cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




L'ABC du vendredi soir

L'ABC du vendredi soir

Vous ne savez pas par où commencer ? Lisez ceci...

par
Plus...

Le vendredi soir

Le secret pour vivre le Chabbath comme une expérience mémorable consiste à faire en sorte qu'il ne soit pas ressenti comme « un jour comme les autres ». Il importe donc de créer une atmosphère particulière, cela en nous parant de nos vêtements les plus élégants, en achetant ou en confectionnant nos petits plats préférés, et en réservant un moment pour méditer sur le sens profond de la vie. 

Comment rompre le rythme effréné  de la semaine et entrer dans un état "chabbathique"? Le secret est d’éliminer toutes les distractions du monde extérieur. Si vous êtes novice, commencez par passer toute la soirée du vendredi sans animation aucune : sans télévision, ni radio et ni film. Si vous êtes vraiment audacieux, passez-vous aussi de téléphone ! Cela vous aidera à sortir du cycle ordinaire de la semaine, et vous propulsera vers « La dimension du Chabbath ». 

Voici les différentes étapes qui vous aideront à transformer votre vendredi soir en véritable Chabbath :  

1) L’allumage des bougies. L'image de la femme juive allumant ses bougies du Chabbath est un symbole intemporel du Judaïsme. Dix-huit minutes avant le coucher du soleil, la maîtresse de maison allume les bougies. Par ce geste, elle invite la paix et l'harmonie dans son foyer, en diffusant une atmosphère empreinte de lumière physique et spirituelle. 

L’allumage des bougies apporte au foyer paix et chaleur, ainsi qu'un éclat spécial, particulier au Chabbath. Allumez les bougies avant le coucher du soleil, à l'heure exacte indiquée dans les journaux, ou procurez-vous à la synagogue la plus proche de votre domicile, un tableau annuel des horaires d'entrée et de sortie du Chabbath. Vous pouvez vous procurer une boîte de bougies de Chabbath dans n'importe quel supermarché. La coutume est d'en allumer deux, mais il suffit d’en allumer une seule. 

2) La prière du soir. Les mélodies composant la prière de la Kabbalat Chabbath, accueillent ce jour privilégié dans une profonde atmosphère de respect et de joie. Nous dansons spontanément en ressentant une grande proximité avec nos frères juifs, et c'est animés d'une joie intense que nous célébrons cette journée de repos empreinte de sainteté enrichie de mets succulents et de chants. 

3) Chalom Alékhème. Une fois réunis autour de la table joliment dressée en l'honneur du Chabbath, nous entonnons "Chalom Alékhème". Cette liturgie salue les anges chargés d'accompagner les fidèles sur le chemin de la synagogue vers leur domicile, et auxquels nous sollicitions une « bénédiction » pour que le Chabbath s'écoule paisiblement. 

4) Echet 'Hayil. Il existe plusieurs niveaux de compréhension de ce beau chant élogieux dédiée la femme juive accomplie, soucieuse du bien-être de sa famille, généreuse envers les indigents et craignant l’Eternel. Mais cette liturgie fait parallèlement l'éloge du Chabbath qui est comparé tantôt à une épouse et tantôt à une reine. 

5) La bénédiction des enfants. Juste avant le Kiddouch, la plupart des parents bénissent chacun de leurs enfants en leur souhaitant la santé et la vigueur sur la voie de nos saints Patriarches. 

6) Le Kiddouch. Debout autour de la table, tout le monde écoute le maître de maison sanctifier le jour du Chabbath, une coupe de vin ou de jus de raisin en main, et rappeler par ce geste que « Dieu créa les cieux et la terre en six jours et le septième Il se reposa »

Notre semaine est remplie d'activités diverses et de créativité, tandis que le Chabbath est un jour de repos et de réflexion. Le sens littéral de « Kidouch » consiste à établir une distinction, en élevant quelque chose de physique vers le spirituel. Lorsque nous récitons le Kidouch en élevant une coupe de vin, nous procédons par cet acte à l'élévation du jour même du Chabbath. 

7) L’ablution des mains. Nous nous lavons les mains afin de les purifier avant de manger du pain. Prenez soin de retirer toutes vos bagues afin que l'eau puisse atteindre chaque main dans toutes ses parties, et récitez en suite la bénédiction. 

8) Ha-Motsi.  Deux ‘Hallots recouvertes d'un tissu décoratif sont placées sur une assiette ou une planche disposée sur la table. Les deux pains rappellent la double portion de manne qui tombait chaque vendredi du ciel, à l'époque où les Enfants d'Israël étaient dans le désert. Après la bénédiction, le maître de maison coupe la ‘Hallah et en offre un morceau à chaque convive. Mais avant de les distribuer, il les trempe dans du sel, lequel symbolise la conservation, afin d'évoquer le souhait que ce repas ne soit pas qu’une expérience temporaire, mais un instant d'une durée éternelle. 

9) Le repas festif. Un dîner traditionnel du vendredi soir comprend généralement différents plats: du poisson, de la soupe, un plat principal et un dessert. C'est un moment privilégié qui nous permet de profiter de la compagnie d'autres convives, tout en partageant avec eux les succulents mets du Chabbath. Chaque famille ou cercle d'amis crée ses propres habitudes du vendredi soir, lequel est généralement composé de chants de Chabbath, de paroles de Torah, d'histoires destinées aux enfants, et d'un temps permettant à ces derniers de faire partager aux convives ce qu'ils ont appris à l'école sur la Paracha de la semaine, la section hebdomadaire de la Torah qui sera lue le lendemain à la synagogue. Dans certains foyers, les convives sont invités à exprimer leur reconnaissance pour un bienfait dont ils ont été les objets, ou à raconter une petite histoire miraculeuse dont ils ont parfois été les témoins. 

10) Dvar Torah. Littéralement « une parole de Torah», le Dvar Torah est ce qui distingue véritablement la table de Chabbath d’un repas de fête ordinaire. Choisissez un sujet profond et pertinent, et discutez-en ensemble. 

11) Les chants du Chabbath. Nous nous rappelons tous de nos chansons préférés que nous entonnions à l'école juive ou en colonie de vacances. D’après la mystique juive, « le chant est l'expression d'une âme enthousiaste ». Chanter vous détendra et vous imprégnera d'une atmosphère Sabbatique. Par ailleurs, s'il ya des enfants présents, ils en seront ravis. Surtout, ne vous inquiétez pas si vous n’arrivez pas à suivre les paroles. C'est la mélodie et le rythme qui vous procureront la plus grande ascension. 

12) Les actions de grâce après le repas. Après chacun des trois succulents repas du Chabbath, nous remercions Dieu en récitant les actions de grâces. Nous nous préparons à prononcer ces bénédictions en nous rinçant les doigts avec de l’eau appelée Mayim A’haronim, qu’on a l'habitude de faire passer à chaque convive tout autour de la table.

Chabbath Chalom !

1/11/2011

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub