Aish.fr https://www.aish.fr/israel/israel/Rage-et-peine.html
Rage et peine
par
Rage et peine. Pour un pays qui ne veut pas nommer l'ennemi. Qui scande "aux larmes citoyens" au lieu d'"aux armes citoyens."

Rage et peine. Gorge prise dans un étau de colère. Et d'angoisse. Pour un pays qui ne veut pas nommer l'ennemi. Qui ne veut pas définir l'ennemi. Qui est embourbé dans un romantisme qui le plonge dans une orgie compassionnelle au lieu de laisser son cerveau prendre les devants.

À mes frères juifs, je ne lancerai pas d'appel à l'Alya. Je l'ai fait par le passé et on m'a traitée d'anxiogène. Je dirai juste qu'ils doivent exiger de la France non pas plus de gardes devant leurs synagogues, leurs épiceries et leurs écoles mais qu'elle se batte, bon sang, qu'elle se batte ! Qu'elle arrête de dire que c'est la liberté d'expression qui était visée mercredi. Qu'elle se souvienne des paroles des Islamistes qui ont assassiné le policier qui suppliait qu'on lui laisse la vie sauve : « On a vengé le prophète Mohammed ! »

Les assassins Kourachi et Coulibaly sont morts aujourd'hui mais il y a déjà en France des milliers, des dizaines de milliers qui pensent tout haut « Je suis Kourachi », comme hier ils disaient « Je suis Merah ». 

Si la France ne se réveille pas, qu'elle continue de trembler de peur devant l'amalgame plutôt que devant la triste réalité, je pense que nous allons droit vers le chaos. 

Tout le monde scande : Je suis Charlie ! Mais combien le pensent vraiment ? Combien sont prêts à continuer le combat de Charlie ? Combien ont compris l'enjeu ? Combien savent dire qui ils sont et qui est l'ennemi ?

Parce qu'il y a un ennemi, n'en déplaise aux visions romantiques de certains. Il faut le définir, si on veut le combattre. Et non, l'ennemi, ce ne sont pas TOUS les Musulmans. Même si on aurait bien voulu que ceux qui condamnent le terrorisme islamiste soient un peu moins silencieux et un peu plus nombreux.

Je pourrais dire que j'ai pleuré hier sur Cabu, sur sa gentillesse, sur mon enfance, sur la France, sur ce policier qui a imploré ces monstres de lui laisser la vie sauve. Mais je ne le ferai pas parce que ce n'est pas important. Ma peine, les victimes s'en foutent, ma compassion, ils en ont à la pelle depuis hier de la part de gens qui veulent rester uniquement dans le ressenti et déconnecter leur cerveau de ce qui est en train de se passer. Pour le moment, c'est la colère qui me submerge. La colère devant l'aveuglement. Parce que le ressenti, ça va un moment, mais face à de tels drames, faut avoir les yeux grands ouverts. Parce que je suis en colère contre la France et ses médias. Parce que voir les journalistes tortiller du derrière pour ne pas parler de l'éléphant au milieu de la pièce ça me fait peur. J'ai peur. Continuer à exiger de la larme à l'œil et du grandiloquent alors que la France fonce dans le chaos, eh bien ce n’est pas le moment.

Je ne suis pas Charlie. Je suis Israël. Et je peux vous dire que ce n’est pas de tout repos.

Nous sommes manifestement « trop » endurcis. Les années de guerres, d'attentats, de membres déchiquetés, de jeunes morts trop jeunes, d'injustice de la part de la scène internationale, d'enfants orphelins... Tout ça nous a formés « à la dure ». Nous gardons des journées pour pleurer, le reste du temps, nous nous battons. C'est triste. Mais c'est vital. Alors quand nous voyons la France souffrir, nous avons envie de lui dire qu'elle doit se battre aussi. Parce que tu l'as bien vu toi même, cet été, avec ses dizaines de soldats morts. Avons-nous arrêté de nous battre? Avons-nous demandé de la compassion? Pas moi en tous cas. Moi, j'ai demandé de l'honnêteté. De l'intelligence. De la clairvoyance. 
Et je pense que c'est ce que les victimes veulent de nous aujourd'hui. Ils étaient bien trop intelligents pour se contenter de pitié. Ils auraient voulu qu'on se batte, comme eux se sont battus à leur échelle.

Je ne suis pas de ceux qui reprochent aux Français de ne pas être venus manifester pour Toulouse ou Ilan et qui, par vengeance ne manifesteront pas pour Charlie. Pas du tout. Je trouve cette attitude nombriliste et puérile. 

J'espère juste que les Français manifestent pour les bonnes raisons, pas pour celles que la doxa veut imposer. Et pour ca, il ne faut pas se laisser envahir par la peine. Qui existe, sans le moindre doute. Donc oui, il peut y avoir les deux, mais non, ce n'est pas le ressenti qui doit prendre les dessus.

Ce n'est plus la justice qui est aveugle, c'est Marianne...

Les méchants ont déjà gagné: plus aucun journaliste ne publiera de caricature de Mahomet. Ils ont compris la leçon. En Grande-Bretagne on a même flouté les images des caricatures dans les reportages liés à l'attentat...

Sur France 24, grand laïus sur la liberté d'expression. Ce sera donc le narratif adopté. Et dans quelques jours, à cause de ce narratif a œillères, il y aura beaucoup moins de liberté d'expression en France. Parce que la France ne veut pas regarder le mal en face et que les français vont avoir de plus en plus peur de s'exprimer. Il va y avoir plus de drapeaux en berne, mais beaucoup moins de caricatures...

Petit rajout : j’apprends que la manif organisée ce soir aura pour slogan... la défense de la liberté d'expression! J'ai envie de pleurer devant tant d'aveuglement. J'ai passé la journée à regarder la télé française et à voir les journalistes se tortiller sur leurs chaises pour trouver les bons mots à dire, les plus consensuels, ceux qui ne fâchent pas. Pathétique.

Toujours sur Itele. Ils montrent la vidéo des terroristes qui crient : on a vengé le prophète Mohammed (avec l'accent et tout). Sur le plateau, les journalistes: « Comme vous pouvez le constater, les assaillants ont crié qu'ils vengeaient le prophète ». Sans préciser lequel. Le prophète... Quel romantisme…

Sur Itele, un témoin de l'attentat, le visage caché. Par peur de représailles sans doute. 

C'est ÇA la tragédie de la France.


Cet article peut également être consulté ici: https://www.aish.fr/israel/israel/Rage-et-peine.html


Avez-vous aimé ce que vous avez lu ? Pour continuer à publier des articles de qualité, Aish.fr a besoin de vous. Rejoignez Aish.fr dans son effort pour diffuser la spiritualité à travers le monde à d'autres personnes comme vous .

Vous pouvez faire une donation sécurisée à: https://aish.givecloud.co/product/support-aishweb.


Contenu du site copyrighté © 1995 - 2019 Aish.fr - https://www.aish.fr