cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
  • Lecture de la Torah: Noah
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Voie n°37 : Ne jamais être blasé

Voie n°37 : Ne jamais être blasé

Essayez de tout regarder d’un œil neuf. Redécouvrez le merveilleux.

par
Plus...

Ne passez pas à côté  de la vie. Prenez le temps de réfléchir à ces phénomènes familiers que sont les écosystèmes, la communication, la pesanteur. Essayez de tout regarder d’un œil neuf. Redécouvrez le merveilleux.

« Je sais déjà ça par cœur…J’ai entendu ça des centaines de fois…Ces vieilles histoires m’ennuient… »

Imaginez un instant que vous ayez perdu la vue pendant un an, et que vous la retrouviez soudainement de nouveau. Quelle serait votre joie ! Tout deviendrait sujet de contemplation et d’admiration.

Les gens commencent généralement à trouver leur vie monotone lorsque leurs idées se fixent. Les 48 Voies de la Sagesse garantissent une éternelle jeunesse à  ceux qui ont toujours en eux le désir de progresser. Quels que soient votre âge, votre profession, votre position sociale, passionnez-vous pour l’étude.

Lorsqu’une chose nous devient familière, nous tendons à ne plus voir sa beauté intrinsèque. Elle perd son éclat et nous paraît terne. La Voie 37 nous dit : « Lo maguis libo betalmudo » : « Ne prétend jamais avoir suffisamment étudié », autrement dit, ne te laisse pas aller à l’autosatisfaction.

Ne soyez jamais certain que votre point de vue soit le seul valable. Vous pouvez avoir entendu mille fois exprimer une idée d’une certaine manière, et tout à coup, quelqu’un va la présenter sous un angle légèrement différent et vous vous direz : « C’est incroyable ! Je n’avais jamais envisagé cela auparavant ». Ecoutez chaque concept comme si vous l’entendiez pour la première fois. Vous serez étonné de tous les sens cachés qu’il vous reste à découvrir.

Quel que soit votre niveau de connaissances, l’amour, le sens profond des choses, la joie, sont des domaines où il y a toujours beaucoup à apprendre. Ne vous contentez pas de votre niveau actuel. Plus vous étudierez, plus vous vous rendrez compte de l’étendue de ce qui vous reste à apprendre ! Nous n’utilisons jamais qu’un infime pourcentage de notre potentiel.

SAVOIR APPRECIER LA VIE

Regardez autour de vous : vos vêtements, votre maison, votre travail. Essayez de vous souvenir de la sensation que leur nouveauté vous a procurée. Et maintenant, essayez de retrouvez ce même degré d’enthousiasme aujourd’hui !

La nature humaine a tendance à penser que tout ce qui nous entoure est normal. Faites en quelques minutes la liste de tous les aspects merveilleux de la création : les écosystèmes, la possibilité de communiquer, la pesanteur, la respiration, le cerveau humain…. Sachez apprécier les petites joies de la vie : le chant d’un oiseau, le rire d’un enfant, un rayon de soleil. Sachez ouvrir les yeux sur les beautés étonnantes de la vie quotidienne.

Un autre moyen de rafraîchir votre vision du monde c’est d’apprécier les êtres qui vous sont chers. Portez un nouveau regard sur vos parents, votre conjoint… et vous-même. Essayez de tout voir d’un œil neuf. Retrouvez le mystère qui préside aux affinités.

LE SYNDROME DE STAGNATION

Ne dites jamais : « Je ne peux pas ». Si c’est la chose qu’il convient de faire, vous êtes capable de la faire. Pensez que chaque fois que vous dites : « Je ne peux pas », vous vous empêchez vous-même de progresser.

Faites une liste de toutes les choses que vous pensez ne pas pouvoir faire. Par exemple «  je ne peux pas trouver l’âme sœur », ou « je ne peux pas trouver l’emploi dont je rêve ». Nous avons tous des centaines de ces « je ne peux pas » qui nous encombrent.

Maintenant, reprenez votre liste et essayez de faire la différence entre « je ne peux pas » et « je n’ai pas envie de ». 99% de ces « je ne peux pas » sont en vérité des prétextes qui dissimulent des « je n’ai pas envie de ». Pour quelle raison ne franchissez-vous pas le pas ? Est-ce parce que cela demande un gros effort ? Ou peut-être est-ce parce que vous manquez de la confiance en vous nécessaire pour réussir ?

Prenez chaque point de la liste. Engagez-vous à transformer les « je ne peux pas » en « je le ferai ». La vie commence à bouger lorsque nous nous efforçons de faire en sorte qu’il se passe quelque chose, au lieu d’attendre passivement que les choses nous arrivent.

Ne renoncez pas. Affrontez vos problèmes, luttez pour vos ambitions, vos positions. Faites-vous un plan que vous suivrez. Ne vous lamentez pas sur les erreurs du passé. Allez de l’avant !

DE NOUVELLES PISTES D’INVESTIGATION

Rien de pire que l’autosatisfaction pour tuer la vie. Les gens contents d’eux-mêmes ferment leur esprit aux idées nouvelles et ne progressent pas. Ils ne vivent pas ; ils ne font qu’ « exister ».

Le contraire de l’autosatisfaction c’est le désir de progresser et d’apprendre. Soyez ouvert aux idées nouvelles et examinez-les objectivement.

Communisme ? Capitalisme ? Judaïsme ? Voyez quel est votre meilleur investissement à long terme.

Appliquez des idées neuves à votre vie quotidienne. Imaginons que nettoyer la maison vous tape sur les nerfs mais que vous n’ayez pas les moyens d’avoir une femme de ménage. Que faire ? Réfléchissez et essayez de trouver quel est le moyen le plus rapide, le plus facile et le plus tonique de faire le travail. Faites-en un jeu. Enfilez un jogging, préparez votre aspirateur, appuyez sur le chronomètre et lancez-vous à l’assaut de la maison. C’est une excellente gymnastique et c’est un moyen de transformer une corvée en défi.

Un moyen infaillible de se passionner à nouveau pour un sujet quelconque, c’est de l’enseigner aux autres. Supposons que vous sachiez faire des gâteaux, ou jongler avec trois balles ; le simple fait de vous préparer à transmettre votre « savoir » à quelqu’un d’autre va réveiller votre intérêt et modifier votre vision des choses. Et les questions que l’on vous posera enrichiront le sujet et lui apporteront une profondeur et une vitalité nouvelles.

QUELLES SONT VOS RAISONS DE VIVRE ?

On entend souvent dire qu’il est impossible de connaître le but de la vie.

C’est une attitude dangereuse car lorsque nous disons que le sens de quelque chose nous échappe, nous renonçons à le chercher. Ne dites jamais : « Je ne connaîtrai jamais la vérité ». Le fait que des milliards d’individus ignorent quelque chose ne signifie pas qu’il soit impossible d’en pénétrer le sens.

Nous éludons souvent les questions existentielles en raison de la grande difficulté qu’il y a à les creuser et à les approfondir.

Les 48 Voies de la Sagesse vous disent : Relevez le défi ! Vous ne trouverez peut-être pas la réponse, mais vous découvrirez à coup sûr des éclairages insoupçonnés si vous vous donnez la peine de vous poser des questions.

Prenez le temps de vous demander : « Quelles sont mes raisons de vivre ? » Si vous avez le courage d’avoir toujours cette question présente à l’esprit, vous pouvez être certain que la vie ne sera jamais un fardeau pour vous.

QUELQUES CONCEPTS FONDAMENTAUX

Lorsqu’on en arrive aux concepts fondamentaux de la vie, nous disons parfois que nous « savons » quelque chose alors que ce n’est peut-être pas exact.

Par exemple, un des fondements du Judaïsme est que Dieu nous aime personnellement et individuellement. Il écoute nos prières. Il désire se relier à nous. Il nous guide et veut notre bien.

Nous disons que « nous savons cela » mais si cette réalité n’est pas ancrée en nous, nous ne le savons pas vraiment. Nous le prétendons sans plus.

Mais on ne parvient à  la « connaissance » de quelque chose qu’au moyen de la compréhension. Lancez-vous dans l’étude et demandez-vous « Qui est Dieu ? » et « Pourquoi agit-Il comme Il le fait ? » Ainsi que l’écrit Rabbeinou Be’hayé (qui vécut en Espagne au 11ème siècle) dans « Hovoth haLevavoth » (« Les Devoirs du Cœur ») :

« La Torah vous encourage à réfléchir et à exercer votre intelligence sur de tels sujets… Réfléchissez avec votre raison, votre compréhension et votre jugement jusqu’à ce que la vérité vous apparaisse clairement et que les idées fausses se dissipent, ainsi qu'il est écrit: "Reconnais à présent et imprime-le sur ton cœur, que l'Eternel seul est Dieu" (Deutéronome ch 4, v 39). Cette injonction s'applique à toutes les situations où des méthodes rationnelles d'investigation peuvent être utilisées."

Ce n'est qu'en affrontant le problème de la place qu’occupe Dieu dans notre vie que nous parviendrons sincèrement à savoir qu'Il nous aime. Et à partir de là, de nouvelles et vastes perspectives s'ouvriront à nous.

POURQUOI LE FAIT DE "NE JAMAIS ETRE BLASE" EST-IL UN MOYEN D'ATTEINDRE LA SAGESSE ?

Stagner dans le domaine de l'étude, c'est stagner en tant que personne

Remettez constamment en question ce que vous pensez de la vie

Ne prenez pas la vie comme allant de soi

Ne renoncez jamais à  progresser. Essayez sans relâche et vous y parviendrez

Vous dites que vous savez cela. Mais revenez dessus encore une fois et vous verrez tout ce qu'il vous reste encore à découvrir.

Pour progresser, il ne faut pas se complaire dans l'autosatisfaction.

Si vous n'êtes pas persuadé  que la vie est fantastique, essayez donc de vous en passer une seule journée.

14/2/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub