencions à manger, Larry avait redirigé tout le monde et parlé de toutes les bontés que Dieu a faites pour lui et pour toutes les personnes présentes. "Il savait transformer le plaisir de manger en un sublime état de gratitude ".

Eric Rayburn, un ancien de Manhattan, raconte une conversation qu'il avait eue avec Larry au cours de la période où il ressentait une grande difficulté à s'adapter à la norme Spartiate de la vie à Jérusalem, alors qu’il étudiait à Aish HaTorah. Larry lui dit: «Jérusalem! C'est le Wall Street du judaïsme. Savez-vous combien de personnes aimeraient échanger leur place avec vous? "

"Mais, Larry," proteste Eric, «Je vis dans une chambre sans fenêtre et elle est plus petite que la deuxième salle de bains de la maison ou j’avais l'habitude de vivre!"

"La clé est d'apprécier ce que vous avez, Chaque seconde est un précieux cadeau valant des millions de dollars».

Larry, d'un ton de gestionnaire d'entreprise, lui répondit : "Je comprends, mais vous êtes tellement chanceux que le Tout-Puissant ait investi son temps en vous pour vous apprendre à apprécier davantage avec moins. "

«Pour apprécier davantage avec moins». Cette phrase est devenue le leitmotiv de Larry, son approche à la vie. Un mois avant sa mort, il a affiché ce blog sur son site Internet:

Lutter contre la leucémie, pour moi, c’est comme devenir adulte. Je me sens comme si j’étais passé de l’état d’enfant gâté à l’état d’un adulte d'âge mûr au cours de ce processus de 16 mois. J'ai une joie de vivre Je n'ai jamais eue avant!

Cette joie de vivre est indescriptible. Comment puis-je expliquer le fait d’être capable de voir la main de Dieu en toute chose? Je vis dans un monde où tout est perfection.

La clé est d'apprécier ce que vous avez .... Chaque seconde est un précieux cadeau valant plusieurs millions d'euros.

Souccot et le bonheur

Souccot est la fête du «retour aux valeurs fondamentales." Pendant sept jours (huit en diaspora), nous sortons de notre confortable maison pour aller nous installer dans une fragile soucca. Nous laissons derrière nous le chauffage central, les meubles, le matelas orthopédique, l'éclairage encastré, les tapis, le plancher de bois, le lecteur de DVD, le téléviseur à écran plat, et, comment pouvez-vous être si gâté?- Le toit imperméable a la pluie. Pourtant, c'est Le jour de fête où nous avons une mitsva d'être particulièrement heureux! Mais de quoi exactement sommes-nous censés être heureux?

Dans le calendrier juif, Souccot se passe cinq jours après Yom Kippour. A Yom Kippour, le jour où le destin de chaque personne est scellé pour l'année, nous prions et plaidons pour notre vie. Bien sûr, nous prions aussi pour une bonne santé, des moyens de subsistance, le mariage, les enfants, un nouvel emploi, et tout ce que nous apprécions, mais la plupart du temps, nous prions pour notre vie.

Puis nous sommes là, cinq jours plus tard, dans notre étroite soucca, sans fioritures. Nous n'avons pas notre confort habituel ou même nos plaisirs technologiques, mais nous avons la vie. Nous n'avons aucune garantie que nous serons en vie quelques mois ou même quelques jours-à partir de maintenant. Mais en ce moment, assis sur une chaise pliante dans la soucca, nous avons la vie, l'accomplissement de notre désir. Bien sûr, que nous devrions nous en réjouir !

Nous entretenons également des relations. Personne ne construit une Soucca pour une seule personne. Nous nous asseyons dans la soucca avec la famille - les parents, frères et sœurs / conjoint / enfants. Si Larry Melzer pourrait qualifier sur son lit de mort, son Shabbat comme étant "génial" tout simplement parce que sa femme était avec lui, comment peut-on ne pas apprécier le plus grand rapport à la vie: la relation? La présence d'un être cher transforme une maison en foyer et une soucca en sanctuaire.

Il y a un ingrédient de plus qui s’ajoute à la joie de Souccot. A Yom Kippour, nous sommes purifiés de toute la culpabilité qui nous a entachés tout au long de l'année. Nous émergeons de Yom Kippour purs et parfaitement préparés pour la proximité à Dieu que la soucca nous offre.

Une formule simple: apprécier la vie, les relations avec les autres et la proximité de Dieu. Cela fait beaucoup pour être heureux.

Le mot de la fin de Larry

Pour tous les deux Larry et Jen, le fait qu'il allait mourir n'était pas une excuse pour cesser de vivre. À un moment donné, après dix séances de chimio, Larry était en rémission. Il semblait bien qu'il allait s’en sortir, après tout. Puis son médecin à Haïfa annonça à Larry qu'elle était à 95% sûre qu'il n'était plus en rémission. Larry téléphona à Jen pour lui annoncer la nouvelle. "Jenny, le médecin dit que j’ai rechuté."

Jen, dévastée mais toujours encourageante, répondit: «Ça va bien se passer."

En sanglotant, Larry continua: «Le médecin voudrait te parler du moment où je vais redémarrer la chimio. Elle dit que je dois la redémarrer demain. "Larry fit une pause, réfléchit, et dit gaiement:« Mais ce soir, nous allons passer une soirée romantique. Sortons dîner. "

C'est une bonne idée, » répondit-elle avec enthousiasme. "Nous avons besoin de passer de bons moments, ne t’inquiète pas."

Il m'a laissé avec un grand sac de foi en di eu. Voilà comment une jeune veuve avec quatre enfants peut affronter le monde avec un sourire sincère.

"Larry avait une foi sans bornes," rappelle Jen. "Le jour où il a obtenu le diagnostic initial, quand on lui a annoncé qu'il ne lui restait que quelques jours à vivre, Larry m'a dit : « Toutes les nouvelles sont des bonnes nouvelles. "Il voulait dire que tout vient de Dieu et donc que tout est pour le bien. C'est ce qu'il m'a laissé, un grand sac de foi en dieu. Et c'est grâce à cela qu’une jeune veuve avec quatre enfants peut affronter le monde avec un vrai sourire sincère. "

A la fin, avant de perdre la bataille contre la pneumonie virale, les médecins de Larry avaient décidé de provoquer un coma. À ce moment-là, Jen venait de passer cinq jours entiers au chevet de son mari, en ayant fait le tour du cadran. Larry lui prit la main, la regarda dans les yeux, et dans un souffle haletant, lui dit : «Je te remercie."

"Il était clair pour moi," Jen se rappelle, «que Larry voulait me remercier de tout ce que j'avais fait pour lui au cours des 17 derniers mois, pour obtenir ses médicaments et pour lui donner à manger. Il voulait me remercier d’avoir été son infirmière personnelle, d’avoir pris soin des enfants à moi toute seule, d’avoir payé les factures, les achats de nourriture, et d’avoir gardé la famille à flot. Il savait que sa fin était proche, alors il n'a voulu laisser aucun non-dit. Il m'a remercié. Il voulait dire : Je t'aime; tu as tout fait exactement comme il le fallait ».

Larry ne connaissait qu'une seule façon de dire adieu: Je te remercie.

Ce Souccot, nous allons acquérir l’application la plus importante de la vie - l'appréciation, la reconnaissance.

Jen Melzer, la veuve de Larry, est disponible pour parler à des groupes de femmes, de son livre : Ma vie après la mort avec joie»

Contacter: jenmelzer@gmail.com

27/9/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 2

(2) marhely rachel, December 17, 2013 6:00 PM

always so wonderful your articles!!
they give us powerful messages...

(1) Sandrine, September 30, 2012 4:20 PM

humility

When my father accepted he will surely die, he was so kindly and full of serenity that I was ashamed crying and feeling pain in front of him,anyway he felt it. This was moments full of love...until he definitely be admitted in this hospital. All his words and love were in his eyes almost he knew death was near. Thanks dad

 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub