Aish.fr https://www.aish.fr/israel/israel/Dafna-Meir--un-adieu-dechirant.html

» Cliquez ici pour afficher des images «

Dafna Méir : un adieu déchirant
par Adina Hershberg
Elle a été sauvagement assassinée chez elle, devant trois de ses enfants, par un terroriste arabe. Sa famille rend hommage à une âme d’exception.

Lundi passé, j’ai entendu parler pour la première fois d’une personne très spéciale appelée Dafna Méïr. Tragiquement, ce fut à cause de son assassinat par un ouvrier de construction arabe employé dans un chantier proche de sa communauté d’Otniel, dans les collines d’Hébron.

L’enquête policière a révélé que Dafna avait ouvert sa porte d’entrée au terroriste alors que trois de ses six enfants se trouvaient à la maison avec elle. Le tueur a poignardé Dafna, et une lutte s’est ensuivie durant laquelle Dafna a tenté de refermer la porte. Rénana, la fille de Dafna âgée de 14 ans décrira plus tard l’atroce scène : « J’ai vu le terroriste poignarder ma mère qui a ensuite lutté de toutes ses forces pour l’empêcher de rentrer dans la maison et nous blesser. À un certain moment, le couteau s’est coincé et le terroriste n’arrivait pas à le déloger. Nos regards se sont croisés. Il m’a regardé et je l’ai regardé. Il n’arrêtait pas d’essayer de tirer le couteau, et il ne me faisait aucun doute qu’il voulait entrer et me blesser à moi aussi. »

Rénana a crié de toutes ses forces pour faire fuir le terroriste, et quand celui-ci a vu qu’il ne réussissait pas à récupérer son couteau ensanglanté, il a fini par s'enfuir. Après une chasse à l’homme de deux jours, la police a fini par l’arrêter : il s’appelle Morad Bader Abdullah Adais et a seize ans.

Le matin de l’enterrement, j’ai assisté à l’une des marches silencieuses tenues sur l’autoroute 60 en attendant le passage du convoi funéraire de Dafna.

En plein milieu de la marche, de nombreux militaires se sont soudain précipités dans leurs véhicules avant de quitter les lieux toutes sirènes hurlantes. Un soldat nous a appris qu’une attaque terroriste s’était produite à Tékoa, à vingt minutes de route de l’endroit où nous nous tenions. (Veuillez prier pour Mi’hal bat Esther, une jeune femme enceinte qui s’est faite poignarder.)

Une multitude de voitures ornées de drapeaux israéliens ont commencé à défiler, parmi elles une ambulance qui transportait le corps de Dafna, 38 ans.

À l’enterrement, Atara, la mère adoptive de Dafna a raconté aux participants que cette dernière avait été mise en adoption à un jeune âge parce que ses parents biologiques ne pouvaient prendre soin d’elle. Malgré ces épreuves, « elle a su se construire, fonder un foyer et devenir une femme bonne et généreuse. »

Atara a évoqué la décision de Dafna de s’enrôler dans Tsahal ainsi que celle d’épouser son mari Natan. « Dafna nous a raconté que quand Natan l’avait demandée en mariage, elle n’avait posé qu’une seule condition, “Quel que soit le nombre d’enfants que nous aurons, nous en accueillerons d’autres en plus des nôtres.” Et c’est effectivement ce qui s’est produit. Dafna et Natan ont accueilli Yaniv et Yaïr alors âgés de trois et un an et demi. Il n’avait pas été facile de trouver une famille adoptive qui accepterait les deux frères ensemble. Mais ils ont investi beaucoup d’efforts dans l’éducation de ces enfants, ainsi que celle de leurs propres enfants. »

Une amie à moi m’a raconté que son fils et Yaniv avaient tous deux fréquenté une école maternelle pour enfants à besoins éducatifs particuliers. À plusieurs occasions, elle s’était faite conduire par Dafna et avait été très impressionnée par sa gentillesse et sa serviabilité. Yaniv et Yaïr étaient nés d’une mère mentalement retardé et ce ne fut qu’après la naissance de Yaïr que les services sociaux découvrirent que la mère était incapable d’élever ses enfants.

Le dernier éloge funèbre fut celui de Natan, le mari de Dafna : « Nous nous sommes rencontrés sur la frontière du Liban quand nous étions soldats, a-t-il dit, les larmes aux yeux. Il ne nous a fallu qu'un instant pour tomber amoureux... Je t’avais dit alors : “Bienvenue !” Et je te dis maintenant : “Adieu.” Nous sommes reconnaissants pour chaque moment que nous avons passé à tes côtés. Tu m’as laissé six trésors. Je prendrai soin d’eux pour toi. »

Levant les yeux au ciel, il a poursuivi : « Cher Père. Je n’ai strictement aucune récrimination à Ton adresse. Donne nous la force, sois présent dans notre foyer et laisse-nous ressentir la chaleur de Ton étreinte – Ton amour. »

Et de conclure : « Ma Dafna était unique au monde, elle qui a grandi dans un foyer en crise mais a réussi à se reconstruire et à rendre de la bonté au monde. »

Dafna était infirmière en neurochirurgie à l’hôpital de Soroka à Béer Chéva mais elle s’était également spécialisée en médecine naturelle, notamment dans le domaine de la fertilité. De nombreuses âmes juives sont venues au monde grâce aux conseils emprunts de sollicitude de Dafna.

Dafna fut une étoile scintillante dont la contribution au peuple juif, ainsi qu’aux personnes d’autres confessions, continue d’éclairer le monde.


Cet article peut également être consulté ici: https://www.aish.fr/israel/israel/Dafna-Meir--un-adieu-dechirant.html


Avez-vous aimé ce que vous avez lu ? Pour continuer à publier des articles de qualité, Aish.fr a besoin de vous. Rejoignez Aish.fr dans son effort pour diffuser la spiritualité à travers le monde à d'autres personnes comme vous .

Vous pouvez faire une donation sécurisée à: https://secure.aish.com/secure/pledge.php?l=fr.


Contenu du site copyrighté © 1995 - 2020 Aish.fr - https://www.aish.fr