cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

L'esclavage des filles... Euh... Pardon?

Michpatim(Exode 21-24)

Dans cette paracha, on nous apprend les lois de l’esclavage des filles, vendues par leur propre père ! Comment, nous, étudiant la Torah au 21ème siècle, pouvons-nous appréhender ce passage difficile ?

Dans la paracha de cette semaine, on nous apprend les lois de l’esclavage des filles – de filles vendues par leur propre père ! Comment, nous, étudiant la Torah au 21ème siècle, pouvons-nous appréhender ce passage difficile de la Torah ? Dans cette vidéo, Rav Fohrman nous montre que la Torah fait valoir que, pour créer une société meilleure, il faut savoir être proactifs et remédier à l'inégalité sociale et économique.



 

Plus...

Retrouvez les vidéos du Rav David Fohrman sur le site Aleph Beta France.

Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Vos réactions : 14

(8) dartus, February 22, 2017 2:41 PM

extraordinaire

je vous remercie rav pour vos cours je vous suis depuis peu et j adore ce petit moment et vos explication !
que HACHEM soit avec vous et votre famille
shabbat shalom

(7) sarah, February 22, 2017 9:36 AM

Magnifique

Comme quoi tout est une question de regard porte sur les choses!

(6) Anonyme, February 6, 2016 7:41 PM

Merci pour vos explications des parachas. J'aime beaucoup la manière visuelle de vos explications, car étant visuelle, je comprends beaucoup mieux ainsi et ça devient très claire pour la compréhension. Merci pour ces explications très bien faites.

(5) Anonyme, February 2, 2016 10:56 PM

magnifique et surtout tres bien expliqué et compréhensible

Marie LENFANT, February 3, 2016 1:37 PM

Une interprétation qui interpelle.

Cher David. Votre interprétation est très belle, mais reste surréaliste. Elle éveille tant de questionnements à nous qui vivons dans notre monde actuel... Vous dites que la petite fille est vendue parlibre-arbitre, & nous sommes propulsés dans un monde parallèle... Si mes propos voue. Nullepart' il est évoqué que la mère ait été consultée. Est-il considéré qu'elle cautionne de toute façon la décision de son époux?Le bien de cette petite fille doit-il passer par le déchirement du lien particulier mère-enfant (qui relève de l'Être)pour un bien hypothétique, celui d'une situation sociale meilleure, où nous sommes carrément dans l'Avoir? & pour le cas où cette petite fille vendue d'après vous, bdans les meilleures intentions du monde, arrachée une 1ère fois à la tendresse de sa mère & de ses frères & sœurs, ne s'adapterait pas à sa condition d'enfant-esclave & qu'il ne serait pas envisageable d'être" épousable"par le Maître ou dans sa famille, vous écrivez que son père pourra la racheter.Mais comment cet homme, acculé à la vendre par manque de moyens financiers quand elle était petite, aurait-il les moyens de la racheter? Il aurait fait fortune entre-temps ? & les sentiments de cette jeune femme qui subirait une sorte de répudiation, qui se soucie du fait qu'elle soit blessée ? Blessée du fait d'avoir été jugée comme épouse potentiellement incompétente ? & après la 1ère blessure, celle de sa séparation d'avec sa famille, qui prend en compte les liens qu'elle aura tenté de rafistoler pour se faire accepter dans son nouveau lieu de vie ?
Au fur & à mesure que j'écris ces lignes, je trouve que cette petite fille a été pas mal objétisée "pour son bien", & au nom des bonnes intentions".." paternelles...y ajouter l'intrusion du libre-arbritre nous expédie dans un monde parallèle. Ne voyez aucune provocation dans mes propos, aucune démarche pour vous choquer. Je cherche juste à comprendre. Merci de votre attention. Marie

Afficher toutes les réactions
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub