cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Metsora(Lévitique 14-15)

La lumière de l’aurore

Le titre de cette paracha est « Metsora », un terme qui désigne un certain type d’affection spirituelle de la peau. Le commentateur Sfat Emet explique que le mot « Metsora » est en réalité la contraction des deux termes – « Motsi Ra » - qui signifie « éliminer le mal. »

L’idée véhiculée ici est que lorsqu’un homme souffre d’une éruption cutanée ou d’un accès de fièvre, même si son état de santé est déficient, ces affections sont en réalité le signe que son corps élimine les toxiques et traverse un processus de nettoyage.

Nous pouvons appliquer cette idée à nos propres vies. Parfois, notre existence semble troublée par des difficultés et des moments confusion. Mais les kabbalistes affirment que dans un sens, on peut y voir un signe positif – le fait que les toxines spirituelles remontent à la surface, augurant par la même notre purification.

A la vérité, cette idée se cache dans l’étymologie du mot Nega – que la Torah utilise pour décrire la plaie cutanée mentionnée dans la paracha de cette semaine. En hébreu, le mot Nega s’orthographie avec les lettres NounGuimmelAyin. Si vous inversez l’ordre de ces lettres, vous obtenez le mot Oneg – un savant mélange de satisfaction, de paix et de joie. Tandis que les toxines sont libérées, la Nega (plaie) se transforme en Oneg, félicité.

Imaginez-vous une graine que l’on planterait dans la terre. Celle-ci commence lentement à se dégrader puis, au moment précis où elle atteint le plus haut point de sa décomposition – lorsque la graine semble définitivement perdue – c’est justement là qu’elle se met à germer. De même, le moment le plus sombre de la nuit annonce la révélation imminente de la lumière de l’aurore.

Notre monde traverse des temps tumultueux. Nous prions pour surmonter ces défis, et entamer un processus de purification, celui qui nous mènera à notre salut personnel et national… puisse-t-il survenir prochainement et de nos jours.

26/4/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub