cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Chéla’h(Nombres 13-15)

Le Régime Yeux-Cœur

Quand j’étais encore enfant, il y bien longtemps de cela, je me rappelle observer notre chien, Krishna, engouffrer sa pâtée pour chien « Pedigree Chum ». J’étais impressionné de le voir tellement excité par son repas, à tel point qu’il gobait littéralement le contenu de la boîte de conserve droit jusque dans son estomac, sans même que la pâtée ne semble frôler l’intérieur de sa gueule.

Dans ma logique d’enfant, une seule conclusion s’imposait : c’était la meilleure nourriture qui puisse exister sur terre. Et bien entendu, je devais absolument le vérifier par moi-même. Et c’est ce que je fis. Ce ne fut pas le repas le plus écœurant de ma vie – je pense que le poulpe était pire, du temps où je ne mangeais pas encore cacher – mais j’ai effectivement vomi mes tripes après, et je dois avouer que l’expérience ne fut pas des plus agréables.

Dans la portion hebdomadaire, on nous ordonne de ne pas « suivre nos yeux ». Les yeux voient et le cœur désire, nous disent les Sages. Quel est l’élément manquant de cette réaction en chaîne ? L’esprit, bien sûr. Il est tellement facile pour nos yeux de voir une chose, pour notre cœur de la désirer et pour nous de prendre une décision sans même y réfléchir.

Mes yeux voient du « Pedigree Chum ». Mon cœur le désire. J’oublie de consulter mon esprit qui me rappellerait bien entendu que notre chien est aussi très friand des rats qui circulent dans notre cour arrière – auquel cas nos papilles gustatives ont peut-être été programmées différemment. Mais non, mes yeux ont vu, mon cœur a désiré, et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, j’ai eu de la viande chevaline pour le dîner.

Il s’agit d’un exemple extrême. Mais nos vies sont replètes de ce genre d’incidents. Nos yeux voient un gâteau au fromage. Notre cœur le désire. Le voilà qui atterrit dans notre bouche – nonobstant le fait que notre corps est au régime parce que notre esprit n’a jamais été consulté. Nos yeux voient quelque chose de nouveau à acheter. Notre cœur le désire. Voilà notre carte bleue qui surgit, ignorant le fait que notre compte en banque est à sec. Nos yeux voient une belle femme. Notre cœur la désire. Et aussitôt, notre sens des responsabilités, notre engagement, notre mariage, et bien d’autres choses encore, sont reléguées aux oubliettes.

Ne suiviez pas vos yeux, nous dit la Torah. Suivez votre esprit. Vos yeux pourraient vous conduire à la gratification immédiate. Mais notre esprit est un juge infiniment plus sage qui nous mènera au bonheur ultime.

12/6/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub