Aish.fr https://www.aish.fr/tp/s/franc-parler/Et_ce_fut_tres_bien.html
Béréchit (Béréshit 1:1-6:8)
Et ce fut très bien
Le sixième jour, Dieu a créé la mort.

A chaque étape de la création, Dieu contempla ce qu'il venait de créer et déclara que c'était "bien". Mais le sixième jour, après avoir observé Son monde, Il affirma qu'il était "très bien". 

Nos sages s’interrogent sur la particularité du sixième jour de la création qui méritait d'être qualifiée de « très bien ». Et ils répondent que le sixième jour, Dieu a créé la mort. Ce serait donc la mort qui aurait été qualifiée de "très bonne". 

Se pourrait-il que la "mort" soit, selon la Pensée Juive, la seule création considérée par Dieu comme étant "très bonne" ? 

Certes, ce concept peut nous paraître, a priori, bien étrange. Mais en y réfléchissant de plus près, on finira par lui trouver beaucoup de logique. Nous savons tous que lorsque nous nous trouvons à trois mois d’un examen, nous condensons la majeure partie de nos révisions dans le mois, la semaine et les jours précédant l'épreuve. Pourquoi nous importuner trois mois d'avance alors que nous avons tellement de temps devant nous? Lorsque l'examen se met à prendre une place importante, nous ressentons soudain l'urgence d'agir. 

Il en va exactement de même dans la vie. Si nous vivions éternellement, pourquoi ferions-nous l'effort pour nous lever le matin? Pourquoi s'empresser de perdre les 10 kilos de surpoids aujourd’hui si nous avons dix mille ans ou davantage devant nous pour les perdre ? Si la vie était éternelle, nous n'aurions plus aucune motivation pour faire quoi que ce soit. 

Le fait que notre temps soit limité nous fait prendre conscience de la nécessité de nous prendre en main. Evidemment, il est toujours possible d’ignorer notre ultime et inéluctable destinée, jusqu'à ce qu'il soit trop tard. Néanmoins cette limite imposée à notre vie est susceptible de nous motiver, à condition, évidemment, d'accepter d'en tenir compte. Ainsi, conscients de la courte échéance dont nous disposons, nous chercherons à rentabiliser chaque instant. 

La mort est donc "très bonne", car sans elle, la vie ne vaudrait pas la peine d’être vécue.


Cet article peut également être consulté ici: https://www.aish.fr/tp/s/franc-parler/Et_ce_fut_tres_bien.html


Avez-vous aimé ce que vous avez lu ? Pour continuer à publier des articles de qualité, Aish.fr a besoin de vous. Rejoignez Aish.fr dans son effort pour diffuser la spiritualité à travers le monde à d'autres personnes comme vous .

Vous pouvez faire une donation sécurisée à: https://aish.givecloud.co/product/support-aishweb.


Contenu du site copyrighté © 1995 - 2019 Aish.fr - https://www.aish.fr