cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
  • Lecture de la Torah: Noah
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Pollard et la NSA : deux poids, deux mesures ?

Pollard et la NSA : deux poids, deux mesures ?

Alors que la NSA conduit un vaste programme d’espionnage à travers le monde, un homme est en prison depuis 26 ans. Son crime? Avoir pratiqué cette même activité d’espionnage, mais cette fois contre les États-Unis.

par
Plus...

Lettre de Meyer Habib, député de la 8ème circonscription des français de l’étranger, à Barack Obama,  Président des États-Unis d’Amérique :

Paris, le 10 novembre 2013

Monsieur le Président,

L’affaire Snowden et les révélations sur l’espionnage pratiqué par la NSA contre la France ont eu un impact négatif sur les relations entre nos pays.

Je tiens tout d’abord à vous réaffirmer l’amitié  que nous portons envers et contre tout aux États-Unis. A travers les siècles, et depuis La Fayette, nous avons toujours été aux côtés de votre pays dans les moments clés de son histoire. Et depuis l’arrivée triomphale du général Pershing et de ses pisions sur le théâtre de la Grande Guerre, dont nous célébrons demain l’armistice, et depuis le débarquement héroïque des GIs sur les plages de Normandie en 1944, votre grand et jeune pays a toujours su soutenir la France lorsqu’il le fallait, et nous ne l’oublierons jamais.

Cette amitié, elle ne cessera jamais ; elle dépasse les tensions passagères et conjoncturelles que nous pouvons connaitre. Dès qu’il s’agit des questions essentielles, de nos valeurs universelles comme des grands enjeux de la géopolitique, nos pays y font face ensemble.

Cependant, en tant que député français, je me dois de vous dire avec force que l’espionnage entre pays amis n’est pas acceptable. Il est intolérable qu’une agence de renseignement d’un si grand pays allié se comporte de cette façon envers la France.

Par ailleurs, ces activités mettent en exergue un double langage de la part de votre pays. Alors même que la NSA conduit un programme d’espionnage gigantesque à travers le monde, un homme est en prison depuis 26 ans. Son crime ? Avoir pratiqué cette même activité d’espionnage, dans laquelle vous êtes passé maitre, mais cette fois contre les États-Unis. Cet homme, c’est Jonathan Pollard. Citoyen américain, il a été un agent travaillant pour un des plus grands alliés des États-Unis, Israël. Cet homme a commis une faute. Une faute grave. Mais en passant 26 ans en prison, il a payé sa dette. Mais comment pouvez-vous d’un côté pratiquer l’espionnage à une si grande échelle et au plus haut niveau, et de l’autre condamner à mourir en prison un homme qui pratiquait cette même activité contre votre pays ?

Je sais que cinq Premiers ministres israéliens ont demandé vainement la grâce de Jonathan Pollard. Dans le contexte actuel, je pense qu’il est de mon devoir de vous supplier, pour des raisons humanitaires, parce que cet homme a payé sa dette, parce qu’il est très malade, de lui accorder une grâce. Ce serait un geste immense.

Veuillez recevoir, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments les plus respectueux.  

Meyer Habib

Copie remise en mains propres à monsieur François Hollande, Président de la République française

Source: CRIF

3/12/2013

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 2

(2) YANA, December 5, 2013 8:51 AM

En espérant que l'intervention de Mr Meyer HABIB apportera ses fruits : la libération d'un homme condamné à tort

(1) Anonyme, December 4, 2013 2:00 PM

quelques précisions complémentaires

Votre article comporte quelques erreurs:

1) ce n'est pas 26, mais 28 ans de prison pour Pollard
2) l'espionnage de Pollard n'était pas dirigé CONTRE les USA, mais en faveur d'Israel
3) de ce fait les intérêts vitaux des USA n'ont jamais été effleurés
4) Pollard n'a même pas eu la permission d'assister aux obsèques de son père alors que ce droit légitime a toujours été reconnu envers quelque détenu que ce soit.

 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub