cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

A’haré-Mot(Lévitique 16-18)

Saints désirs

La portion hebdomadaire présente une association intéressante de thèmes : le service dans le Temple durant le jour le plus saint de l’année, Yom Kippour ; et les lois de l’immoralité sexuelle. Au sens simple, la leçon que nous livre cette juxtaposition est que le fondement de la sainteté consiste à contrôler ses désirs. Contrairement à certaines autres religions, le Judaïsme ne craint pas les « désirs ». Ces derniers ne sont pas perçus comme mauvais, ils constituent un élément sain de la vie humaine. Par exemple, l’attrait sexuel est perçu comme une condition préalable à l’existence humaine.

Mais si une personne ne contrôle pas consciemment ses désirs, ces derniers lui pourriront la vie. Ainsi, autant l’acte sexuel peut être une expérience grisante et pleine de sens, autant l’immoralité sexuelle peut se révéler malsaine, destructive et ruiner la vie d’une personne.

Il en va de même pour tous les désirs. Contrôlez votre alimentation et vous serez fort, mince et en bonne santé. Relâchez vos désirs et ceux-ci vous mettront en surpoids, ils mineront votre santé et votre amour-propre, voire vous tueront. Dormez le temps nécessaire et vous vous sentirez forts et revigorés. Laissez votre désir de sommeil prendre le contrôle et vous perdrez un temps fou et deviendrez léthargique même une fois éveillé. Laissez votre désir d’argent s’exprimer de manière limitée mais sensée et il vous conduira au succès. Laissez-le mener la danse et il vous rendra insensible, égoïste et compromettra toutes vos valeurs.

Les désirs ont besoin d’être contrôlés — mangez seulement certains aliments, nous enjoint la Torah. Laissez un peu de nourriture dans votre assiette pour discipliner votre gourmandise, conseillent les Sages. N’ayez pas de relations sexuelles en dehors du mariage et même alors, ne le faites qu’à certains moments du mois. Couchez-vous tôt et levez-vous tôt. Apprenez à vous satisfaire d’une existence simple afin que l’argent soit perçu dans sa juste perspective.

La Torah est remplie de lois qui sont destinées, du moins en partie, à fixer des limites à nos désirs. L’objectif de tout cela ? La personne qui dirige ses désirs peut s’élever vers la sainteté. La personne qui n’y parvient pas finira par mener une vie immorale.

Le choix présenté dans cette portion de la Torah est catégorique : l’autodiscipline inhérente et la sainteté de Yom Kippour, ou l’immoralité des relations sexuelles illicites. Il n’y a pas de demi-mesure. A n’importe quel moment, vous vous dirigez inexorablement vers l’une… ou l’autre de ces extrêmes.

2/5/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub